La suppression des conseils régionaux : Un acte fort de l’acte III de la décentralisation


La suppression des conseils régionaux : Un acte fort de l’acte III de la décentralisation
Depuis un certain temps on assiste à une levée de bouclier des présidents de région contre la suppression des conseils régionaux. Si on comprend parfaitement l’idée de l’acte III qui n’est rien d’autre que la promotion de la gouvernance locale et la mission des conseils régionaux, cette suppression ne devrait pas poser de problème.
Depuis 1996, l’Etat avait commencé à se désengager de certaines prérogatives pour les confier aux collectivités locales comme la santé, l’éducation, la jeunesse et le sport. C’est dans cet ordre d’idée que la région était créée pour la gestion des compétences transférées au niveau régional comme les lycées, les hôpitaux ainsi que les stades régionaux.
Mais force est de constater qu’aujourd’hui les régions n’ont plus leur raison d’être du moment que les lycées ne sont plus régionaux ; chaque département ou chaque commune a son propre lycée et la nouvelle politique sanitaire étatique est de rapprocher les structures de santé aux administrés d’où l’importance des conseils départementaux. La création des conseils départementaux rentre dans la politique sociale du président de se rapprocher d’avantage de la population et de créer des infrastructures digne de ce nom dans chaque département en tenant compte des réalités sociologiques. Certes la suppression de la région selon l’argumentaire des présidents de région va être plus avantageuse pour les départements qui abritent les infrastructures régionales comme l’hôpital, le stade …etc.
Mais cela entre dans la politique de l’Etat de doter tous les départements d’infrastructures de qualité comme un hôpital avec un plateau technique digne de ce nom et on aura dans chaque région au lieu d’un seul hôpital mais de trois hôpitaux par exemple dans la région de Kaolack. Le combat qui est entrain d’être mené par les présidents de région n’est qu’un combat pour la sauvegarde des intérêts si on sait que les présidents de région ont rang de ministre aves un salaire de 2 000 000 et les avantages qui s y ajoutent.
Dans ce combat purement personnel ils mettent en avant la situation des travailleurs en oubliant que les travailleurs seront et sont toujours protégées par l’inspection du travail qui veillera bien sur le déploiement de ces derniers. Mieux tous les travailleurs des conseils régionaux proviennent des départements donc le redéploiement ne posera aucun problème. C’est pourquoi nous pensons que le Président de la République a pris la bonne décision de supprimer les conseils régionaux pour rester dans sa logique d’être plus proche de la population et doit être soutenu par tous les sénégalais qui croient au développement local.
Ameth Nasser
Conseiller régional à Kaolack Membre APR
Dimanche 9 Février 2014
Dakaractu




1.Posté par hamidou le 19/02/2014 06:17
svp msieur l'acte 3

dis un peu ce nous allons devenir dans ton acte 3 , sommes inquiet nous délégués de quartier ou chef de village -------explique un peu qu'on puisse comprendre pacque nous faisons parties des dignitaires et notables de ceux pays la



Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015