La sélective justice sénégalaise, un pantin suffoqué par le revanchard féticheur !

« Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, des préjugés et de l’étroitesse d’esprit». (Nelson Rolihlahla Mandela).


La sélective justice sénégalaise, un pantin suffoqué par le revanchard féticheur !
La cour de justice de la CEDEAO vient d’infliger une austère rouste à nos gouvernants en fustigeant les incriminations vaudevillesques, les médisances scabreuses aux annotations incrédules. Elle somme avec un stoïcisme la libre circulation des anciens dignitaires du PDS interdits arbitrairement de se mouvoir dans cette geôle à ciel ouvert. Mieux ce conseil réitère la dissolution imminente de la clandestine CREI (cour de répression des endurants innocents).
L’instrumentalisation ubuesque de la justice sénégalaise estampillée par la fourberie de ce gouvernement aux relents dictatoriaux n’exalte guère l’image qui lui sied. La jeunesse Sénégalaise récuse cette ruée débridée à la délation où le seul préjudice de ces chauvins enquiquinés et embastillés par un putatif seing judiciaire, est d’avoir consacré leur ingéniosité au profit de la patrie.
Une justice dont le procédé vindicatif, se languit dans un naufrage de contre-vérités vivifiées par des preuves préétablies et colportées par de voraces triumvirs. Ces derniers dont la vassalité obtempère au bon vouloir du paranoïaque féticheur, s’extirpent clopin-clopant de leurs sujétions mettant ainsi à nu l’orchestration éhontée de l’appareil judiciaire en état de putréfaction avancée.
La juridiction sénégalaise est devenue une échoppe familiale où d’innocents opposants sont délictueusement maintenus en réclusion par le fait d’un ancien policier de la circulation, Aliou NDAO(1), au diplôme interlope, subitement propulsé tel un missile S-300, procureur.
Un prétendu magistrat qui n’arrive même pas à formuler une phrase sans commettre de fautes confondant les articles ‘’le’’ et ‘’la’’. Tout laisse conjecturer que le choix dévolu sur lui, est délibéré et mercantile puisqu’il fallait percher un ignare à ce poste stratégique afin d’accomplir ces immondes besognes. Onc au plus grand jamais un magistrat qui a suivi un circuit scolaire normal, n’aurait daigné piloter un atrium clandestin et despotique. Cette bourrique ne s’arrêtera pas en si bon chemin car d’après PLATON ‘’tant qu'on peut faire du mal sans être puni, on ne s'empêchera de le faire.’’
Ayant inhalé durant toute sa jeunesse le gasoil des Ndiaga NDIAYE(2) jamais de son vivant ce policier de la circulation ne pouvait s’imaginer dans un bureau conditionné, mais comme dans une fiction tournant à la réalité, il fut catapulté procureur de la CREI (cour de répression des endurants innocents) par la demoiselle Aminata TOURE, femme répudiée et déprimée en manque cruel de sensations fortes !
Cette dernière actuelle ministre de l’injustice, déverse toute sa bile aux frères de parti de son ex-mari Oumar SARR présentement coordonnateur du PDS, à qui elle impute inconsciemment le fiasco de son ménage métamorphosant ainsi cette cour une machine à triturer des opposants. Son ‘’ça’’ a malheureusement pris le penchant sur son ‘’moi’’, un psychologue lui ferait certainement du bien.
Le pouvoir judiciaire souffre ainsi de l’inféodation de Macky SALL qui cible iniquement et discrétionnairement  ses opposants.  Le chef de l’Etat a discrédité la magistrature en immunisant son ami d’enfance, Souleymane ndéné NDIAYE(3), de toute poursuite judiciaire. Cet avocaillon qui avant 2000 vivait dans un paupérisme affligeant, se vautre dans une délectation d’apanages sans être tarabusté. La vassalisation du dispositif judiciaire sénégalais surfe ainsi dans l’infamie et la duplicité sombrant par ce fait dans une déliquescence abasourdissante.
Cette tare n’émeut aucun sénégalais car la CREI (cour de répression des endurants innocents) n’est constituée que par des larrons et malandrins mégalomanes, prédisposés à rassasier leurs penchants de transfuges par le biais d’affligeantes aversions afin de légitimer les  prébendes reçues.
.
Qui veut noyer son bouledogue, l’incrimine de rage…
Malgré les anathèmes jetés à son encontre, nonobstant les campagnes de clabaudage galvaudantes,  le frère Karim WADE, acquiesce  avec un aplomb ébouriffant tout ce mortifiant subterfuge.
Les actes exaspérants du servile Macky SALL qui passe son temps à  lécher les bottes et à baisser sa culotte devant les colons Français animés par une soif terrible de vendetta. Comme du temps de l’esclavage, il applique à la lettre toutes leurs injonctions à tel point qu’il demeure pour lui, une exigence sociale de  venger BOLLORE.
Présent ne pourrait excéder la claustration arbitraire de ce patriote car BOLLORE ne pardonnera jamais au ministre des infrastructures ses choix politico-économiques. Ces options qui l’ont induit à privilégier les Etats Arabes du golfe au détriment d’une France en plein désarroi. La délivrance fut concrétisée par le terme ‘’Wéddi Guice Bokku ci’’(les réalisations parlent d’elles-mêmes) supplée de nos jours par ‘’Dekke bi dafa Macky’’(le grisbi ne circule plus).
Pourtant, Macky SALL a été le premier à disculper le ministre de l’énergie, en quémandant à Aminata NIANE(4) de le secourir car étant entouré de profanes. Le bras droit du ministre de l’énergie, gérait tous ces dossiers. Et mieux, c’est elle qui ratifiait toutes les conventions vu que le concepteur du plan Takkal n’a jamais touché à un pacte ayant trait à l’argent. Macky SALL est même lamentable en mystification dire qu’il est partout benêt. Ses actes trahissent toujours ses pensées.
A vrai dire, le frère Karim WADE ne peut dérober 694 milliards de FCFA sans l’approbation du premier ministre Adjibou SOUMARE (ancien ministre du budget) et de l’ancien ministre des finances Abdoulaye DIOP.
Primo si l’organisateur du sommet de l’OCI a détourné les 303 milliards de FCFA nous pouvons attester que les deux argentiers de l’Etat sont ses acolytes. Parce qu’il est insane qu’un seul ministre puisse détourner l’équivalence des recettes ordinaires du Sénégal sans leur consentement. En réalité, ces deux ‘’suppôts’’ devraient regagner la taule de rebeuss même si Macky SALL ne les assignera oncques. Pour quelle raison ??? Time will tell us…pour ne pas dire que le temps est le meilleur des juges !
Secundo si la justice ne peut aucunement prouver sa culpabilité sans le témoignage de ses deux alliés  alors il doit être acquitté puis dédommagé.  De ces deux axiomes, le deuxième semble être le plus idoine.  Néanmoins une chose est au moins indubitable, la connivence de cette vicieuse et irréfragable justice sénégalaise n’est plus à démontrer.
Par conséquent, le fossé croissant entre l’appétence du peuple médusé et la réalité offerte par Macky SALL est si grand que la flamme d’une impétueuse sédition commence à envahir cette jeunesse suffoquée. L’affranchissement de la patrie de l’auspice de la mouise n’a que la contestation comme moyen de pression. Braver, la dictature de Macky SALL, devient plus qu’un devoir, une nécessité si bien sûr nous voulons mettre fin à la paupérisation extrapolée…
Eternel Wadiste
Moïse RAMPINO
1 : Procureur de la cour de répression des endurants innocents.
2 : Moyen de transport public.
3 : Ancien premier ministre du Sénégal (avril 2009-mars 2012).
4 : Ancienne directrice de l’APIX 2000 à 2012 (Agence pour la Promotion des Investissements et Grands Travaux).
Dakaractu2




Mardi 23 Juillet 2013
Notez


1.Posté par moto le 23/07/2013 12:37
Va te trouver la nationalité sénégalaise d'abord avant de te permettre de critiquer le gouvernement de ce pays qui vous accueilli .sale ingrat-

2.Posté par ZAMIO le 23/07/2013 14:38
BIEN DIT ERNEST. BRAVO !!!

3.Posté par antus le 23/07/2013 15:24
@moto, ki te dis que moïse n'est pas sénégalais? vous êtes subitement devenu réfractaires à la critique alors que touss, dara, nada. défou lénn fi dara.

4.Posté par gueulard le 23/07/2013 15:31
Très belle contribution, et merci pour cette analyse

5.Posté par senegalesis le 23/07/2013 16:13
Il est sénégalais comme.
Une de nos sœur l'a adopté à sa naissance car sa maman allait le jeter (se séparer de lui).
La sœur P.K s'est occupé de lui. c'est au cours des années que ce jeune moussa a pu retrouvé et son père italien et sa mère ( ). peut être.

donc moise waroul mana wakh lou doul lou niaw. par ce qu'il est né ainsi

6.Posté par DOFF le 23/07/2013 18:15
LE SEUL HIC EST QU CET ARTICLE N'EST PAS DE CE GAMIN MAIS D'UN RESPONSABLE LIBÉRAL QUI NE VEUT PAS S'ASSUMER



Dans la même rubrique :