La révolte des « citoyens ordinaires »


La révolte des « citoyens ordinaires »
Serigne Moustapha Saliou Mbacké, porte-parole de la famille de feu Serigne Saliou Mbacké, a accusé nommément le Président Macky Sall d’avoir ordonné la reprise des travaux de l’usine de cimenterie de Dangote, sise à Pout. Remontant la chaîne des responsabilités, il est arrivé à la conclusion que le préfet qui a signé l’arrêté a reçu des ordres du gouverneur, lequel est sous la tutelle du ministre de l’Intérieur qui a lui-même été instruit par le Premier ministre, donc par le Président de la République. Et la « fatwa » du marabout de tomber sans appel : « c’est le Président Macky Sall qui combat ouvertement la famille de Serigne Saliou Mbacké ». Une déclaration qui a eu l’effet d’une bombe au sommet de l’Etat où les autorités ne s’attendaient manifestement pas à une riposte aussi foudroyante. Surtout de la part de Serigne Moustapha Saliou, réputé peu disert et détaché des choses de ce bas monde. Un soufi accompli qui, au plus fort de son différend avec le Président Wade, n’a jamais attaqué frontalement et publiquement ce dernier. Se contentant de refuser poliment ses largesses ou de recevoir ses adversaires politiques comme Idrissa Seck au moment où il était en bisbille avec le pouvoir. Mais jamais Serigne Moustapha Saliou n’a affiché ouvertement sa colère comme il l’a fait envers le Président Macky Sall. Et même dans ce dossier sur le litige foncier qui oppose la famille de Serigne Saliou Mbacké à Dangote Industries, le marabout a toujours laissé la justice faire son travail, sans immixtion aucune.
Mais si Serigne Moustapha Saliou a brisé le silence, c’est parce qu’il s’est senti trahi par le chef de l’Etat. Il a révélé, lors de sa conférence de presse la semaine dernière, que le Président Macky Sall s’était engagé à faire respecter dans ce dossier les droits de la famille de Serigne Saliou Mbacké. Surtout que le milliardaire nigérian, Aliko Dangote (propriétaire de Dangote Industries) a avoué, dans une lettre adressée aux héritiers de Serigne Saliou, que sa cimenterie installée à Pout a empiété sur les terres du défunt Khalife général des Mourides. Non seulement le président de la République n’a pas tenu parole, mais le fait de faire publier un arrêté autorisant Dangote Industries à reprendre ses travaux constitue une grave ingérence de l’Exécutif dans le fonctionnement de la justice. Il a foulé au pied un arrêté antérieur, en date de décembre 2012, ordonnant l’arrêt des travaux jusqu'à ce que l'affaire pendante devant la justice soit vidée. Qu’est-ce qui explique le revirement du Président Macky Sall ? Selon Serigne Moustapha Saliou, la réponse coule de source : le chef de l’Etat est en collusion avec le riche homme d’affaires nigérian. Dans quel but ? L’avenir nous le dira.
Tout bien pesé, le président de la République vient d’ouvrir un front dangereux pour son régime. Il s’est mis à dos la famille de Serigne Saliou Mbacké qui constitue une frange importante et significative à Touba et au sein de la communauté mouride en général. Si les héritiers du défunt khalife général des Mourides et leurs disciples, au Sénégal et à travers le monde, décident de combattre le Président Macky Sall, cela pourrait être fatal à ce dernier. Une source bien introduite à Touba indique d’ailleurs que beaucoup de marabouts mourides adhèrent à la cause portée par Serigne Moustapha Saliou. Certains ont encore en travers de la gorge la déclaration malheureuse du chef de l’Etat qualifiant les marabouts de « citoyens ordinaires ». L’acte posé par le Président Macky Sall, à travers l’arrêté autorisant Dangote Industries à reprendre ses travaux, est à leurs yeux une preuve éloquente que ce dernier n’a aucune considération envers les chefs religieux musulmans. Ils rappellent, pour étayer toujours leurs propos, la décision du chef de l’Etat de retirer le passeport diplomatique à bon nombre d’entre eux, sans raison valable. Ces marabouts, privés de ce précieux sésame qui leur facilitait le déplacement à l’étranger pour aller rencontrer leurs disciples, ne se feront pas prier pour combattre aux côtés de la famille de Serigne Saliou Mbacké.
Serigne Moustapha Saliou pourra aussi compter sur le soutien des disciples de Cheikh Béthio Thioune. Le guide des « Thiantakounes », qui est un fervent serviteur de Serigne Saliou Mbacké, est en prison dans le cadre d’une enquête sur les meurtres de deux de ses disciples, mais pour lesquels aucune charge n’est encore retenue contre lui. Malade est actuellement hospitalisé en France, Cheikh Béthio Thioune a toujours clamé son innocence. Ses « taalibés » crient au complot et dénoncent une détention arbitraire pour faire payer à leur guide son soutien au Président Abdoulaye Wade à la présidentielle de 2012.
On voit donc que le bras de fer entre le Président Macky Sall et Seigne Moustapha Saliou va au-delà d’un duel entre les deux hommes pour prendre les contours d’une bataille rangée entre le pouvoir et Touba. Nonobstant les manœuvres tendant à faire croire que le mandataire de la famille de Serigne Saliou Mbacké mène un combat solitaire et que Touba est divisée sur la question. Ces esprits malins avaient soutenu que le khalife général des Mourides était d’accord pour que Dangote Industries reprenne ses travaux. Avant que son porte-parole, Serigne Bass Abdou Khadre, n’apporte un démenti formel à cette information. Ils avaient aussi, par le truchement de certains cercles à Touba, tenté par tous les moyens d’empêcher Serigne Moustapha Saliou de faire sa sortie médiatique. En vain. Et aujourd’hui, ils cherchent à diviser les héritiers de Serigne Saliou Mbacké en distillant la rumeur selon laquelle l’aîné de la famille, Serigne Cheikh en l’occurrence, serait d’accord pour que Dangote Industries reprenne ses travaux.
Quoi qu’il en soit, un ressort s’est cassé entre le Président Macky Sall et Touba. A un moment où Tivaouane se rebelle contre le pouvoir en déclarant persona non grata le chargé de la communication du palais présidentiel. Souleymane Jules Diop était alors contraint de quitter la délégation qui devait accompagner le chef de l’Etat à Tivaouane après Ta£iba Ndiaye où s’est tenue la cérémonie officielle de lancement des Bourses familiales. L’ancien chroniqueur du Web, qui a curieusement perdu ses dreadlocks depuis son entrée au palais, avait tenu des propos désobligeants envers Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine. Mais malgré le fait d’avoir accédé à la demande de Tivaouane, le Président Macky Sall n’a pas été reçu (même pas en privé) par le porte-parole de la famille de la cité religieuse qui, dit-on, était alité. On se rappelle que ce dernier avait vertement critiqué le gouvernement dans sa gestion de la pénurie d’eau à Dakar.
Le Président Macky Sall fait aujourd’hui face à une rébellion ouverte des marabouts qui sont manifestement décidés à lui rappeler qu’ils ne sauraient être des « citoyens ordinaires ». Mais au rythme où vont les choses, le chef de l’Etat risque d’installer au Sénégal une crise profonde entre les pouvoirs temporel et spirituel. Alors que tous ses prédécesseurs (Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf et Abdoulaye Wade) ont su maintenir un équilibre adéquat qui a permis aux Sénégalais de vivre jusqu’ici dans la paix et même d’éviter les conflits religieux. Cette rupture-là, les Sénégalais n’en veulent pas.
     

Par Amadou DIOUF
Mardi 8 Octobre 2013
Dakaractu




1.Posté par Tchieuye le 08/10/2013 19:43
Serigne Moustapha Saliou dou togne kenn!

2.Posté par lerépublicain le 09/10/2013 03:41
Quand le PR est entouré d'individus aussi obscurs que:
Mahmoud Saleh, Aminata Mimi Touré trotskistes de renom pour ne pas dire directement athées,
Souleymane Jules Diop va-nu-pied spécialiste de la sarabande intellectualiste,
Seydou Gueye situationniste ou opportuniste dans le sens politique ou idéologique du terme et de
Amath Dansokho le fou du village imbibé de Vodka et toujours dans les halos de ses vapeurs
Il (Le Président Macky Sall) ne peut que s'empêtrer dans des choix inopportuns qui risquent de clasher la république et nous faire perdre le pouvoir.
Soyons résolus à comprendre les tenants du système que constitue le Sénégal. Il y a des réalité tangibles et les ignorer c'est se crever l'oeil.
Président occupez vous des choses de l'ETAT et confiez le parti APR à plus libre que vous.
.Les alliés (PS-AFP- et autres micro partis) qui t'ont traités en moins que rien ne se solidariseront jamais avec vous dans des situations difficiles, l'exemple de la crise de l'eau est là encore très vivace.
Les autres essayeront de vous pousser dans du "DEUGEUREUL" sachant qu'il n'ont rien à perdre parce que le pays ne leur est pas confié.
De grâce regardez vous avant de nous conduire dans les précipices de la perte du pouvoir

3.Posté par BENAWAAY le 09/10/2013 10:29
laissez les jeunes travailler ,ce projet,c'est des emploiset non un champ pour une personne .soyons logiques.



Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015