La face sombre d’Abe International


Agro Bioethanol Int LLC (ABE Int) est une société écran créée à New York le 1er octobre 2009 et ayant pour objet «toutes activités commerciales légales». Son gérant initial était Wallace Oceania Ltd, une firme basée en Nouvelle-Zélande, et son Directeur Harmodio Herrera (voir par ailleurs), du Panama. À l’époque, l’unique Directeur de Wallace était Carolyn Melville qui, avec son mari, dirigeait des milliers de sociétés écrans en Nouvelle-Zélande et dans d’autres paradis fiscaux du monde entier. De même, Herrera occupait également le poste d’administrateur de centaines de sociétés écrans dans le paradis fiscal du Panama, et bon nombre d’entre elles avaient Mme Lilian De Muschett comme administratrice, et le cabinet juridique panaméen controversé, Icaza, González-Ruiz & Alemán (IGRA) comme agent.
En septembre 2011, la direction d’ABE Int a été transférée de Herrera à Benjamin Dummai.
ABE Italia a été créée – sans doute par ABE Int LLC, son unique actionnaire, pour fonctionner en tant que filiale italienne – en avril 2011. Elle était initialement dirigée et présidée par Enrico Storti, un homme d’affaires italien, tandis que M. Dummai faisait partie du Conseil d’administration.
Il est clair que ABE Italia a été mise en place pour tirer profit du projet Senethanol, et attirer des capitaux – peut-être comme un modèle susceptible d’être reproduit dans d’autres pays pour d’autres projets d’accaparement de terres destinés aux biocarburants en Afrique - mais cela a échoué. Storti a apporté plusieurs liens importants à Senethanol.
L’un de ces liens était Development Investment SpA (DAI), une société développant des opérations agro-industrielles en Afrique, et que Storti a fondé et présidé. (DAI est impliquée dans des transactions foncières de grande échelle pour produire du jatropha et du riz au Mozambique).
Selon des sources italiennes, DAI et Storti s’intéressaient au projet Senethanol pour la culture de la patate douce destinée au marché des biocarburants. Les liens avec DAI et ABE Italia allaient cependant au-delà de Storti ; les deux entreprises partageaient le même commissaire aux comptes, et Fabrizio Piomboni, un actionnaire de DAI siégeait au Conseil d’administration d’ABE Italia. Un autre lien était constitué par Agricoma, un groupe d’entreprises produisant des machines agricoles dirigé par Storti. Agricoma et Storti prévoyaient de vendre 14 millions d’euros de machines agricoles au projet sénégalais sur une période de cinq ans. Selon le rapport annuel d’Agricoma de 2010, la première tranche, d’une valeur de 700 000 euros, devait être livrée en juin 2011.

 SOURCE : Libération
Vendredi 4 Novembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :