La carte sanitaire et sociale de la région de Louga passée au crible


La carte sanitaire et sociale de la région de Louga passée au crible
Les forces et faiblesses de la carte sanitaire et sociale de la région de Louga, ont fait ce vendredi, dans la capitale du Ndiambour, l’objet d’un atelier d’échange et de partage.
La rencontre a regroupé tous les maires des communes de la région, des techniciens du ministère de la santé et de l’action sociale, des responsables des structures de santé locales, des autorités administratives etc...  
C’est ainsi que d’une manière générale, les maires des communes ont déploré beaucoup de manquements dans la création de postes de santé dont les critères leur échappent.
Ils ont ensuite fustigé le déficit en personnel de santé dans leurs structures sanitaires, ce qui les obligent ainsi malgré leurs faibles moyens, à recruter et à prendre en charge des sages-femmes ou des infirmiers.
Le premier intervenant, en l’occurrence le maire de Keur  Momar Sarr, Mr Dioumorou Ka,  a indiqué  que son arrondissement qui fait la moitié de la région, attend en vain depuis déjà 16 ans, la construction de son poste de santé qui tarde toujours à voir le jour.
Il a ensuite tenu à faire remarquer que leurs cases de santé ne fonctionnent pas normalement, du fait d’un manque criard d’équipements et de personnels adéquats.
Le maire de la commune de Barkédji dans le département de Linguère, Mr Amadou Hounel  Sow, a pour sa part, indiqué que sa localité qui ne dispose que de trois postes de santé et six cases de santé, polarisant plus de 20.000 âmes souffre énormément de manque d’infrastructures sanitaires bien qu’étant la plus grande collectivité locale du département après Linguère et Dahra.
Pour lui, Barkédji qui depuis 1949, ne dispose que d’un seul poste de santé, doit bénéficier d’un centre de santé en lieu et place du poste de santé, précisant que c’est la commune qui a pris en charge la sage-femme qui officie dans le poste de santé.
Le maire de Gueune Sarr dans le département de Louga, Mr Ibra Top, a quant à lui, souligné que sa localité qui polarise 70 villages ne compte qu’un seul poste de santé. Et il  a, en outre, souhaité voir le ratio revu en hausse pour permettre de mieux prendre en compte les préoccupations des populations en matière de santé, révélant à cet égard, que les émigrés ressortissants de la commune, ont construit à leurs frais, deux postes de santé en faveur des populations, marquant ainsi leur contribution au développement de la localité.
Les maires des autres communes ont tous tiré la sonnette d’alarme, dénonçant beaucoup de manquements constatés dans leurs structures sanitaires respectives.
En réponse à tous les problèmes soulevés ici et là, les techniciens et responsables nationaux du ministère de la santé, leur ont fait un exposé portant sur les normes d’érection des structures de santé, de leur réhabilitation ou mutation en établissements supérieurs respectifs.
Ils  ont, à cet effet, distribué aux maires des fiches de demande pour l’établissement d’une  nouvelle carte sanitaire.

Mbargou DIOP, Correspondant permanent à Louga.

 
Dimanche 26 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :