La JDS hausse le ton : Et prône l’organisation d’un référendum révocatoire pour démettre le président actuel


Le peu de crédit qui restait au président Macky Sall vient de s’effondrer comme un château de cartes. Le Sénégal retourne dans les jours sombres d’une démocratie en berne. La crédibilité de la première institution du pays est dangereusement entamée. Le président de la république a choisi de tourner le dos à la volonté du peuple, il a choisi de se renier pour rester au pouvoir avec son clan politique, il a décidé de piétiner son engagement pris devant le peuple pour sauvegarder des privilèges, acceptant de perdre le prestige du respect de la parole donnée. Il y a une rupture de confiance entre lui et notre peuple. Nous avons vécu en direct à la télévision des images affligeantes : l’abjuration d’un président de la république. Il a perdu toute légitimité de gouverner notre pays.  Notre peuple vient de vivre encore une occasion de plus perdue. Désormais, avec ce reniement de plus, la culture du « Wax waxeet » s’installe dans notre société. Depuis longtemps, la JDS n’a cessé de rappeler que Macky Sall fait du Wade sans Wade. Il fait du Wade sans l’envergure de Wade. Les faits viennent de nous nous donner raison. Maintenant, jusqu’où nous conduira la classe politique traditionnelle ?
Elle est incapable de comprendre les souffrances de notre jeunesse, le désir ardent de changement radical de notre peuple. Elle a oublié ceux qui sont tombés à la Place de l’Obélisque au nom de la démocratie, de la liberté et des valeurs cardinales de notre société. Hier soir, Mamadou DIOP a remué dans sa tombe. Il a subi un deuxième assassinat. Cette fois ci, la balle vient des rangs de  ses camarades de l’Obélisque. Nous avons tous trahi Mamadou DIOP et tous les martyrs tombés en 2012 pour satisfaire des besoins égoïstes. La deuxième alternance est définitivement compromise. Rien de bon ne pourra plus sortir d’elle. Car, elle n’inspire plus confiance.
Le problème qui se pose au président Macky Sall n’est pas d’ordre juridique. C’est un problème éminemment politique, un problème moral et éthique. Ce qui est en jeu, c’est la valeur de la parole d’un président de la république. C’est trop facile de se cacher derrière la position d’un conseil constitutionnel pour accomplir son forfait. Macky Sall a trahi le peuple. Il a trahi les manifestants de la Place de l’Obélisque. Il a trahi les Assises nationales. Il a trahi ses électeurs.  Que vaut un avis du conseil constitutionnel devant la volonté du peuple ? Rien, rien et rien. Le peuple est seul titulaire de la souveraineté. Il a bel et bien la possibilité de réduire le mandat en cours. Car, c’est lui qui confère le mandat.
La ruse et les valeurs entrent en conflit. Nous vivons une conjuration  orchestrée par les élites, derrière des institutions corrompues pour garder des privilèges et satisfaire l’appétit d’une nouvelle noblesse accapareuse bien installée au cœur de la république. Cette fois ci, ça ne passera pas. Les valeurs doivent l’emporter sur la ruse. C’est vers le peuple que nous tournons encore notre regard. Rien n’est perdu. L’espoir est dans la rue ! C’est au peuple d’arbitrer cette question pour qu’enfin, dans ce pays, les hommes politiques entendent la colère du peuple.
La Jeunesse pour la Démocratie et le Socialisme (JDS) appelle les forces vives de la nation à la mobilisation pour arrêter cette nouvelle machine de conspiration contre le peuple, de confiscation de la volonté du peuple et de négation du peuple lui-même. La JDS appelle, ici et maintenant, à la Convocation d’un Forum national populaire (FNP) qui regroupera toutes les forces vives du changement, les différents secteurs de la vie sociale, économique et politique du pays représentés par des porte-paroles dont l’honnêteté et la moralité publique sont reconnues. Les  secteurs politiques  capables de se  transformer en véritables opérateurs et propulseurs de changements doivent unir leurs forces  pour faire face à la forfaiture de Macky Sall. Le Forum national populaire (FNP) soutenu par le peuple peut avoir trois objectifs majeurs :
  1. L’organisation d’un référendum révocatoire pour démettre le président actuel qui a perdu toute légitimité ;
  2. La délégation au Forum national populaire de la faculté constitutionnelle d’élire un gouvernement d’urgence de transition ;
  3. La mise en place d’une Assemblée constituante chargée de la rédaction d’une nouvelle constitution pour entrer dans la 4e République, la République des valeurs qui sera une démocratie moderne avec quatre pouvoirs: le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif, le pouvoir judiciaire et le pouvoir éthique.
Le Sénégal est de nouveau à la croisée des chemins. Les conspirateurs ne doivent pas l’emporter. Le peuple, guidé par le plus bel idéal, l’espoir en feu dans sa poitrine, fera entendra sa voix comme toujours. L’espoir est dans la rue !

Parti Socialiste (PS)
Jeunesse pour la Démocratie et le Socialisme (JDS)

 
 
 
 
 
Mercredi 17 Février 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :