La FNCL renouvelle son bureau, félicite le PDS et charge le Gouvernement de Macky Sall


La FNCL renouvelle son bureau, félicite le PDS et charge le Gouvernement de Macky Sall

 

FEDERATION NATIONALE DES CADRES LIBERAUX (FNCL)

-----------------------------

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 04 OCTOBRE 2016.

Suite à l’assemblée générale du 19 Aout 2016, la FNCL a procédé au réaménagement de ses instances après un processus de quatre années qui vient d’aboutir à la mise sur pied du Bureau Exécutif National (BEN). La FNCL félicite tous les cadres libéraux qui ont su rester fidèles et loyaux au Parti Démocratique Sénégalais (PDS) durant cette traversée du désert inhérente à la vie de toute formation politique digne de ce nom. Elle remercie le SGN du PDS Me Abdoulaye Wade, son adjoint Oumar Sarr, le frère candidat du parti Karim Meissa Wade ainsi que tous les membres du Comité Directeur pour leur soutien indéfectible à la structure des cadres du Parti.

La Fédération Nationale des Cadres Libéraux (FNCL) se félicite de la nouvelle victoire du Frère-Candidat Karim Meissa Wade au tribunal de grande instance de Paris après celles, entre autres, de la cour de justice de la CEDEAO et du groupe de travail des Nations Unies. Cette sentence démontre qu’il est totalement admis que Karim Wade et ses co-accusés sont des victimes d’un acharnement sauvage d’une Cour politique inique, inféodée et asservie aux desiderata politiciens d’un exécutif en mal de vision et de perspectives. Ce énième autodafé de l’arrêt de la Cour primitive de Macky Sall et de ses sbires par le tribunal de Paris en est une illustration parfaite.

L’Etat de droit et le principe sacro-saint de la séparation des pouvoirs se trouvent constamment bafoués sous le régime de Macky avec, notamment, une cour suprême qui élabore et oriente ses décisions sur injonctions du palais présidentiel. Le cas de la sœur Aida Ndiongue constitue un précédent dangereux dans l’histoire judiciaire du Sénégal. Comment peut-on expliquer que la Cour Suprême, pour un verdict déjà prononcé en appel en faveur de la sœur Aida Ndiongue, puisse juger des faits en lieu et place de la conformité du droit ? Le Juge Mamadou Badio Camara, ami déclaré de Macky Sall et gendre de Sidiki Kaba avait à cœur, au mépris de la déontologie, de satisfaire les désirs du clan au pouvoir à savoir spolier la totalité des biens de cette brave dame qui n’a commis que le délit d’appartenance au PDS.

Pendant que Macky Sall s’évertue à persécuter ses adversaires politiques par l’entremise de la justice et à violer sans vergogne les libertés démocratiques, la corruption, les détournements des ressources de la nation et l’impunité font la belle étoile. 

En effet, l’affaire Pétrotim où Aliou Sall, frère du président de la république, s’adjuge sur le dos du peuple sénégalais, 30% des ressources pétrolières de notre pays après avoir effectué de multitudes et nébuleuses opérations de vente d’actifs toutes taxables et imposables notamment la prise de participation des 90% de Pétrotim par Timis Corporation le 03 Juillet 2014, la cession des 60% de ce même paquage à Kosmos Energy le 19 Aout 2014 pour un montant de 400 millions de dollars soit 200 milliards de francs CFA. Les Faits sont accablants, Aliou Sall doit s’expliquer devant la justice et restituer au peuple en valeur réelle la totalité des 90 % de titres obtenus ainsi que les impôts dus à la nation sénégalaise. Le simple fait de créer une société anonyme unipersonnelle dénommée Pétrotim Sénégal le 04 Juillet 2012, agissant au nom et pour le compte de Pétrotim Limited, au mépris de l’article 8 du code pétrolier, deux semaines après la signature des décrets d’attribution des blocs Saint-Louis offshore profond et Cayar Offshore profond par le grand frère président de la république, le 19 Juin 2012, est constitutif d’un acte de haute trahison.

Toujours sur le chapitre des nébuleuses, le scandale des remises gracieuses d’impôts octroyées aux entreprises favorables au clan au pouvoir, qui se chiffrent à des dizaines de milliards de nos francs, constitue une préoccupation majeure pour la FNCL. D’ailleurs, le FMI en a fait état lors de son dernier passage au ministère de l’économie et des finances. Le dossier de l’OFNAC où les hommes du pouvoir, épinglés par le dernier rapport publié, sont auréolés et glorifiés au lieu d’être mis à la disposition de la justice pour détournement. A la place, ce sont les dignes fonctionnaires et agents de cet office, épris de dignité et du devoir accompli au nom de la nation, qui sont persécutés ou radiés.

La corruption et le manque de transparence s’affirment de manière étonnante comme les méthodes de gouvernance du Président Macky Sall. Les affaires Arcelor Métal, Bictogo, la réfection du building administratif, les marchés publics de gré à gré, l’affaire Lamine Diack etc. sont autant de scandales inacceptables et insoutenables pour notre pays. Il est grand temps que les sénégalaises et les sénégalais, soucieux du devenir de leur pays, se mobilisent pour mettre fin au bradage des maigres ressources du pays.

S’agissant du processus électoral, La FNCL dénonce avec vigueur le manque de transparence et de dialogue sur les termes de la refonte partielle du fichier électoral orchestrée et imposée de manière unilatérale par le ministre de l’intérieur, militant de l’APR, Abdoulaye Daouda Diallo. Le président Macky Sall, conscient de sa déconvenue certaine à la prochaine présidentielle, tente désespérément de se tailler un fichier électoral sur mesure et de créer les conditions d’un report des élections législatives de 2017 par l’instauration des cartes d’électeurs biométriques à quelques mois des législatives. En conséquence, La FNCL soutient sans réserve la décision du parti, en collaboration avec tous ses alliés de l’opposition, de mener farouchement le combat républicain afin que le consensus électoral qui a toujours prévalu, depuis l’accord de 1992, soit rétabli. Ainsi, elle appelle tous les militants à participer massivement à la marche du Vendredi 14 Octobre 2016 en collaboration avec les alliés du FDS/Mankoo Wattu Sénégal.

La FNCL estime que l’envie d’émancipation actuelle du peuple sénégalais appelle impérativement à un saut qualitatif de notre démocratie républicaine et que le temps des régimes où le dicta d’un clan et le culte de la personnalité font légion, est maintenant révolu.

Au chapitre de la vie du parti, la FNCL appelle fortement les responsables et militants à privilégier le travail de terrain à la base notamment au niveau de leurs sections et de leurs fédérations. En ce sens, la FNCL compte organiser une tournée nationale, à partir du 21 Octobre 2016, au niveau des 45 départements, aux fins d’installer les antennes départementales de la structure et de remobiliser les militants à la base en vue des échéances futures. 

Enfin, la FNCL appelle tous ses membres au travail, à l’union sacré des cœurs et les exhorte aussi à un engagement total dans les futures batailles de l’opposition et des forces vives de la nation.

 

 

Fédération Nationale des Cadres Libéraux (FNCL)

Fait à Dakar le 04 Octobre 2016

Mardi 4 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :