La Division des investigations criminelles (DIC) lance la chasse contre Bara Gaye


La Division des investigations criminelles (DIC) lance la chasse contre Bara Gaye
Les quotidiens parvenus lundi à l’APS n’en ont que pour Bara Gaye, le secrétaire général de l’Union des jeunesses travaillistes et libérales (UJTL), activement recherché par la Police, dans le but de l’entendre sur certaines déclarations ‘’irrévérencieuses’’ qu’il aurait tenues à l’endroit du chef de l’Etat Macky Sall.

La Division des investigations criminelles (DIC) ‘’lance la chasse contre Bara Gaye’’, souligne Walfadjri à sa Une. Le quotidien rappelle que l’épouse du secrétaire général de l’Union des jeunesses travaillistes et libérales (UJTL) a été entendue 4 heures durant, la veille, par les enquêteurs de la DIC.

‘’La Police a lancé, depuis vendredi, la chasse contre le patron des jeunesses du PDS, accusé d’offense au chef de l’Etat. S’il est reconnu coupable des faits qui lui sont imputés, Bara Gaye risque gros’’, écrit ce journal, selon qui le responsable de l’UJTL avait ‘’accusé vendredi le président Macky Sall d’avoir délivré des passeports diplomatiques à des homosexuels au détriment d’anciens ministres libéraux’’.

L’Observateur relève que cette déclaration de Bara Gaye, lors d’un meeting tenu par le Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) à Mbacké, une commune du centre du Sénégal, ‘’lui coute des ennuis judiciaires’’.

‘’Depuis samedi, les éléments de la Division des investigations criminelles (DIC) se lancent à ses trousses pour lui remettre une convocation. En vain. Et une chasse à l’homme d’être ouverte par les différentes forces de sécurité du Sénégal. En vain, même si des signalements avaient été donnés sur l’endroit où il se +cache+’’, explique le quotidien du groupe Futurs médias.

‘’(…) le jeune responsable réussit à passer à travers les mailles du filet, aidés par des sources internes. Finalement, c’est son épouse qui a été convoquée par les policiers en vue d’une coopération. Sans succès. L’évasion de Bara Gaye semble compliquer son cas. Et le PDS de dérouler sa stratégie pour pousser le régime de Macky Sall à la +faute+’’, ajoute-t-il.

‘’Depuis la chute du régime libéral, Bara gaye ne cesse d’envoyer des piques empoisonnées au chef de l’Etat. Le patron de l’UJTL est dans une logique de provocation qui est allée crescendo malgré une première audition à la DIC pour +offense au chef de l’Etat+classée avant d’être rouverte ce matin’’, écrit Le Quotidien.

‘’Depuis ses propos jugés offensants prononcés vendredi dernier lors de la marche nationale du PDS à Mbacké, Bara Gaye se cache à Touba (sa ville d’origine). Toutefois, selon certaines indiscrétions aussi bien les propos de Bara Gaye que les conditions et péripéties de sa cachette ont savamment été planifiés par le sommet’’ de son parti, soutient L’As.

La Tribune et Direct Info annoncent que le secrétaire général de l’UJTL va en principe se présenter devant les enquêteurs de la DIC ce lundi. Mais de toutes les façons, ‘’Bara Gaye risque gros’’ et ‘’pourrait se retrouver accusé d’+incitation à l’insurrection et discrédit sur les institutions, écrit Enquête. Il relaie d’autres propos du patron de l’UJTL qui aurait également déclaré que le PDS va reprendre le pouvoir ’’par les urnes ou par la force’’.

‘’Sous le coup de l’article 80, il s’ouvre les portes de Rebeuss’’, la célèbre Maison d’arrêt et de correction (MAC) dakaroise, renchérit Le Populaire, soulignant que sans compter le délit d’offense au chef de l’Etat qui le viserait, ‘’Bara Gaye risque gros pour avoir nargué les autorités judiciaires et policières’’.

Sud Quotidien met en exergue un autre sujet politique en anticipant sur le ‘’clash’’ qui menacerait l’Assemblée nationale, à l’occasion de sa prochaine session prévue pour débuter en juin, avec le risque de virer en une ‘’véritable foire aux empoignes (…)’’ qui déboucherait éventuellement sur des scissions.

‘’Pour cause, plusieurs propositions de loi et non des moindres portées par des parlementaires de tous bords sont en passe d’être déposées sur le bureau de Moustapha Niasse, le président de l’Assemblée nationale’’, écrit le journal.

‘’Parmi ces +lois+ qui suscitent pour la plupart divergences et oppositions ouvertes, des fois entre alliés, on note celles portant sur la restauration du quinquennat sur le perchoir, l’abrogation de la loi Ezzan, le non-cumul des mandats, l’élection des maires au suffrage universel, voire le rétablissement de la peine de mort au Sénégal’’, précise Sud Quotidien.

Le Soleil lui revient sur une adresse du chef de l’Etat Macky Sall à ses pairs, ce week-end à Addis Abeba, lors d’une réunion du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD). ‘’L’Afrique doit compter sur ses ressources internes’’, a-t-il déclaré dans des propos cités à sa Une par le quotidien national.

Dakaractu2




Lundi 27 Mai 2013
Notez


Dans la même rubrique :
Samuel Sarr libéré

Samuel Sarr libéré - 01/10/2014