La Côte d’Ivoire, la Guinée équatoriale, le Koweït, la Pologne et le Pérou élus au Conseil de sécurité

Les Pays-Bas prendront la succession de l’Italie à compter du 1er janvier 2018


L’Assemblée générale a élu, aujourd’hui, la Côte d’Ivoire, la Guinée équatoriale, le Koweït, la Pologne et le Pérou comme membres non permanents du Conseil de sécurité pour un mandat de deux ans qui débutera le 1er janvier 2018.

Elle a également élu, pour un an, les Pays-Bas qui occuperont, également à partir du 1er janvier 2018, le siège actuellement pourvu par l’Italie.  Ces deux pays avaient convenu, l’an dernier, de partager ce mandat.

Les cinq autres nouveaux membres non permanents du Conseil de sécurité ont chacun été élus à l’issue d’un scrutin unique.

La Côte d’Ivoire, le Koweït et la Guinée équatoriale ont recueilli respectivement 189, 188 et 185 voix.  Élus au nom du Groupe des États d’Afrique et d’Asie-Pacifique, ces trois pays succéderont à l’Égypte, au Japon et au Sénégal.

Bien qu’ils n’étaient pas candidats, la Guinée et le Maroc ont tout de même obtenu une voix chacun. 

Pour le compte du Groupe des États d’Europe orientale, la Pologne, seule candidate, a été élue avec 190 voix et siégera à la place de l’Ukraine.

Enfin, le Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes sera représenté au Conseil de sécurité par le Pérou qui a obtenu 186 voix.  L’Argentine qui n’était pas candidate, a obtenu une voix. 

Les Pays-Bas ont été élus en début de séance avec 184 voix pour prendre la succession de l’Italie qui renoncera à son siège le 31 décembre 2017, à minuit.

L’an dernier, l’Assemblée générale n’était pas parvenue à départager ces deux candidats du Groupe des États d’Europe occidentale et autres États.  À l’issue de cinq tours de scrutin extrêmement serrés, les Ministres italien et néerlandais des affaires étrangères avaient donc proposé de se partager le siège disputé.

C’est la première fois depuis l’élargissement du Conseil de sécurité de 11 à 15 membres en 1965, et l’augmentation du nombre des sièges non permanents de 6 à 10, qu’un siège est ainsi « coupé » entre deux États Membres.

Aujourd’hui, avant la mise aux voix, le représentant de l’Égypte a toutefois averti que cette « entente spéciale » entre l’Italie et les Pays-Bas ne doit pas constituer un précédent pour l’élection des membres non permanents du Conseil de sécurité.

Les 10 sièges non permanents du Conseil de sécurité sont renouvelés par moitié tous les ans et sont répartis comme suit: cinq sièges pour le Groupe des États d’Afrique et d’Asie-Pacifique, deux pour le Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes, deux pour le Groupe des États d’Europe occidentale et autres États, et un pour le Groupe des États d’Europe orientale.

En dehors des cinq membres permanents du Conseil que sont la Chine, les États-Unis, la Fédération de Russie, la France et le Royaume-Uni, et des six pays qui viennent d’être élus ce matin, le Conseil de sécurité sera également composé, en 2018, de la Bolivie, de l’Éthiopie, du Kazakhstan et de la Suède.

La prochaine réunion de l’Assemblée générale sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.
Vendredi 2 Juin 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :