La Chambre d’accusation se déclare incompétente pour connaître la requête de Me Moussa B. Thiam : L’avocat de Boughaleb va se pourvoir en cassation

L’avocat du policier Sidy Mohamed Boughaleb, Me Moussa Bocar Thiam, va se pour­voir en cassation, après que sa requête introduite pour «infor­­mation complémentaire» sur le dossier de son client auprès de la Chambre d’accusation a vu celle-ci se déclarer «curieusement» incompétente. Selon le conseil du policier, «la Chambre d’accusation a fui ses responsabilités». Mais ce pourvoi devant la Cour suprême va «obliger la Chambre d’accusation à prendre ses respon­sabilités, à savoir, rouvrir l’enquête qui a été bâclée», selon la robe noire.


La Chambre d’accusation se déclare incompétente pour connaître la requête de Me Moussa B. Thiam : L’avocat de Boughaleb va se pourvoir en cassation
Pour certains, la Cham­bre d’accusation devrait déclarer la requête de la défense irrecevable, au lieu de se déclarer incompétente. Parce que,  selon ces sources, à part le Parquet, ni la partie civile ni la défense n’ont le droit de saisir cette chambre sur cette affaire. Mais la réponse de Me Moussa Bocar Thiam est catégorique : «En réalité ma requête est bien recevable et ne peut qu’être recevable, parce que la loi permet au conseil du prévenu de déposer une requête de ce genre à n’importe quelle étape de la procédure, c’est la loi qui le permet.  Donc, la Chambre d’accusation ne peut pas déclarer ma requête irrecevable, impossible», se défend-il.
Et d’ajouter : «L’article 194 du Code de procédure pénale permet à l’avocat d’une des parties de saisir la Chambre d’accusation, s’il estime que l’enquête a été bâclée, et c’est ce que l’on a fait. La chambre d’accusation à toutes les compétences pour le faire, mais elle s’est déclarée incompétente.» 
La défense du seul présumé coupable de la mort de l’étudiant Bassirou Faye, qui reste dans les liens de la détention, a déposé «une demande d’information  complémentaire», jeudi dernier, devant la Chambre d’accusation afin que celle-ci reprenne l’enquête «qui a été bâclée». 
Pour rappel, Bassirou Faye a été tué le 14 août 2014 au campus social de l’université Cheikh Anta Diop à la suite de violents affrontements entre Forces de l’ordre et étudiants. L’affaire a connu de nombreux rebondissements.  

Le Quotidien
Vendredi 8 Janvier 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :