La Catastrophe du Typhon HAIYAN aux Philippines un Exemple à méditer…


La Catastrophe du Typhon HAIYAN aux Philippines un Exemple à méditer…
  Le Typhon Haiyan qui s´est abattu sur les Philippines le Vendredi 8.Novembre 2013 a fait plusieurs milliers de morts dans les îles qu´il a ravagé. Le cyclone tropical le plus puissant jamais enregistré a déjoué les précautions et prévisions d´un pays qui connaît souvent des tempêtes tropicales. Plus d´une vingtaine s´ abattent chaque année dans cet archipel de plus de 100 millions d´habitants. Il est bien évident que le Sénégal ne peut pas être comparé aux Philippines ou aux pays de l´Asie du Sud Est - ni de par la situation géographique, ni de par les facteurs météorologiques déterminants. Tout de même on peut tirer à priori des enseignements de ce phénomène dévastateur et puissant avec des vents soufflés enregistrés atteignant 378 Kilomètres par heure. On ne peut pas se protéger et/ou se préparer pour faire face à des vents d´une vitesse de 378 km/h mais il faut que nous ouvrions les yeux et tirons des enseignements - sur le Tsunami de 2004 dans l´ Océan indien - sur le cyclone tropical qui vient de dévaster et détruire des milliers de vies et - sur les maisons, édifices et cimetières détruites par les vagues le long des côtes    Sénégalaises: notamment à Bargny.   En 1988 je disais à des professeurs de météorologie allemands que le niveau de la mer augmentait et faisait des ravages sur les côtes ouest-africaines. Ils ne m´avaient pas cru! Ils attendaient alors une confirmation des américains par leurs satellites qui balisaient cette partie de l´Atlantique. En 1994, je profitais de mon séjours dans les services de Météorologie de l`Aéroport de Yoff pour faire des promenades à pieds le long des côtes sénégalaises et voir l´état de pollution et les effets de l´avancée de la mer. D´abord entre Yoff ou j´habitais et le lac rose. Ensuite entre Bargny-Toubab Dialao-Mbour-Joal Fadiouth. En 2010, j´ai repris le chemin inverse et suis parti de Mbour à Bargny en longeant la côte. Mon choc a été considérable. À part quelques rares exceptions, je pouvais longer la côte et traverser les agglomérations (Mbour, Saly, Ngaparou, Somone, Guéréo, Popenguine, Toubab Dialao, Yène, Siendou -. Mais à Bargny j´ai eu le choc de ma vie et remarqué qu´il n´y avait plus de côte, que les gens avaient construit leurs maisons et murs de protection et trempaient sous l´eau. Alors il fallait faire des détours de plusieurs centaines de mètres. C´est ici même, le moment de dire NON! Aux constructions anarchiques et anormales sur la corniche à Dakar et sur la côte à Bargny. Certains ont fait de la plage - un domaine maritime national- leur propriété privée. Ce n´est pas normal. Il  y a de graves problèmes d´urbanisme. Les destructions des maisons sur les côtes peuvent être provoquées aussi bien - par les vents forts de plus de 100 km/h - par les inondations issues des pluies que - par les marrées…. L´arrivée d´un cyclone sur les côtes s´accompagne toujours d´une marrée de tempête qui voit le niveau de la mer s´ élever. Même des vents de plus de 100 km/h provoquant de fortes pluies et des inondations feront beaucoup de victimes au Sénégal. Notre pays pauvre n´aura pas les moyens de déplacer de façon préventive  des centaines de milliers de personnes. Il faut dès à présent interdire les constructions près de la mer (quasi sur la plage) - comme c´est le cas à Bargny - Aussi il faut  interdire l´extraction illégale et la vente de sable de mer sur certaine zone. Il faut même inciter certaines personnes qui ne sont pas pêcheurs et ne vivent pas de la mer à ne pas construire près des plages de Bargny   Avec le réchauffement climatique observé, il est évident qu´il s´en suit une augmentation de la température des océans. Rappelons que les cyclones se forment lorsque les eaux de surface des océans excèdent 26°C     Gora Diagne Meteorologiste Expert en risques environnementaux Mr. Gora Diagne Météorologiste Allemagne
Jeudi 21 Novembre 2013
Dakaractu




1.Posté par beug sa rew le 21/11/2013 20:39
C´est malheureusement la triste réalité. Le jour ou un cyclone de plus de 200 km/h
va s´abattre sur la presqu´île du cap vert, les dégâts risquent d´être considérables.
Donc il faut tout faire pour ne pas construire sa maison tout près de la mer.



Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015