La CEDEAO interpelée ! (par Ibraima Séne)


Voilà cinquante trois ans que l’OUA a été créée par nos Chefs d’Etat, avec l’objectif de parachever la « Décolonisation » de l’Afrique et de promouvoir son « Unité ».
S’il est indéniable que les anciennes colonies, sauf le Sahara occidental, ont accédé à l’indépendance avec la reconnaissance, au plan international, de leur souveraineté nationale, l’on est loin du compte pour ce qui est de l’Unité africaine.
Ce qui a prévalu, c’est « l’intégration par cercles concentriques »,  sous forme de  «  sous régions », dont la CEDEAO en Afrique de l’Ouest.
La transformation ultérieure de l’OUA  en Union Africaine (UA),  dotée d’une « Commission Africaine » à la place d’un «  Secrétariat Général »,,  a pu impulser des avancées au plan de l’intégration  économique  avec  l’appui de La Commission Economique Africaine (CEA) avec l’Agenda 2063, le Fonds  Monétaire Africain (FMA), et la «  Zone  de Libre Echange Continentale » ( ZLEC),  il n’en demeure pas moins que l’Afrique peine encore à recouvrer sa souveraineté pleine et entière et à matérialiser son Unité.
Dans ce contexte, les sous-régions africaines, dont la CEDEAO, et non plus les Etats pris individuellement,  sont devenues les voies obligées pour parachever le recouvrement de la souveraineté de nos peuples, pour mieux baliser le processus d’unité continentale de l’Afrique dont rêvaient les fondateurs de l’OUA en 1963.
C’est ainsi que les défis économiques, sécuritaires et environnementaux auxquels font face les peuples, chaque  pays africain,  dictent la nécessité de leur prise  en charge  dans chaque sous régionale  sous l’égide  de la Commission Africaine.
A cet égard, la CEDEAO, pour ce qui est l’Afrique de l’Ouest, est interpelée, au plan économique,  par les APE et la Zone franc, au plan sécuritaire,  par le MNLA au Mali ,  les jihadistes d’obédience Al Qaida  au  Mali, au Burkina, et en Côte d’Ivoire, et par  Boko haram , d’obédience Etat Islamique, au Niger et au Nigéria,  au plan sanitaire,  par EBOLA, et au plan environnemental, par les changements climatiques occasionnant une tendance lourde d’assèchement de la sous - région et d’avancée du désert.
Les APE et la Zone franc se sont avérés être des obstacles à l’intégration économique de la sous -région et à l’avènement de la Monnaie commune en 2020.
Au plan sécuritaire, il s’est avéré que les accords de défense des pays, pris individuellement avec la France et les Etats Unis, sont incapables d’assurer la sécurité de nos Etats, encore moins  de lutter efficacement contre les djihadistes, même avec le soutien de l’ONU.
Au plan sanitaire, nos politiques nationales et nos frontières se sont avérées incapables de prémunir nos peuples, encore moins de contrer la propagation sous régionale d’une épidémie.
Enfin, les changements climatiques rendent nos politiques nationales et  nos frontières sans objet dans ce domaine.
Ainsi, 53 ans après la création de l’OUA, il est pénible de constater l’impuissance de nos Etats, pris individuellement, face à ces défis nouveaux.
Les accords de coopération de pays, pris individuellement, avec les grandes puissances, les Institutions de Bretton Woods et de celles de  l’Union Européenne, ont atteint leurs limites sociales  en prouvant leur incapacité à contribuer à la réalisation des objectifs des fondateurs de l’OUA.
Le Besoin de sous –régions, dont la  CEDEAO en Afrique de l’Ouest, est devenu vital pour nos peuples dans la quête d’une plus grande souveraineté sur leur destin, et d’un meilleur usage de leur potentiel économique et de leurs ressources humaines, pour sortir de la dépendance, de la misère et de l’insécurité.
Ce besoin d’une CEDEAO, en Afrique de l’Ouest,  ne peut être pris en charge  politiquement que par des organisations de patriotes pan africains  dans chaque Etat membre  et en coopération entre elles, pour qu’il soit l’agenda électoral principal dans chaque Etat de la  sous – région.
Pour ce faire,  le rejet des APE, le retrait  du Compte d’Opération  du Trésor Français, des avoirs extérieurs des Etats de la Zone Franc, la résiliation des accords de défense avec les grandes puissances et le départ de leurs bases militaires, sont des conditions nécessaires pour une plus grande intégration économique et monétaire de nos Etats en 2020, et pour la mise en place des Forces communes de Défense et de Sécurité de la sous- région.
Cette CEDEAO pourrait s’appuyer sur non  énorme potentiel énergétique, hydraulique et sur ses ressources humaines, pour sortir de la dépendance, de la misère et de l’insécurité, tant au plan de la défense et de la protection de ses citoyens, qu’au plan alimentaire et sanitaire.
Les patriotes et républicains pan africains de la CEDEAO ne peuvent plus, à moins de se renier,dans les échéances électorales, quelles soient présidentielles ou législatives,, ne pas se déterminer sur ces enjeux économiques, sécuritaires, sanitaires, et de développement, auxquels font face les peuples de notre sous région.
 
                           Ibrahima Sene PIT/SENEGAL/CDS
                                                                                         Dakar le 24 mai 2016.
Mardi 24 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :