La CAN 2017 au Gabon : Le vrai défi d’Aliou Cissé


C’est fait, le Sénégal sera à la CAN 2017. Les Lions ont survolé le groupe K, signant 5 victoires en autant de sorties. Mais alors que le billet pour le Gabon est en poche, il y a comme une peur du voyage.
Le parcours d’Aliou Cissé et sa troupe est plus qu’honorable dans ces éliminatoires de la CAN 2017. En battant le Burundi (0-2) samedi dernier à Bujumbura, les Lions venaient de signer un 5ème succès en autant de matchs. Une prouesse que seuls les partenaires de Sadio Mané ont réussie dans cette présente compétition. Puisqu’avant cela, le Sénégal avait battu le Niger en aller et retour en fin mars début juin (2-0 et 1-2). Auparavant, ils avaient dicté leur loi au même Burundi à Dakar (3-1) avant d’aller battre la Namibie sèchement (0-2) sur ses terres. Un carton plein qui fait entrer la bande à Kalidou Koulibaly dans l’histoire du foot sénégalais, puisque qu’aucune équipe n’avait réalisé une telle performance avant eux. Pas même la glorieuse génération de 2002. C’est vrai, on n’en attendait pas moins des Lions qui font office d’ogre dans un groupe K qu’ils partagent avec ces «petits poucets» que sont la Namibie, le Burundi et le Niger. Même si, comme disait l’autre, «il faut jouer les matchs pour les gagner». Disons-le donc, Aliou Cissé a fait plus que l’essentiel. il a largement atteint son premier objectif. Celui d’amener le Sénégal à la prochaine grandmesse du football continental.
 
La CAN, on va donc y retourner. Pas la peur au ventre, mais avec un gros noeud à l’estomac. Une pointe de crainte, puisqu’aux deux dernières éditions, nos Lions n’avaient pas eu le temps de rugir. Chassés qu’ils ont été dès le premier tour. Amara ne s’est toujours réveillé du cauchemar de Bata. Alain Giresse avait perdu pied sous les trombes d’eau de Mongomo. Et depuis, les certitudes ont été gommées. L’on se demande si la terre des Panthères ne sera pas toujours aussi hostile aux Lions. Surtout que les hommes d’Aliou Cissé n’ont pas su clore le débat qu’alimente la qualité de leur jeu. Mais l’espoir peut être permis, puisque cap’tain Cissé a su tempérer son commandement, sans perdre du galon.
 
Mame Biram Diouf a été replacé dans l’axe de l’attaque avec Moussa Konaté et Pape Kouly a été rappelé pour combler ce déficit de technicité au milieu de terrain dans l’organisation et la création. Il a même lancé Pape Alioune Ndiaye dans le bain pour une première  titularisation en match officiel contre la Burundi. L’espoir est permis avec l’arrivée de Baldé Diao Keïta pour pallier le manque de joueurs de couloir dans l’équipe. L’espoir est permis puisque Gana Guèye et Cheikhou Kouyaté n’ont jamais baissé la garde dans l’entre-jeu. et avec 2 buts pris en 5 matchs, la défense regroupée autour de la paire Koulibaly-Kara tient bien les clefs de la maison. il est donc là le défi de Cissé.
 
C’est de franchir cette barrière interdite de la phase de poules. De prendre sa revanche sur l’histoire… en marquant ce but qu’il avait raté en 2002.
Stades
Mardi 7 Juin 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :