LOUGA : Le PASA et la BAD soutiennent le développement et la promotion de la culture maraichère


LOUGA : Le PASA et la BAD soutiennent le développement et la promotion de la culture maraichère
La campagne de commercialisation de la pastèque à démarré dans la capitale du Ndiambour depuis  bientôt un mois, comme le prouve l’envahissement des différentes rues et artères de la ville par des dépôts de pastèque, au grand bonheur des populations et des commerçants. 

Seul problème véritable signalé, la conservation du produit qui pose des problèmes aux commerçants, comme nous l’ont avoué certains commerçants rencontrés.

La pastèque est généralement issue des  différentes zones d’exploitation et de production que sont le Walo, le Djoloff, le Cayor, le Baol, le Saloum, et le long du lac de Guiers.

Toutefois, d’autres produits agricoles se signalent ces jours-ci, tels le niébé, l’arachide, le maïs et le mil, au grand bonheur des  agriculteurs.

C’est d’ailleurs dans ce cadre que le groupement de promotion féminin de Ngaye Ndiawar a entamé la préparation de la prochaine saison maraîchère,  avec  le soutien du programme d’appui à la sécurité alimentaire /PASA/, et de la Banque Africaine de Développement /BAD/qui se trouve être le principal bailleur de ce projet.

La présidente du dit groupement, Mme Oulimata  Diédhiou, par ailleurs, Adjointe au maire de Ngourane qui s’exprimait à cette occasion, s’est tout d’abord félicitée des résultats et de la performance des rendements de cette saison hivernale. Elle a ensuite exprimé l’espoir que fondent les femmes de son groupement dans la prochaine campagne maraîchère qui sera particulièrement orientée vers les légumineuses.

Dans cette optique, les villages de War Cissé (Commune de Mbédienne) et de Mbaye-Mbaye (Commune de Léona) viennent eux aussi  de recevoir ce mercredi une délégation des responsables du Programme d’Appui à la Sécurité Alimentaire /PASA/ conduite par son coordonnateur national, le  Dr Moustapha Diaw en compagnie du représentant de la BAD, Mr Xavier Boulanger, venus en visite d’évaluation des résultats de cette saison hivernale finissante pour ainsi préparer celle à venir.

Le Dr Moustapha Diaw, à cette occasion, a révélé que l’objectif du PASA est d’arriver à installer 48 fermes pilotes dans la zone-cible pendant les cinq années que doit durer le projet pour développer et promouvoir les cultures maraîchères exportables et ce conformément aux directives du chef de l’Etat le président Macky Sall.

Le PASA, a-t-il rappelé, intervient dans les régions de Louga, Matam, et Kaffrine  avec un budget de 25 milliards de francs cfa  financés  à hauteur de 81% par la BAD  et  11%  par l’Etat du Sénégal  et le reste par divers  partenaires.

Le représentant de la BAD, Mr Xavier Boulanger, chargé de la Division de crédits, a de son côté,  magnifié l’engagement des femmes et des  producteurs de la zone  sur le terrain et qui, selon lui, méritent bien d’être accompagnés dans cette œuvre qui permettra à terme de booster nos produits maraîchers de qualité  vers l’étranger. 

Pour leur part, les producteurs ont saisi l’opportunité pour  exprimer leurs préoccupations de l’heure, et formuler leurs doléances qui ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd.

En effet, le représentant de la banque, Mr  Xavier Boulanger, en réponse à leurs doléances,  leur a promis l’accompagnement de son institution en leur indiquant que des correctifs seront apportés  favorablement à leurs préoccupations.

Mme Oulimata  Diédhiou, de son côté, a tenu au nom des femmes de son groupement, à annoncer l’écoulement de toute la production de pastèque et de niébé selon le système « bord champ ». 

Elle a, en outre, remercié le PASA pour  son encadrement technique qui, a-t-elle ajouté, a permis d’obtenir des résultats satisfaisants, invitant du coup, les jeunes de la zone-cible victimes de l’exode rural, à revenir se fixer dans leurs territoires respectifs et de s’adonner à l’exploitation maraîchère sur les 15 hectares  de  terre aménagée par le  PASA.  La région de Louga, à travers sa zone maraîchère située le long du littoral notamment à Loumpoul et Potou est une zone par excellence de maraîchage qui, chaque année, produit plus de 30 000 tonnes d’oignon, entre autres spéculations, a révélé  le  président  national du groupement des producteurs maraîchers Mr  Mamadou Ba dit DIAME – YODI  Ba.

La région de Louga qui compte un potentiel avéré dans le domaine de la culture maraîchère aura ainsi un important rôle à jouer dans la nouvelle politique de développement et de promotion des cultures horticoles prônée récemment par le président  Macky Sall. 

UN REPORTAGE DE  NOTRE CORRESPONDANT RÉGIONAL  A  LOUGA  MBARGOU DIOP.
Jeudi 12 Novembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :