LES SÉNÉGALAIS IMPLIQUÉS DANS LA VASTE FRAUDE EN SUISSE COURENT TOUJOURS : 188,6 millions de dollars dans la nature

A l’instar du monde, le pays bat au rythme des «Panama papers» alors qu’il y a plus grave : les «Swissleaks» impliquant 309 Sénégalais et sociétés établis au Sénégal. Ces derniers ont planqué la belle somme de 188,6 millions de dollars (108,5 milliards FCfa), selon le Consortium international des journalistes d’investigation. Et pourtant, un an après la révélation de ce sandale mondial, personne n’en parle presque plus.


L'affaire «Panama Papers» fait des vagues au Sénégal depuis que le nom de Mamadou Pouye, condamné pour complicité dans l’affaire Karim Wade, est apparu dans les fichiers qui ont fuité d’un sulfureux cabinet panaméen spécialisé dans le montage de sociétés et comptes
offshore.
Pourtant, comparée au scandale «Swissleaks» ou «câbles suisses», l’affaire «Panama Papers» est une goutte d’eau dans la mer. Concernant le Sénégal, la seule donnée financière - qui est objet à controverse - est que Pamadou Pouye aurait de l’argent dans des comptes offshore. Ce que nie son avocat, qui a d’ailleurs annoncé une plainte contre les auteurs de l’enquête. Ce, même si, le Sénégal, par la voix de l’agent judiciaire de l’Etat, s’est engagé à user des voies et moyens pour recouvrer les «fonds» qui n’existeraient pas, selon le conseil de Pouye.
Pourtant, la même réaction n’a pas été enregistrée du côté des autorités étatiques dans le cadre des «Swissleaks» qui ont révélé, en février 2015, un système international de fraude fiscale et de blanchiment d’argent qui a été mis en place par HSbC à partir de sa filiale suisse.  En effet, selon la cartographie réalisée par le Consortium international des journalistes d’investigations étudiée par libération, 309 comptes liés à des Sénégalais ou à des sociétés basées au Sénégal figurent dans les fichiers suisses de HSbC.
Ces clients ont planqué dans la banque 188,6 millions de dollars (108,5 milliards FCfa) entre 1983 et 2006, dont 35,5 millions de dollars (20,4 milliards FCfa) identifiés dans un seul compte dont on ignore, pour le moment, le propriétaire.
Pour dire que cette affaire est plus que grave, concernant le Sénégal, que les «Panama Papers». D’ailleurs, sur la liste des 203 pays concernés, le Sénégal se trouve à la 85e place, tout juste après la Côte d’Ivoire. Selon les données de l’ONG One, le Sénégal a perdu dans cette fuite de capitaux une somme équivalent à 0,90% du Pnb du pays, 38% de son budget Santé et 18% de son budget de l’Education.
A ce jour, le seul compte identifié en Suisse et qui était encore actif en 2007 est celui de l’homme d’affaires Youssef Saleh qui affichait à l’époque 400.000 dollars (230 millions FCfa) ; autant dire des miettes par rapport aux montants mis en cause.
Jeudi 7 Avril 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :