LES DEPUTES SACCAGENT LA NATION


LES DEPUTES SACCAGENT LA NATION
La première sortie du Ministre de la formation professionnelle et de l’artisanat Monsieur TALLA à l’assemblée nationale a révélé le mal de notre pays. Parmi, la longue liste des députés qui ont intervenu quarante se sont exprimés en « Poular ». J’étais meurtri et choqué. Mes parents me diront certes !! Quid de ceux qui s’expriment en longueur de journée dans les bureaux, à l’assemblée, à la présidence, dans des réunions officielles en Wolof ? Je leurs rétorquerai simplement que ceux là aussi sont dangereux. Ils sont dangereux pour la consolidation de l’idée de nation, ils sont dangereux pour la rupture annoncée par le Président de la République.

Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n'en font qu'une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L'une est dans le passé, l'autre dans le présent. L'une est la possession en commun d'un riche legs de souvenirs ; l'autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l'héritage qu'on a reçu indivis. L'homme, Messieurs, ne s'improvise pas. La nation, comme l'individu, est l'aboutissant d'un long passé d'efforts, de sacrifices et de dévouements. Le culte des ancêtres est de tous le plus légitime ; les ancêtres nous ont faits ce que nous sommes. Un passé héroïque, des grands hommes, de la gloire (j'entends de la véritable), voilà le capital social sur lequel on assied une idée nationale.

Avoir des gloires communes dans le passé, une volonté commune dans le présent ; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple. On aime en proportion des sacrifices qu'on a consentis, des maux qu'on a soufferts. On aime la maison qu'on a bâtie et qu'on transmet. Le chant spartiate : «Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes» est dans sa simplicité l'hymne abrégé de toute patrie.

Dans le passé, un héritage de gloire et de regrets à partager, dans l'avenir un même programme à réaliser ; avoir souffert, joui, espéré ensemble, voilà ce qui vaut mieux que des douanes communes et des frontières conformes aux idées stratégiques ; voilà ce que l'on comprend malgré les diversités de race et de langue. Je disais tout à l'heure : «avoir souffert ensemble» ; oui, la souffrance en commun unit plus que la joie.

En fait de souvenirs nationaux, les deuils valent mieux que les triomphes, car ils imposent des devoirs, ils commandent l'effort en commun.

Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment des sacrifices qu'on a faits et de ceux qu'on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé ; elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer à la vie commune.

L'existence d'une nation est (pardonnez-moi cette métaphore) un plébiscite de tous les jours, comme l'existence de l'individu est une affirmation perpétuelle de vie. Oh ! Je le sais, cela est moins métaphysique que le droit divin, moins brutal que le droit prétendu historique. Dans l'ordre d'idées que je vous soumets, une nation n'a pas plus qu'un Ministre le droit de dire à son département: «Tu m'appartiens, je te prends». Un pays, pour nous, ce sont ses habitants ; si quelqu'un en cette affaire a droit d'être consulté, c'est l'habitant.

Une nation n'a jamais un véritable intérêt à s'annexer ou à retenir un pays malgré lui. Le vœu des nations est, en définitive, le seul critérium légitime, celui auquel il faut toujours en revenir. Il urge alors pour nos camarades de se ressaisir pour préserver jalousement l’héritage des pères de la nation, notamment de mon « esclave » feu le Président SENGHOR.

Dr Bassirou NIANG, Collectif des Cadres Républicains - MATAM




Dimanche 9 Décembre 2012
Notez


1.Posté par abdou karim sall le 09/12/2012 09:14
Ce qui est vraiment choquant c'est quant niang dit qu'il est choque quant quarante intervenant s a l'assemblee se sont exprimes en pulaar.
Tu es vraiment triste.
Il faut comprendre une bonne fois pour toute qu'au senegal nous n'avons pas une langue nationale mais des langues nationales
Depuis quand tu est du collectif des cadre de matam?

2.Posté par abdou karim sall le 09/12/2012 12:04
Ce qui est choquant c'est d'être choqué que des députés s'expriment en pulaar.
Nous avons des langues nationales et non une langue nationale. Le débat que vous posez est un faut débat inutile et dangereux.
Depuis quand tu es membre du collectif des cadres de matam
Nous n'accepterons ces injures, arrêtez svp !

3.Posté par Sidiki Diouf le 09/12/2012 12:14
Niang ,vous ^êtes tres raciste de ne pouvoir supporter que l'on parle une autre langue que le poular. Si vous etiez honnête et soucieux de la nation vous auriez parler de la wolofisation de l'assemblée et demander la traduction sumultanée ainsi tout deputé pourra s'exprimer dans la langue qu'il maîtrise. Arrêtez votre ethnocentrisme primaire ,vous avez dejà causer la crise casamançaise et çà suffit.

4.Posté par joob gey le 09/12/2012 15:46
LIBRE A CHACUN DE S'EXPRIMER DANS SA LANGUE, RIEN DE PLUS NORMAL D'AUTANT PLUS QUE CERTAINS DÉPUTÉS NE PARLENT PAS LE FRANÇAIS.

L’ESSENTIEL C'EST DE TROUVER DES TRADUCTEURS POUR CHAQUE LANGUE ET C'EST POSSIBLE.

UNE LANGUE EST TROP IMPORTANTE POUR L'INDIVIDU. DÉJÀ QU'ON EST ENTRAIN DE PERDRE NOS LANGUES A CAUSE DU FRANÇAIS...

5.Posté par djibson le 11/12/2012 19:46
Oui, je vous ai bien lu. Vous êtes de l'ethnocentrisme, vous êtes juste raciste. Comment se sentir léser quand on a aucun problème. Il faut que l'autre vous fasse mal car il parle sa langue. L'ethnie wolof existe t elle? La langue Wolof c'est juste une langue de facilitation locale à laquelle la bonne majorité se retrouve pour la communication nationale n'empêche que chacun parle de son coté sa propre langue. Pourquoi se faire du soucis à entendre la langue?

6.Posté par diabong le 12/12/2012 08:58
Etre ce que l’on est et fier d’être ce que l’on est.
Le toucouleur a-t-il besoin de crier sa toucouloritude? Tel Wolé Soyinka qui disait le nègre avait-il réellement besoin de crier de sa négritude. Une assemblée où tous les députés parlent le Poular peut avoir lieu. Mais je pense qu’il faut de la hauteur. Le premier Président Sénégalais Léopold Sédar Senghor pour ne pas le citer, en vingt ans de pouvoir n’a jamais essayé de « sérèriser » le pays malgré qu’il soit pur sérère. Avec le Second Président qui a aussi duré vingt ans au pouvoir c’est le même scénario, le même geste ; donc il n’y avait aucune sérèrisation à travers aucune branche du pays. Oui faudra-t-il préciser il était sérère. Le président Wade en 12 ans de service au pouvoir n’a jamais essayé d’ethnociser aucune branche du pays. Pour la première fois, et en moins d’un an comment vouloir ethnociser bref poulariser le pays ; certains en arrive à parler d’assise aux langues nationales pour juste vouloir se méfier du Wolof. Je rappelle que le Wolof est une langue de commun accord dans le passé pour faciliter la communication. Son ampleur et la célérité de sa divulgation montre que c’est pour rendre tout facile et compréhensible. Quel mal y a-t-il que plus de 80 pour cent de la population Sénégalaise parlent Wolof. Juste que le racisme commence à montrer sa vraie face parce que le pouvoir est des mains d’un Halpoular. Pourquoi vouloir déraciner en Macky les branches sérères, que n’ont-ils pas fait ces sérères pour que Macky devienne Président ! C’est aujourd’hui que l’on oublie tout pour enfin tout poulariser. C’est vrai, on avait oublié qu’on leur reconnait traitre et ils viennent de le justifier encore. Le Poular n’est pas originaire du Sénégal. Le manding non plus. Le wolof n’est que d’ici et surement ne sera que d’ici. Ne réveillez pas la terreur ! De Grâce à moins que vous ne soyez terroristes. Alors vous sentez vous marginaliser ? Non quand même combien de Halpoular compte le Palais, combien en compte le gouvernement, combien en compte l’assemblée. Alors vous sentez vous marginaliser. Ne réveillez pas la terreur c’est grave et même trop grave. Du moment que je suis contre cette loi dite parité imposant un homme suivi impérativement d’une femme et vice versa je suis contre que l’on poularise. Si les compétances sont là et que ces compétences ne soient que des halpoular, choisissons que les halpoular. Si il en est autrement c’est parce qu’il en est autrement. Comment poulariser le pays alors que plus de 60 pour cent de ceux qui ont voté pour Macky sont wolof ou parlent que le wolof. Ne me dites pas que plus de 60 pour cent de la population est halpoular. Ne me dites pas que tous les wolofs parlent poulars et vice versa. Attention ! Soyez serein ! Pourquoi vouloir se sentir marginaliser ? Pourquoi ne sentir de mal que lorsqu’on entend une autre langue surtout si ce n’est le wolof.
L’autre me parlait de la télévision où le français est priorisé, le wolof ensuite. Pourquoi ne pas préciser le poular après ? Accepter l’autre ! Accepter que l’autre a juste le cœur ouvert c’est pour cela qu’il vous a devancé et qu’il vous devancera pour toujours. Les diolas qui l’avaient fait ils ont regretté. Ceux qui les avaient encouragé les Assane Seck où sont-ils maintenant ? Aucune avancée notoire alors qu’ils ont tout reçu de ce pays. Peut-on donner même temps d’antenne aux poular et aux manjacks. L’auriez-vous accepté vous poular alors que vous réclamez la même chose pour juste contre carrer le wolof. Dans toutes les enquêtes et dans tous les sondages, malgré le professionnalisme avéré de la RTS on rencontre que cette télé est la moins regardée sa radio la moins écoutée et pourtant c’est là-bas où l’on revendique la parité du temps d’antenne sans pour autant suivre cette chaine. Je vous dis, dans les autres télés et radio il y a presque que le français et le wolof qui y sont déroulé du matin au soir et pourtant c’est eux que vous suivez plus.
Quand quelqu’un me dit que DJ Boubs ou Kouthia est Halpoular, cela ne me dit rien on les suit tout le temps, ils n’ont qu’à faire leur émission en poular et on verra si la clientèle de sa télé où radio va augmenter. Tout ce qu’ils ont pour la radio et télé c’’est avec ce Wolof que vous n’avez jamais supporté. Soyez humain et humaniste.

7.Posté par jour le 13/12/2012 14:59
vous dites que 40 députés se sont exprimés en poular. Je rappelle que les députés sont au nombre de 150. Donc, plus ou moins, le tiers des représentants du peuple parle poular à l'Assemblée nationale. Où est le problème du moment que le tiers (en théorie) du peuple les comprendra. Je rappelle qu'il y a des coins du Sénégal où des gens ne comprennent pas le wolof, et ces députés s'adressent justement à ces gens.
Et puis quelle belle promotion des langues nationales .... cela n'a pas pour finalité de renverser la nation.

8.Posté par leuck Daour le 15/12/2012 22:25
Vous êtes vraiment passer à coté de la plaque. Dr Niang pose le problème il faut juste savoir qu'une nation se doit de se respecter pour cela il nous une langue officielle ( le français pour le Sénégal). Ceci étant si nos députés sont aussi carrant ils doivent raison garder se tairent.



Dans la même rubrique :