LÉGISLATIVES 2017 A LOUGA : QUAND LA PERCÉE DU MOUVEMENT DOLLY MACKY DERANGE


LÉGISLATIVES 2017 A LOUGA : QUAND LA PERCÉE DU MOUVEMENT DOLLY MACKY DERANGE
La majorité obtenue à Louga par Benno Bokk Yaakaar lors des Législatives 2017 constitue une riche matière à réflexion pour chacune des parties prenantes qui  composent la coalition présidentielle. Dans la perspective de décrypter le message du scrutin pour en tirer le maximum d’enseignements possibles, le mouvement Dolly Macky avait tenu, à travers son pool communication, à analyser les résultats obtenus par BBY et jauger le rôle qu’il a joué dans ce score jamais obtenu.

En effet, depuis la deuxième alternance, c’est pour la première fois que la coalition présidentielle gagne si largement aussi bien dans le département que dans la commune. Pour preuve, aux deux dernières élections qui ont précédé l’arrivée du MDM, la mouvance présidentielle n’a gagné que 8 sur les 17 communes du département. À la faveur de ces élections qui constituent la première expérimentation électorale du MDM, la coalition BBY a remporté toutes les communes du département. Autre fait inédit, les 100 bureaux de vote de la commune de Louga sont tombés dans l’escarcelle de BBY. Une première !

Cette vérité historique, confortée par une analyse froide et objective des résultats, n’est pas du goût de certains membres de la coalition, dont Monsieur Ismaila Mbengue Fall. En sa qualité, dit-il, de chargé de communication du ministre Moustapha Diop, lui et ses compagnons ont mal digéré le fait que Dolly revendique une part non négligeable dans l’obtention de ces résultats jamais obtenus.

Faisant recours à la force, il a d’abord voulu perturber une émission à laquelle étaient invités des membres du pool communication de Dolly, en déversant sa bile sur les techniciens de Carrefour FM qui l'ont empêché d’accéder au studio où nous étions. Éconduit, il s’est résolu à faire la fête au MDM et à son leader par le truchement d’un article au vitriol qui n’honore ni son statut ni sa personnalité.

Je ne nie pas le patriotisme de I.MB.F., son expertise dans le domaine du sport est sans conteste, mais il est de notoriété publique qu’il n’a ni le profil ni la compétence d’un communicant. La communication est une discipline sensible, qui a ses règles et ses exigences dont les plus élémentaires ont pour nom tempérance, pondération et respect de son vis à vis. Malheureusement, à force d’être galvaudée, certains communicants autoproclamés confondent ces trois piliers par cruauté, flagornerie excessive et giottisme de bas étage.

D’ailleurs cette sortie malheureuse dévoile une énième fois le malaise profond dont souffre la communication du maire et celle municipale, décriées par tous les observateurs avertis de la scène politique lougatoise. Pourtant, du fait de sa posture inédite, insolite et rocambolesque de seul ministre de la République incapable de manier la langue officielle de notre administration, il devait avoir la précaution de compenser cette criarde carence intellectuelle par le recrutement d’un personnel communicant aguerri et rompu à la tâche. Seule cette trouvaille pourrait lui éviter les erreurs de Com’ et les logorrhées à la pelle que certains de ses sbires, qui confondent vitesse et précipitation, persuasion et débats de caniveaux, déversent dans les antennes radio et sur les réseaux sociaux. 

Pour rappel, ceux-là qui croient pouvoir tout régler au moyen de la grossièreté ou de l’argent ne sont pas à leur coup d’essai. Fraiche est dans nos mémoires la sortie malencontreuse de Lakhbouss Diakhaté qui, après le référendum de 2016, ne trouva meilleur cadeau pour la brave Aminata Mbengue que de la jeter en pâture en la soupçonnant d’avoir travaillé pour la défaite du camp du Oui auquel elle appartenait et avait âprement défendu. Baume au cœur, la dame ne s’était pas laissé faire ! Coutumier des faits, le même camp s’était amusé à jeter l’opprobre sur Amadou Mberry Sylla aux Locales de 2014. Là aussi, les acolytes ont appris à leurs dépens que ce n’était pas chose facile. Maintenant c’est au tour du mouvement Dolly d’être leur cible. Devant une telle outrecuidance, nous serons d’attaque pour apporter la réplique et démonter toute tentative de diffamation. « Xamu nu ku tooñ ku fayyu lañu xam », disent les wolofs.

Mais faudra-t-il préciser que chez Dolly, nous avons la conviction que les divergences politiques ne doivent se régler, non pas par la subversion et la violence, mais par le recours à un débat démocratique serein, empreint d’un sens élevé de l’éthique et basé sur le respect de l’honneur et de la dignité de l’autre.

Pour revenir à l’article de I.MB.F qui nous reproche de savourer une victoire à laquelle on a pourtant beaucoup participé, le jubilé du MDM n’est pas « arnaque ou crime de lèse-majesté ». Il est légitime. Tout simplement parce que le MDM était à la rescousse de BBY tant sur le plan financier que sur le plan de la mobilisation. En revanche, il est normal que d’aucuns pensent que le MDM s’est précipité à crier haut victoire. Doté d’un siège bien équipé, qui n’a pas l’air d’un poulailler en ruines, le MDM a pris le soin de prendre l’attache d’experts informatiques qui, avec le concours des jeunes du mouvement éparpillés dans les centres de votes, faisaient remonter les informations à leur logiciel régulièrement consulté par le Dolliste en chef. C’est peut-être ce travail minutieux qui explique qu’on ait eu les résultats avant les autres,  étonnés qu’ils soient d’une telle perspicacité. 

Vouloir ôter au MDM tout actif dans ce sacre de BBY revient à faire preuve de nihilisme que seule une subordination servile peut expliquer. À notre niveau, prétendre faire plaisir à notre leader ne nous pousserait jamais à attribuer, à lui seul, la victoire de toute une coalition. Le propos que nous avons tenu et réitéré partout, c’est que le MDM a apporté une contribution non négligeable dans les résultats obtenus par la coalition BBY à Louga. Qui attribuer la défaite de Madame Lika Diaw dans son centre de Montagne ou le taux record de participation à Thiokhna (56%) si ce n’est Dolly Macky ? 

A propos de pourcentage, il serait hasardeux pour les destabilisateurs du MDM de sous estimer notre participation au score jugé faible dans la commune (49%) et le département (53%). En réalité, au vu de la nature et le caractère spécial de ces élections dont la complexité est démontrée par les candidatures indépendantes de tout bord et le vote par affinité, apprécier cette victoire de BBY sous l’angle du pourcentage obtenu serait simpliste et hâtif. Il fallait plutôt se poser la question : que serait le score si MMD n'avait pas fait 17 meeting dans les communes rurales et 4 dans la ville? S'il n'avait pas réussi á débaucher, en plein campagne, de hauts responsables qui ont sur faire la différence? Et j'en passe...

Aussi, en accusant le MDM d’avoir fait cavalier seul durant la campagne, on oublie que c’est dans un souci de doper le rendement électoral de BBY qu’il a vu mieux d’investir certaines localités reculées où il bénéficie d’une sympathie avérée. C’est ce qui explique qu’il soit le seul responsable politique à s’être rendu au fin fond de la commune de Keur Momar Sarr en visitant des zones comme Mbaye Hawa (98 km de Louga), Ngadialam Peul, Louboudou Léwé ou encore Bokki neddo. Dans tous ces villages, les populations avaient promis de lui rendre son geste de reconnaissance par une majorité écrasante pour la liste marron-beige. Les résultats ont montré qu’elles ont tenu promesse. Mais ce n’est pas tout, si BBY a réussi à remporter tous les 24 bureaux de vote de Coki, c’est parce que MMD est parvenu à convaincre l’inamovible maire Pape Diop à rejoindre le camp présidentiel, ce après 40 ans de militantisme au PDS. Idem pour la commune de Niomré qui, cette fois-ci, a basculé dans les filets de l’APR. Toujours au niveau du département, la percée du PUR, organisation politique qui bénéficie d’un ancrage évident en zone rurale, allait être considérable si MMD n’avait pas enrôlé le village de Boudy Sakho, grand bastion des Mourchids et dont le chef religieux, son ami Serigne Mansour Sarr est beau frère de Serigne Moustapha Sy.

La vérité est que ces aigris-là auront beau rouspéter, vociférer et jeter le discrédit sur le MDM qui les a pourtant empêchés de subir une humiliation cinglante aussi bien dans la commune que dans le département, mais cela n’effacera pas la réalité, celle-là, connue par le palais, les observateurs avertis, les militants engagés, les responsables lucides de toute tendance politique. Ceux qui veulent empêcher avec leurs mains la déferlante du Dolly devraient plutôt méditer sur la baisse inédite du score de BBY au Centre de Manar Al Houda.

Et curieusement, le MDM n’a enregistré aucune attaque lorsque ses responsables initiaient la campagne de sensibilisation à l’inscription sur les listes électorales ; ni lorsque ses responsables faisaient le tour des audiences foraines enrôler les populations dépourvus d’extraits de naissance ; encore moins lorsque le système de porte-à-porte fut tôt initié dans la commune et le département pour faciliter l’octroi des cartes d’identité biométriques. Si l’on nous attaque aujourd’hui, c’est que notre choix a payé.

Pour finir, rappelons que ces tentatives de sabotage et de hold-up de notre travail ne nous détourneront aucunement de notre défi de renforcer cette dynamique unitaire de BBY. Dans l’objectif d’offrir une majorité confortable au Président Macky Sall en 2019, le mouvement Dolly est plus que jamais déterminé à investir Louga et son arrière-pays. 

Mansour Gaye 
Pool communication MDM
Dimanche 6 Août 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :