LE PROJET DE RÉFORME CONSTITUTIONNELLE : UNE NOUVELLE PARTIE D’ÉCHEC (PAR BOUBACAR AMDY DIOUF)


LE PROJET DE RÉFORME CONSTITUTIONNELLE : UNE NOUVELLE PARTIE D’ÉCHEC (PAR BOUBACAR AMDY DIOUF)

On est entrain de vivre encore une fois une nouvelle partie d’échec entre leaders politiques. Devons nous accepter d’être les pions ? Ce qui est fait est fait le président contre les attentes les plus logiques va faire ses sept ans. C’est sa propre décision inutile de casser la tête des étudiants en droit pour justifier ou fustiger sa décision: ce sera toujours une parole contre une autre. Ce qui nous reste c’est de bien réfléchir pour instaurer un système qui va nous prémunir de telles déconvenues. Puisque de manière presque sûre le référendum doit se tenir il me paraît important de décider en dehors de toute émotion la position à adopter. Il ne faudrait pas résumer le vote à sa plus simple expression du avec ou contre le président. Chacun devrait s’imprégner de la teneur des reformes, en comprendre le sens et prendre sa décision en toute liberté. Il ne faut pas laisser les uns et les autres pervertir ou gonfler l’essence des propositions à sa guise. C’est pas un teste pour les leaders politiques ni une occasion de réhabilitation d’une quelconque société civile en perte de vitesse, c’est un scrutin pour l’avenir de ce pays. La réaction de certains partis politiques est loin d’être épidermique, elle est calculée et bien étudiée. Par exemple l’avènement de candidats indépendants peut gêner considérablement certains partis… donc ils savent ce qu’ils font. Du côté du pouvoir c’était simplement pour endormir les autres en les parlant de réduction de mandat puis glisser les réformes qu’on veut. Tout ça pour dire que chacun de nous doit penser au pays avant d’agir en toute liberté. OUI, NON, NI OUI NI NON on dira forcément ECHEC ET MAT à qui? Rv le 20 mars. Vive le Sénégal.

Dr. Babacar Amdy Diouf, 
Ville de Rufisque
 

Jeudi 25 Février 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :