LE PM POUR UNE EXPLOITATION DU POTENTIEL ÉNERGÉTIQUE DU CONTINENT


LE PM POUR UNE EXPLOITATION DU POTENTIEL ÉNERGÉTIQUE DU CONTINENT
L’indépendance énergétique est largement à la portée des Etats africains qui doivent réfléchir sur la mise en place d’une nouvelle gouvernance dans le secteur de l’énergie en vue de procéder à une exploitation efficiente du ‘’gros potentiel africain’’ en matière d’énergies, a estimé lundi à Dakar le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne.
 
‘’Réussir le pari de l’indépendance énergétique est largement à la portée des Etats africains. Pour cela il faut instaurer une gouvernance de type nouveau où l’ensemble des parties prenantes acceptent de changer de paradigme (…)’’, a notamment dit M. Dionne.
 
Il présidait une conférence sur le thème : ‘’Environnement et Indépendance Energétique : Partenariat Public-Privé et Société Civile pour relever le défi du Développement et de la Promotion des Energies Renouvelables en Afrique’’. 
 
Devant une assemblée composée de représentants de la société civile africaine, d’opérateurs privés, d’experts et autres, le chef du gouvernement du Sénégal a insisté sur l’importance de ‘’privilégier la concertation et le dialogue dans le cadre d’un partenariat qui laisse à chacun sa place dans la définition et la mise en œuvre des politiques énergétiques’’.
 
’’Aujourd’hui on parle d’un changement d’ère, soit une troisième révolution industrielle. L’Afrique n’a plus le droit de disposer le potentiel énergétique énorme qu’elle a et de continuer à accuser le retard dans l’accès au service énergétique universel’’, a encore dit le Premier ministre.
 
Initiée par le club Convergences plurielles et de Tennergie dont l’ancien ministre sénégalais Abdou Fall est le président de conseil d’administration (PCA), cette rencontre de deux jours réuni des représentants de plusieurs pays, des institutions et établissements spécialisés, des ONG, des opérateurs privés dans le secteur énergétique, des partenaires techniques et financiers entre autres participants.
 
Pour la journée d’ouverture, les échanges ont tourné autour de l’indépendance énergétique comme moyen de lutte contre la pauvreté, de l’évaluation du potentiel énergétique du continent africain, de la révision du mode de gouvernance dans le secteur, de la conception, l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques énergétiques.
 
’’L’Afrique souffre dune pauvreté énergétique, alors qu’elle est dotée d’un potentiel énorme en matière d’énergies renouvelables, solaires, biomasse, éolienne ou encore hydraulique’’, a fait remarquer Sékou Sarr représentant d’Enda Energies. 
 
’’La transition énergétique s’impose. Il y a certes des efforts consentis par les gouvernements, mais nous voulons plus pour que le rythme de cette transition énergétique soit accélérée’’, a poursuivi M. Sarr en plaidant la promotion d’un cadre de gouvernance décentralisé du secteur énergétique.
 
Abdou Fall a lui insisté sur la nécessité pour les autorités d’instaurer une politique pour faciliter aux privés les garanties, financements par la prise de ‘’mesures incitatives en termes fiscal et douanier pour une meilleure exploitation des ressources illimitées dont regorgent les pays africains’’.
Lundi 5 Octobre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :