LE MAIRE : SERVITEUR OU ROI (Par Demba Makalou)


LE MAIRE : SERVITEUR OU ROI (Par Demba Makalou)
Le Maire est  élu par les habitants d’une localité communément et juridiquement appelé commune. Une commune est un ensemble de quartiers regroupés en fonction d’un ensemble d’intérêts qu’ils ont en commun. Le quartier est constitué de plusieurs maisons à standings divers construites par un promoteur public ou privé et vendues ou louées avec un certain nombre d’engagements et de promesses tels que l’aménagement d’espaces verts, d’aires de jeux, la construction d’une école, la mise à disposition d’un espace pour la construction d’un lieu de culte etc. Ce sont autant d’arguments qui motivent le choix de l’acheteur. Par conséquent, les habitants ne sont pas seulement propriétaires d’une concession de 150m² ou plus mais d’un environnement commun qu’ils ont achetés en même temps que les maisons. Toute autre destination des espaces objet de ces espaces, sans leur consentement, est dolosif et en se constituant en partie civile pour ester en justice, les propriétaires peuvent bien avoir gain de cause ; ce que les populations ignorent, malheureusement le plus souvent.

Dans la mesure où tout le monde ne peut gérer ces espaces et prendre en charge les autres besoins communs tels que la sécurité, la santé, l’éducation, le cadre de vie etc.  la Loi a prévu une institution appelée Mairie. Elle est dirigée par une équipe municipale, constituée de conseillers municipaux (élus par les habitants de la commune) à la tête de laquelle se trouve le Maire (élu par les conseillers municipaux) qui n’est qu’un exécutant des décisions du Conseil municipal. Ces décisions sont prises à la majorité des voix des Conseillers municipaux qui sont le cordon ombilical entre ledit Conseil et les populations. Ils sont les relais de la volonté des habitants de leur quartier respectif sur leur environnement. Malheureusement, aucune concertation n’est faite avec ces ayants droits légitimes, ce qui souvent est à la base des profondes incompréhensions et heurts entre la Mairie et les habitants. En effet, les Maires se prennent souvent pour des rois ou des princes qui décident suivant leurs intérêts crypto personnels sur le bien commun d’autrui en se cachant derrière la « légitimité » et la « légalité » des décisions d’un Conseil municipal dominé par une majorité mécanique constitué de bénis oui-oui qui votent n’importe quoi et n’importe comment pourvu que cela convienne au Maire qui « propose ».  C’est lamentable !

Les espaces d’une commune sont certes immatriculés au nom de la mairie mais ne sont pas la propriété du Maire et croire qu’il peut en faire ce qu’il veut relève d’une véritable ignorance et d’un défaut d’humilité.
Voilà comment un élu, un serviteur de ses administrés, supposé être un exécutant des volontés des populations devient un dictateur qui impose sa volonté aux personnes sans lesquelles, il n’aurait eu un tel privilège alors que son rôle est la déclinaison en actes, des vœux populaires.

Il est, aussi, temps que les populations prennent conscience que leur avenir et celui de leurs enfants sont en jeu. Elles sont  non seulement les premières bénéficiaires mais également les seules à subir les décisions prises en leur nom, pour ou contre elles et sans elles, par la Mairie.  Elles doivent savoir que ces décisions peuvent changer durablement ou définitivement leur environnement et leur cadre de vie sinon leur vie tout simplement. Et c’est pour cette raison et pour certaines décisions du Conseil municipal, qu’elles doivent se mobiliser, rester debout et solidaires, dans le calme et la sérénité pour dire NON lorsqu’il faut dire NON et dire OUI lorsqu’il faut dire OUI. Le combat ne doit pas être mené par un groupuscule de personnes même s’il est représentatif et a l’aval de toute une communauté. Le seul aval qui tienne, en certaines circonstances, est la présence physique de chacun pour grossir les rangs de la contestation et prouver, à qui ne veut en être convaincu, que ses décisions sont illégitimes.

L’affaire du terrain de la « boulangerie jaune » est, à tout le moins, un scandale qui ne dit pas son nom. Les aménagements d’un espace aussi stratégique, présent au cœur des habitations doit faire l’objet d’une concertation tripartite (Mairie, promoteur et populations) et non d’un rapport de force ou de décision unilatérale. L’inclusion et la participation doivent être au cœur de l’action des collectivités locales tel est l’esprit de la décentralisation réitéré dans l’acte 3. Mais ce principe reste sur les lèvres et ne vont pas plus loin.

Ce qui est encore plus curieux, surprenant et incompréhensible dans cette nébuleuse, c’est la présence de Khalifa Sall qui, au lieu de jouer au sapeur pompier et de prendre la casquette d’un médiateur en tant responsable principal de la configuration de l’actuel équipe municipale de Mermoz sacré-cœur, donc de cette malheureuse situation, vient s’opposer à la volonté des habitants de Sacré-Cœur 3. Certains diront que c’est une continuité logique, mais c’est quand même déplorable. Une personne qui aspire à devenir Président de la République et qui vient appuyer un bras de fer contre son « peuple » c’est vraiment se faire hara-kiri.

Un proverbe wolof dit « lou fegne ci sey nouyo na ci ngoro wanté dagn ko feyoul ».

Il est même temps que notre démocratie puisse intégrer le référendum local pour permettre aux communautés de se prononcer définitivement sur une décision qui impacte durablement leur vie. La proposition du Président français sur le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes peut servir de jurisprudence. C'est plus juste et plus cohérent. Etre élu n'est pas recevoir un chèque à blanc sur tout et pour tout.

NE PAS AGIR, C’EST SUBIR VOIRE PERIR.

Demba Makalou
Citoyen bloggeur
Samedi 13 Février 2016
Dakaractu




1.Posté par Lamine le 13/02/2016 13:37
Tu as parfaitement raison.C'est du nimporte quoi.C'est même trop scandaleux.La ville de Dakar a d'autres priorités.C'est une ville absolument sale.La circulation est chaotique.Il faut faire attention à ces histoires de promoteurs ou d'emprunts pour financier des ouvrages souvent ridicules.Ça sent trop parfois la corruption ou des pots de vin.Avec le temps les gens verront que malheureusement la plupart des voyous se mettent en politique pour s'enrichir, pas plus.

2.Posté par Dépité le 13/02/2016 15:30
J'ai toujours répété que je plains le Conseil Municipal de Mermoz Sacré Coeur qui laisse Maire Barthélémy Dias se ridiculiser toujours. C'est d'autant plus déplorable qu'un grand juriste comme Demba Ciré Bathily siège à ce Conseil Municipal.
1) LE TERRAIN DE LA BOULANGERIE JAUNE.
Ce terrain a été cédé au FRANC SYMBOLIQUE à la Commune par la SICAP en 2003 sous le magistère de la Mairesse Aminata Sokhna THIAM sous réserve de ne pas changer sa destination initiale et d'en faire des équipements d’intérêt collectif. Le Ministère de l'Intérieur devait même ériger sur une portion du terrain un Poste de Police.
Les propriétaires des 150 m² de Sacré Coeur 3 ont achetés à la SICAP un "cadre de vie"; la preuve: le Maire a quitté son Baobabs natal pour y crécher. Le terrain de la Case de Mermoz fait également parti de la cession de la SICAP en faveur de la Commune.
En 2005, la Mairesse avait voulu y ériger des cantines et les populations s'y sont légitiment opposées.
Comment un Maire peut il ériger des infrastructures contre la volonté des populations ? C'est problématique !
Ces populations dont la plupart sont de hauts cadres de ce pays connaissent leurs droits et leurs obligations. Ils ont saisi qui de droit pour arbitrage. Voilà la situation.
Comment un Maire peut il se permettre d'encaisser depuis 2 ans des loyers sur ce type de terrains ?
La commune qui est assujettie au code des marchés publics n'a jamais lancé un appel d'offres ou une DRP pour l'aménagement ce terrain.
Le prétexte d'un marché dans la commune est ridicule. Les populations de Dakar achètent leurs légumes à Castors ou Thiaroye, le poisson à Soumbédioune ou Yarakh, la viande à la SOGAS (ex SERAS). Le problème se situe au niveau des rapports entre le Maire et ces privés à qui il a promis et encaissé l'argent (ATAC, CITYDIA, TOTAL....). C'est SCANDALEUX !

2) SUR LE TERRAIN OCCUPE PAR LES MECANICIENS
Nous sommes le 13 Février 2016; ceux qui menaçaient, qui juraient, qui insultaient... doivent être petits.
Pourquoi un Maire prend il en charge un combat qui n'est pas le sien ? Ce terrain appartient à Ben KANE de BENJA. Il est loisible à ce dernier de faire déguerpir les mécaniciens en harmonie avec les lois et textes de la République. Dos au mur, le Maire sort une donation de 1500 m² (en Janvier 2016) après le début des hostilités pour menacer encore les mécaniciens alors qu'il ne peut pas se prévaloir d'un titre foncier individuel de la commune sur les 1500 m² dont il parle.
Je suis pour le déguerpissement des mécaniciens mais contre le fait que Mr le Maire s'arroge un rôle de Zorro qui n'est pas le sien.

3) SUR LES RAPPORTS AVEC LES SOCIETES ETABLIES SUR LE PERIMETRE COMMUNAL.
Mermoz Sacré Coeur, Karack, Amitié, Baobabs, Keur Gorgui.... ont été des lotissements de la SICAP qui dispose des Titres fonciers globaux. Il ne doit pas se mettre à dos cette structure étatique.
Les Sociétés de grande envergure (SONATEL, DMEDIAS, BSIC, BNDE, BIMAO, DDD.... doient être ses partenaires privilégiées dans le cadre de leur RSE.

L'arrogance et la désinvolture constituent des freins et cette commune qui devait être la plus nantie en pâtit.

CE MAIRE DOIT SE RESSAISIR

3.Posté par amadou gaye le 13/02/2016 15:46
Barth est assurément une tête de mule et sa malchance c est d avoir affaire avec des gens qui pour la plus part peuvent lui faire la classe c est en effet un adepte du moindre effort il n a aucune vision et aucune ambition saine pour nos quatiers depuis son premier mandat tantôt les gens de Mermoz le chasse tantôt ceux de baobabs tantôt ceux de sacre coeur un coup c est la case de Mermoz que il essait de donner a un véreux promoteur un coup c est le terrain de plus de 4000 m2 de la boulangerie jaune un coup celui des mécanos et vous savez le seul objectif c est de ramasser un pactole avec des dessous de tables mais khala ma nir baadio khala khala do fi diaar quand a khalifa sall il gagnerait a se démarquer de toi il nous a escroqué une fois cela ne se passera pas deux fois

4.Posté par amadou gaye le 13/02/2016 15:48
Barth est assurément une tête de mule et sa malchance c est d avoir affaire avec des gens qui pour la plupart peuvent lui faire la classe c est en effet un adepte du moindre effort il n a aucune vision et aucune ambition saine pour nos quatiers depuis son premier mandat tantôt les gens de Mermoz le chasse tantôt ceux de baobabs tantôt ceux de sacre coeur un coup c est la case de Mermoz que il essait de donner a un véreux promoteur un coup c est le terrain de plus de 4000 m2 de la boulangerie jaune un coup celui des mécanos et vous savez le seul objectif c est de ramasser un pactole avec des dessous de tables mais khala ma nir baadio khala khala do fi diaar quand a khalifa sall il gagnerait a se démarquer de toi il nous a escroqué une fois cela ne se passera pas deux fois



Dans la même rubrique :