LE LEADER DE TEKKI RATTRAPÉ PAR L’AFFAIRE IMC : Mamadou Lamine Diallo, son épouse et l’histoire du permis Madina

Est-il vrai qu’un permis de recherche d’or avait été attribué à une société dans laquelle on retrouvait l’épouse du leader du mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo, alors qu’il était président du Conseil général des mines ? Libération a tenté d’y voir plus clair...



C'est à travers un texte publié dans plusieurs sites internet que le journaliste et homme politique El Malick Seck a lâché l’accusation : ‘’Le député Mamadou Lamine Diallo a cru bon de déclarer sur la Rfm dimanche qu’il faudrait éviter ce qui se passe à Brazzaville où une seule famille gère le pétrole. En écoutant cette déclaration, ceux qui connaissent l’histoire de Mamadou Lamine Diallo avec l’or du Sénégal ont bien rigolé. Donc, il est bon de lui rappeler et de révéler à l’opinion ce qu’il a fait avec le métal précieux quand il était conseiller technique du Premier ministre et également Président du Conseil général des mines à la fin des années 90’’, avance t-il.
Avant d’ajouter qu’à l’époque, Mamadou Lamine Diallo avait usé de sa position pour octroyer un permis de recherche pour or à la société International Mining Company (IMC) qui serait
contrôlée par son épouse.
Vrai ou faux ? Libération a tenté d’en savoir plus. Il ressort effectivement de nos investigations qu’à cette époque, par décret n°97-797 du 7 août 1997, un permis de recherche pour or et substances connexes accordé à la société IMC dans la région de Tambacounda (permis Madina). 
La Société était logée au 5 rue Victor Hugo avenue Léopold Sédar Senghor (ex Avenue Roume) à Dakar. Mieux, la société Leo Shield Ltd, par l’intermédiaire de la JV Occidental Gold Senegal SARL, a mené les opérations minières. Et la boîte avait comme gérante l’épouse du leader du mouvement Tekki (on ne sait guère si elle détenait ou non des parts - alors que le cabinet Mayoro Wade assurait la gestion des comptes. Comme le soutient El Malick Seck, le permis a été retiré en 2003 pour absence de travaux. Que s’est-il passé exactement ?
Libération a pu d’ailleurs remonter au décret pris à l’époque par Me Abdoulaye Wade et contre signé par un ‘’camarade’’ de Mamadou Lamine Diallo dans l’opposition : Idrissa Seck alors Premier ministre. Le décret signé le 4 juillet 2003 se veut clair : ‘’International Mining Company (IMC) est une société minière de droit sénégalais détentrice d’un permis de recherche pour or et substances connexes dit permis « Madina » octroyé par décret n° 97-797 du 7 août 1997. La Société est basée au 5 rue Victor Hugo avenue Léopold Sédar Senghor (ex Avenue Roume) à Dakar. Malgré la lettre de mise en demeure en date du 13 mars 2001 par laquelle la société International Mining Company (IMC) était invitée à prendre toutes les dispositions nécessaires pour démarrer les travaux de recherche dans le périmètre du dit permis, aucune activité de terrain n’a été notée jusqu’à ce jour. Par ailleurs, IMC n’a pas sollicité une demande de renouvellement du permis de Madina arrivé à expiration depuis le 6 août 2001’’.
Aussi, ‘’conformément à l’article 23 de la loi portant Code minier, il y a lieu de procéder à l’annulation du décret sus mentionné. Telle est l’économie du présent projet de décret portant annulation du permis de recherche minière dénommé Madina’’, disait le document.
En clair, le permis avait été attribué à une société incapable de respecter ses engagements malgré les relances...
Samedi 3 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016