LA MACKYMANIA ET LE MACKY-MAILLAGE A TOUBA : Et si le Non n’avait point ébranlé le degré de pénétration du Président ?

​Beaucoup ont, à la va-vite, conclu au lendemain du référendum, que Touba ( et par extenso les foyers religieux mourides ) avait sanctionné Macky Sall, en personne. Une enquête a permis de découvrir une vérité bien différente. Une vérité qui devrait amener l’opposition à cesser de dormir sur ses lauriers…pour ce qui concerne le cas Touba.


Considérer que Touba est pour toujours acquise à l’opposition en général et au Pds en particulier, est une grave erreur. Considérer que Macky a été désavoué par les populations de Touba est encore plus grave. Enfin, considérer que Macky n’a jamais gagné d’élection depuis son accession au pouvoir et qu’il n’en gagnera jamais plus, est tout au plus une autre hérésie scandaleuse. 
Quelques questions ont été soulevées et des réponses trouvées. Pourquoi Macky a perdu son référendum à Touba ? Qui a voté contre le projet référendaire ? Est-ce le Président Macky Sall qui a été visé par les habitants de Touba ? Le même projet soumis à nouveau aurait-il connu la même sanction dans la cité religieuse ? Quel est le taux de pénétration de la Mackymania à Touba ? Le Macky-maillage, évolue-t-il ou a-t-il été stoppé ? 
 
Pourquoi Macky a perdu le référendum ? Macky est-il aimé à Touba ?

Cibles : citoyens lambdas, journalistes, chefs religieux, hommes politiques
 
Serigne Abô Fallou Asta Dièye : (chef religieux). D’un ton ferme, le Mbacké-Mbacké a répondu par ses mots : « les populations de Touba ont fini, à mon avis, de montrer qu’elles portent dans leurs cœurs le Président Macky Sall. Et ce, à juste raison au vu de tout ce qu'il a fait pour la cité religieuse. A chaque fois qu’il est venu ici, elles sont sorties en masse pour l’accueillir. Maintenant, pour analyser la défaite du référendum, il faut comprendre que pour les populations de Touba, il s’agissait de choisir entre leur foi et un projet. La foi a primé sur le projet. On leur a fait croire que le document allait saper leurs croyances. Ce qui n’était pas le cas, à mon avis. Moi qui ne suis pas politique, j’ai l’intime conviction que les gens n’ont rien contre lui. Loin de là ! Ce que je veux vous faire comprendre c’est que les revers politiques essuyés ne sont pas liés à la personne du Chef de l’Etat qui est appréciée par les  habitants, aimé par les religieux. L’avenir en dira plus... »
 
Serigne Modou Bousso Dieng : (Chef religieux et chef de parti), Serigne Modou est, lui aussi, catégorique. « Les populations de Touba ne connaissaient véritablement ni le contenu du projet, ni  la Constitution elle-même. Autre chose : la représentation locale a failli à sa mission et elle a été sanctionnée. Les populations ont voulu dire à Macky : ‘’ Monsieur le Président revoyez votre leadership local ’’ car, a un moment donné, elles ont identifié le Président à ses lieutenants de Touba. Toutefois, Macky est bien aimé des populations de la cité et je suis sûr qu’il n’a rien à voir dans cette défaite ».
 
Abdoulaye Bamba Sall
(journaliste) : Pour le confrère de l’Observateur, les raisons qui justifient la débâcle sont multiples. Elles vont du manque d’informations au comportement regrettable des responsables locaux. « Les populations de Touba n’ont pas eu à portée de main les informations nécessaires à une sincère appréciation.  Il s’est agi d’un véritable manque d’information. Il y a aussi la politisation du projet, l’absence de leaders charismatiques du parti au pouvoir sur le terrain de la communication, la lecture biaisée de la défaite de Wade lors de la dernière présidentielle. Beaucoup ont très vite conclu que le poids électoral de Touba ne pouvait plus faire la différence quand Wade est tombé. Il y a, par ailleurs, le changement de la physionomie politique de Touba qui exige, désormais, un dialogue direct entre le Palais et les populations. Le Président Macky Sall  n’a pas su créer de liants directs entre lui et les populations ».
Notre interlocuteur d’ajouter : « maintenant, naturellement, les relations heurtées de Cissé Lô avec les religieux, les coups de feu de Touba 28, l’incident de Niari Baay-Fall, la déclaration à l’ultime minute du Khalife interdisant la politique à Touba ont mis de l’huile sur le feu. Ces facteurs ont empêché au Oui de gagner, mais le Président Macky, en tant que tel, n’a pas été visé»
El Modou Guèye (journaliste) : Hormis le capital sympathie que Touba et beaucoup de ses populations continuent encore de nourrir pour le Président Wade à cause, notamment, de son appoint financier d’alors et de son attachement à la confrérie, le correspondant du journal ‘’le Populaire’’ a adjoint d’autres facteurs qui ont justifié la défaite du camp présidentiel au référendum. Il s’agit, selon lui, de l’absence de ressources humaines politiques au plan local capables de tenir la draghée haute.
« Le projet ne pouvait pas triompher à Touba. Il y a d’abord le fait que les décisions émanant de la hiérarchie ne sont plus suivies comme avant. Elles ne passent plus comme lettre à la poste. Ensuite, le message de soutien des religieux n’est jamais réellement clair et il est toujours sujet à diverses interprétations. Certains l’interprètent à leur guise pour sauvegarder leurs intérêts et s’arrangent toujours à la dernière minute à dénaturer les propos du marabout. Les divergences entre Moustapha Cissé Lô et la classe maraboutique a aussi pesé ».
Interpellé sur le degré de pénétration de Macky à Touba, le confrère rappelle que Touba ne saurait entretenir des relations conflictuelles avec un Chef d’Etat, non sans oublier les réalisations en terme d’infrastructures qui pourraient jouer en sa faveur lors des joutes à venir. Par conséquent, conclut-il « ce ne serait pas vrai de dire que le Président n’est pas aimé à Touba!» En somme, il ressort de ces entretiens que le Non du référendum est bien détachable de la personne de Macky et que celui-ci, pris individuellement, est aimé des populations.
 
Qui a voté Non à Touba ? Est-il question de regret, aujourd’hui ?


A cette question, les réponses glanées ont été presque identiques. Même des inconditionnels du Président Macky Sall ont voté Non pour défendre leur foi.
 
Serigne Abdou Lahad Mbacké Ibn Serigne Cheikh Say
: (chef religieux) : A en croire le jeune Mbacké-Mbacké, le référendum  a revêtu un cachet religieux à Touba avec l’implication des marabouts et des Imams. «  A Touba, quand la foi est interpellée, on agit sans réfléchir. Personnellement, j’ai vu des inconditionnels du Président Macky Sall voter Non. Aujourd’hui, ils ont tous regretté parce qu’ils disent qu’ils ont été abusés. Cela est dû au fait qu’il n'y avait personne pour leur tenir un autre discours ». Le fils du Khalife de Serigne Souhaibou d’ajouter que tout cela est la résultante du fait que le régime en place n’accorde aucun crédit aux jeunes religieux et ne les intègrent dans aucune de leurs activités.
 
Anonyme : Je suis bien placé pour répondre à votre question. J’ai voté Non alors que quelques jours avant je battais campagne pour le Oui. L’Imam de mon quartier m’a fait croire que voter Oui était synonyme de sacrilège. Aujourd’hui, je me rends compte que j’ai commis l’erreur de ma vie, surtout quand j’ai appris que le Khalife Général des Mourides avait formulé des prières pour le triomphe du projet. Comme beaucoup de personnes, j’ai été trompé... »
 
Pape Saër M'baye (journaliste) : « Mis à part l’opposition, ce sont les gens qui ont eu un lessivage cervical qui ont voté Non. Les populations ont cru voter contre la légalisation de l’homosexualité… » a notamment dit le correspondant de la 2Stv. Notre interlocuteur de préciser que le Président devrait désormais à gagner le cœur des plus irréductibles qui gardent encore jalousement au fond d’eux-mêmes la personne du Président Wade qui offrait passeports diplomatiques, véhicules …
 
Adja N'diaye (femme de ménage) : « Mon frère est un responsable politique de l’Apr. La veille du vote, on nous a fait croire que le Khalife avait fait voter Non. C’est après coup que nous nous sommes rendus compte que ce n’était pas vrai et qu’il avait même prié pour le succès du projet du Président de la République.
Macky n’a jamais gagné. La question que l’on doit se poser c’est de savoir ce qui lie encore Wade à Touba. Macky devrait aller dans le sens de chercher à renverser la tendance.
La manière dont Wade a été chassé du pouvoir. Poursuite des chantiers… traque des biens mal acquis, Touba ville commerciale, passeports diplomatiques récupérés, marabouts citoyens ordinaires… Cas Karim.
Je ne suis pas d’avis que les populations ne portent pas dans leurs cœurs Macky. A Touba, on n’aime pas s’opposer.  Les populations sentent que le Khalife soutient à sa manière le Chef de l’Etat. Il ne s’agit pas de vote mouride. 
 
Abdou Lahad Mbacké : Beaucoup ont voté contre le projet alors qu’ils sont profondément attachés au Président Macky Sall. Les chefs religieux regrettent d’avoir voté Non...
Malgré les défaites enregistrées, l'image du président sall continue de jouir de toute sa splendeur. A Touba il est désormais établi que c'est l'appareil Apr qui a failli.
Les populations éprouvent beaucoup de mal à s'identifier à ces leaders du fait de leur comportement, de leur manière de faire de la politique. C'est pourquoi un travail foncier en profondeur est en train de s'opérer depuis plusieurs mois par des chefs religieux, sans tambour ni trompette. En fait, bon nombre de Mbacké-Mbacké digèrent encore mal les revers du régime Sall alors que celui ci a décidé d'investir plus de 400 milliards pour Touba, après avoir enfoui plus de 20 milliards pour parfaire le réseau d'assainissement de la ville..
Lundi 23 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :