LA DÉPUTÉE FATOU DIOUF S’OFFUSQUE DE LA PRÉSENCE D’AWA NDIAYE : « Qu’est-ce qu’une Wadiste de sang fait dans une rencontre de BBY... »

La venue de Awa Ndiaye à la rencontre des femmes de Bennoo Bokk Yaakaar (BBY) a indisposé plus d’une, hier. Là où certaines se plaignaient en douce, la députée Fatou Diouf s’est emportée pendant un moment, en s’interrogeant du pourquoi on lui aurait donné la parole pour la refuser à d’autres alors qu’elle se voit «Wadiste de sang». Cette dernière s’est ensuite résignée à devoir régler les choses en interne.


LA DÉPUTÉE FATOU DIOUF S’OFFUSQUE DE LA PRÉSENCE D’AWA NDIAYE : « Qu’est-ce qu’une Wadiste de sang fait dans une rencontre de BBY... »
La toute nouvelle présidente de la Commission de la Protection des Données Personnelles (CDP) ne fait pas l’unanimité auprès des femmes de la mouvance présidentielle. Awa Ndiaye, qui a été, hier, à la conférence de presse des femmes de Benno Bokk Yaakaar (BBY), s’est attirée les foudres de certaines d’entre elles.
Venue en retard, l’ancienne ministre de la Famille sous Wade a perturbé, un temps, la cérémonie qui avait déjà commencé avant de comprendre son erreur qu’elle a essayé de rectifier avec ses fameuses excuses : «Bal lène ma dé» (Ndlr : excusez-moi).
Si d’aucuns ont rouspété en douce, d’autres se sont fait entendre avant de se résigner pour en faire, plus tard, une cuisine interne. C’est le cas, en effet, de la députée Fatou Diouf.
«On est dans Bennoo Bokk Yaakaar (BBY), on a mis sur pied un bureau. Si on doit faire une conférence de presse, les oratrices désignées doivent suivre la hiérarchie du bureau. Il est inadmissible qu’on donne la parole à quelqu’un qui se dit ‘’Wadiste de sang’’ et la refuse à d’autres» a-t- elle pesté devant l’assistance avant de quitter la salle, frustrée.
Calmée par ses pairs, la députée coupera court à l’interpellation des journalistes. «Je ne veux pas parler de ça. C’est une cuisine interne et un combat qu’on va porter, je suis catégorique dans ça», oppose-t-elle, sur un ton sec. Fatou Diouf acceptera cependant de se prononcer sur les autres sujets politiques qui font l’actualité.
S’agissant du mandat présidentiel, elle ne veut parler de prolongation. «On doit surtout retenir que les martyrs qui ont tout le temps lutté, le faisaient pour que le mandat soit maintenu à cinq ans. Le Président avait le même souhait, il l’a manifesté et dit à plusieurs reprises. Mais une promesse, malgré le fait que ça soit une conviction doublée du désir de respecter la parole donnée, ne saurait primer face à une loi», argumente-t-elle.
Selon Fatou Diouf, le Président Macky Sall, en garant de la Constitution, doit donner le bon exemple pour que le respect de la loi et des institutions ne souffre guère dans l’Etat de droit et la démocratie. «On parle d’un probable troisième mandat, je ne pense pas, je suis même certaine que le Président, qui a demandé à ce qu’on réduise son mandat, ne saurait forcer comme l’avait fait certains soi-disant démocrates. Se tirailler pour un troisième mandat, n’est pas Macky Sall. Le Présidant fera deux mandats et nous nous battrons pour cela. Que les Sénégalais se le tiennent pour dit. Macky Sall est un républicain et il le restera», note la députée. Et de signifier que «ce n’est pas une durée de mandat qui fera réagir le peuple. Un peuple mature qui sait lire un bilan. Les réalisations sont là et se chargerons de dire les choses».
«Il faut aussi qu’on comprenne que nous avons élu le Président, et le Bennoo Bokk Yaakaar qui l’avait fait est toujours là. Nous voterons «OUI» massivement au référendum du 23 mars 2016», conclut-elle.

 
Vendredi 19 Février 2016
Dakaractu




1.Posté par SYLLA le 19/02/2016 11:06
Ce que ne sait pas cette " doungourou " c'est que même Macky est wadiste.



Dans la même rubrique :