LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LOUGA CONDAMNE MOUSSA NIANG À 20 ANS DE TRAVAUX FORCÉS POUR ASSASSINAT DE SA TANTE


LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LOUGA CONDAMNE MOUSSA NIANG À 20 ANS DE TRAVAUX FORCÉS POUR ASSASSINAT DE SA TANTE
La salle d’audience du tribunal de grande instance de Louga a refusé  du monde ce lundi matin à l’occasion de l’ouverture de la 2e session de la chambre criminelle du dit tribunal, qui a eu à statuer sur deux des huit cas qui doivent être examinés par les juges en quatre jours.

Le premier cas portait sur l’assassinat d’une dame du nom de Fatou Binetou Diop qui se trouve être la tante  de son meurtrier Moussa Niang qui, en 2006, avait tenté d’émigrer en Europe, mais la pirogue dans la quelle il avait pris place pour faire le voyage n’avait finalement pu dépasser les côtes mauritaniennes, l’obligeant à revenir au Sénégal. Déçu,  il accusera la coépouse de sa mère d’être à l’origine de l’échec de son voyage, par des pratiques mystiques voire occultes. Affecté et psychologiquement déstabilisé, il va mûrir un plan de liquidation physique de sa tante. 

C’est ainsi que dans la nuit du 16 mars 2013, il surprendra sa tante pendant le sommeil avant de lui trancher la gorge à coup hache. Une fois son forfait accompli, il ira se réfugier à Touba d’où il sera arrêté une semaine après.

Au cours de l’audience les témoins dont son père, sa mère, son épouse, son demi-frère, l’ont incriminé, même s’ils lui ont trouvé l’excuse de ne plus jouir de toutes ses facultés. Dans son réquisitoire, le procureur de la république, Mr Doudou Cissé Diouf, après avoir retracé les faits, a requis une peine de 20 ans de travaux forcés à l’encontre de Moussa Niang, avant de rejeter les allégations de l’accusé qui voulait faire croire qu’au moment des faits il était en démence, soulignant que l’arme utilisée et la violence des coups administrés à la dame sont assez édifiantes sur l’intention du sieur Moussa Niang de tuer avec préméditation. 

L’Avocat de la défense Me Abdoulaye Sène, a dit tout son désaccord avec le ministère public, lui reprochant de n’avoir apporté dans son réquisitoire, aucune preuve  de culpabilité de son client, se contentant des témoignages des parents de son client. C’est pourquoi, il a  tout simplement demandé l’acquittement de son client.

A la suite  du réquisitoire du procureur et de la plaidoirie de l’avocat de la défense, la chambre criminelle de Louga en reconnaissant le sieur Moussa Niang coupable des faits qui lui sont reprochés, l’a condamné à 20 ans de travaux forcés.

Le sieur Niang qui a déjà fait deux ans de détention préventive, aura à faire encore 18 ans de plus pour ainsi purger totalement sa peine.

La chambre criminelle a ensuite examiné un cas de viol suivi de meurtre sur Sokhna N'diaye âgée de 22 ans . Nous y reviendrons...

                                  

                                                 Mbargou DIOP, Correspondant permanent à Louga.
Mardi 26 Avril 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :