L'utopie de l’emploi


L'utopie de l’emploi
Dans la sphère politique, le discours à la mode ces temps-ci porte sur la création d’emplois. À entendre nos politiciens, ce serait là le moteur de la relance économique. Quant à savoir comment on va s’y prendre pour créer des centaines de milliers d’emplois, c’est une autre histoire... En attendant, il n’y a pas une journée ou presque où il ne soit question, au contraire, de suppression d’emplois par dizaines, par centaines, voire par milliers. De toute évidence, il y a entre le projet politique et la réalité socio-économique une distance considérable voire l’absence d’une vision cohérente. Mais, devant ce qui m’apparaît de plus en plus clairement comme l’effondrement du système, j’éprouve un sentiment d’urgence. Je déplore en particulier que les médias ne fassent pas suffisamment état d’études et de réflexions qui inviteraient à considérer la conjoncture actuelle dans une perspective différente. Pour de nombreux chercheurs dans le domaine socio-économique, la thèse du plein emploi – comme on l’entend habituellement – est une illusion.
Je m’étonne même, pour ne pas dire que je me scandalise, de constater qu’autant de réflexions sérieuses qui prennent appui sur des analyses bien étayées ne soient pas prises en compte, ou trop peu à mon avis, par ceux qui assument d’une façon ou d’une autre le leadership dans notre société.
On trouve aujourd’hui plusieurs ouvrages – d’économistes, de sociologues, etc. – qui démontrent l’inanité du discours actuel qui non seulement s’avère futile, mais qui risque de faire perdre un temps précieux à un moment où il faudrait plutôt orienter la réflexion et les décisions dans une autre direction pour répondre aux exigences de la situation. Car il s’agit bien d’une situation qui découle de facteurs qui ne vont pas s’évanouir dans les années qui viennent mais plutôt devenir encore plus déterminants dans l’avenir. Parmi ces facteurs, les plus importants sont l’informatisation dans l’industrie mais aussi dans les services – la substitution de la robotique et de la télématique au travail humain – et la mondialisation des marchés. (Ce ne sont pas ici les seuls facteurs mais ceux qui sont le plus généralement reconnut.)
À quoi s’ajoute en période de crise, la rationalisation – euphémisme oh! combien révélateur – dans les entreprises, publiques et privées. Quoi que l’on affirme dans certains milieux, ces facteurs vont continuer d’exercer sur nous une pression énorme pendant encore longtemps. Il s’agit en fait d’un grand virage de société, le passage d’un type de société à un autre. Ou encore, comme le suggère Alvin Toffler, d’une vague à une autre.


La première grande vague, selon Toffler, fut marquée par la révolution agricole : la seconde, par l’industrialisation : et la troisième, enfin, par plusieurs facteurs dont ceux que j’ai mentionnés plus haut. " Aujourd’hui, tous (les) pays à technologie avancée chancellent sous le choc de la Troisième Vague qui ébranle les économies et les institutions obsolètes et sclérosées de la Seconde. " Alvin Toffler, La 3ième Vague (éd. Denoël).




Patrice SANE

Cadre Commercial, Militant APR

Membre de la Convergence des Cadres Républicains (APR/CCR)

Secrétaire Administratif de la Commission Veille et Marketing Politique (CVMP)

77 533 45 28/ patrice@orange.sn




Mardi 12 Février 2013
Notez


1.Posté par Laye le 12/02/2013 21:08
L'article manque de pertinence. Décevant

2.Posté par FocusActu le 12/02/2013 23:19
Bonjour à tous! FocusActu.Com est un site d'information générale. Bienvenue à tous!

3.Posté par TECHNICIEN le 13/02/2013 03:37
Technicien en réseau informatique vous installe un réseau Wi-Fi,etendre la portée
de la couverture de votre wifi, dans votre maison ou même dans votre bureau.Vends des modems routeur Wi-Fi.
Vous propose également le referencement de votre site web pour plus de visibilité.
contact:
tel: 70 771 68 95
skype: tech.wifi
Email: refdakar@gmail.com



Dans la même rubrique :