L'intégralité de la déposition de Papa Diéry Sène à la Crei!

Pour édifier nos lecteurs, mais aussi et surtout l'opinion nationale comme internationale, nous reproduisons in extenso la déposition "importante" de Papa Diéry Sène. Lequel, en sa qualité de contrôleur de gestion a été également "cuisiné" par la Crei. C 'etait le 21 Février 2014 à 13 h 27'.


L'intégralité de la déposition de Papa Diéry Sène à la Crei!

Q : Quelle est votre profession et quelles sont vos fonctions actuelles ?

 

R : Je suis contrôleur de gestion. De 2000 à 2003, j’ai été Chef du Bureau Budget et Facturation de la représentation nationale de l’ASECNA au Sénégal. A partir de 2003, j’ai été recruté par un cabinet comme Contrôleur de Gestion aux Activités Aéronautiques Nationales (ANS). Jusqu’à la date d’aujourd’hui, je suis contrôleur de gestion des ADS.

 

Q : Connaissez vous les sociétés SHS SA, AHS SA, ABS SA, et DAPORT ? Si oui, savez-vous comment elles ont été constituées ?

 

R : Oui. Je les connais, mais je ne saurais vous dire comment elles ont été constituées. Je connais le DG de SHS, Mansour SAMB. AHS a été dirigée à un moment par Pierre AGBOGBA. ABS a été dirigée par Alioune DIASSE et DAPORT par Andréas HELFER. DAPORT s’est installée à l’aéroport Léopold Sédar Senghor, mais je n’ai jamais vu les statuts de la société.

 

Q : Savez-vous qui sont les bénéficiaires économiques de ces sociétés ?

 

R : Non.

 

Q : A votre connaissance, Karim Meïssa WADE est-il intervenu d’une manière ou d’une autre, dans le processus de constitution ou dans le fonctionnement de ces sociétés ?

 

R : Je ne peux pas dire qu’il est particulièrement intervenu dans la gestion de ces sociétés. J’ai été relevé de mon poste de secrétaire général, pour être affecté à Tambacounda en juin 2010, à la demande de Karim Wade, selon M'baye N'diaye. J’avais refusé de prendre service, parce que j’estimais irrégulière la note de service qui m’affectait. En juin 2012, je suis revenu pour occuper à nouveau le poste de contrôleur de gestion.

 

S.I.R. : J’étais en mission en France, quand M'baye m’a appelé pour me demander de revenir parce que le syndicat avait tenu un point de presse à LSS pour dénoncer les paiements fait à DAPORT et que je serai derrière le syndicat. Quand je suis revenu de mission le dimanche, dans la nuit, M'baye N'diaye est venu me trouver à mon domicile pour dire que le Ministre d’Etat Karim Wade lui avait demandé de me relever de mes fonctions et de m’affecter à Tambacounda.

 

S.I.R. : En fait, je ne me suis pas opposé à l’installation de DAPORT à LSS. Au départ, FRAPORT avait gagné un appel d’offres pour la gestion du futur aéroport de Diass. A la suite, une société de droit sénégalais a été créée, DAPORT. On a découvert que FRAPORT ne détenait que 10% de DAPORT et que la gestion devait être confiée à DAPORT en attendant le nouvel aéroport. En tant que cadre, je ne pouvais pas adhérer à ce schéma. Et c’est sûrement parce que je gênais que j’ai été écarté.

 

S.I.R. : DAPORT s’est installée vers septembre 2009 à LSS. On nous a demandé de leur trouver des locaux à l’aérogare.

 

S.I.R. : Il était évident que toutes les décisions venaient de Karim Meïssa Wade ou étaient, en tout cas, impulsées à partir de son cabinet, même s’il ne signe jamais de lettres. Beaucoup de gens ont tenté de le remettre à la raison après mon affectation. Il a maintenu sa décision de ne pas me laisser à LSS. Il a même envoyé chez moi un huissier pour me demander la restitution de documents confidentiels qui n’étaient pas listés dans l’acte d’huissier.

 

S.I.R. : Au début, j’avais des relations professionnelles correctes avec M'baye N'diaye, mais à partir de la période où est arrivé Karim Wade au ministère de tutelle, elles ont changé et j’ai été écarté avec d’autres agents des postes stratégiques et des processus de décision.

 

Q : Savez-vous quelle était la nature des relations qui liaient DAPORT SA aux aéroports du Sénégal (ADS) d’une part et à AIBD d’autre part ?

 

R : Il y a une convention qui régit les relations entre DAPORT, ADS et AIBD à laquelle on n’a pas eu accès, parce M'baye N'diaye disait que c’était un document confidentiel. Quand on a découvert la convention, on a compris les raisons pour lesquelles, on ne nous avait pas associé au processus de négociations en vue de la liquidation des ADS.

 

S.I.R. : C’est après le départ de M'baye N'diaye, qu’on a eu accès à la convention.

 

Q : Savez-vous quelles étaient les prestations fournies par DAPORT SA aux Aéroports du Sénégal (ADS) ?

 

Dans la convention, il y avait une liste de prestations censées être fournies par DAPORT à LSS qu’on peut résumer en une forme d’assistance technique.

 

S.I.R. : A ma connaissance, il n’y a qu’une seule prestation qui a été fournie par DAPORT et qui a consisté à l’envoi en Allemagne d’agents des ADS pour un séminaire. D’ailleurs, ce sont les ADS qui ont pris en charge les billets d’avion et les per diem.

 

Q : Savez vous à combien étaient facturées ces prestations ?

 

R : Je ne sais pas, parce que je n’étais pas là pendant cette période.

 

Q : Etes-vous au courant du prêt d’un montant d’Un Milliard (1 000 000 000) F CFA contracté par l’ancien agent comptable particulier (A.C.P.) Boubacar Konaté au nom des A.D.S. ? Si oui, savez-vous quelle était la destination de cet argent ?

 

R : Pendant cette période, je n’étais pas là, mais à mon retour j’ai vu le prêt. Sur instruction du DG, j’ai demandé au commissaire aux comptes de nous faire un audit limité de la trésorerie et on a découvert tous les prêts qui ont été faits par les ADS. Compte tenu du principe de l’unité des caisses, on ne peut pas dire  à quoi a été dépensé cet argent puisque toutes les recettes sont logées dans le même compte.

 

Q : Etes-vous au courant du paiement par les ADS à DAPORT SA de la somme d’environ 440 000 000 F CFA sur le milliard emprunté par l’A.C.P. Konaté ? Si oui, quelles prestations cette somme a-t-elle servi à payer ?

 

R : Je ne peux pas dire que les 440 Millions proviennent du milliard de F CFA. Mais à la suite de la situation faite par le commissaire aux comptes, à la date du 1er Juillet 2012, on a vu qu’il y avait des paiements faits à DAPORT qui avaient été faits antérieurement et qui étaient de l’ordre de 125 000 euros tel que cela résulte de la convention. Par ailleurs, ils ont peut être pu avoir des arriérés qui ont fait que le cumul ait atteint cette somme.

 

S.I.R. : Je m’engage à faire des vérifications et si je les retrouve, je vous déposerai des documents y relatifs.

 

Q : Cette affaire a fait l’objet de deux enquêtes de l’Inspection Général des Finances et de l’Inspection Générale d’Etat. Savez-vous quelles ont été les conclusions de ces deux structures ?

 

R : Non. Je ne sais pas.

 

 

Plus n’a été entendu à 14 heures et 34 minutes, lecture faite, persiste et signe avec Nous et le Greffier.

 

C.A.T. BEYE  A. SAYANDE  E.A.A SECK  A. DIAGNE  P.D DENE  O.K. DIENG

Jeudi 25 Septembre 2014
Dakaractu




1.Posté par biba le 25/09/2014 16:42
j'aimerais bien savoir qui vous a acheté. Trouvez-vous normal que des PV circulent comme ça alors qu'on est plein dans le procès ? Suis très déçue je ne lirai plus votre site. Pourtant il y a plus de 89 témoins mais vous nous balancez que les PV à charge. Quelle honte !!!! Si vous voulez éclairer les gens mettez tous les PV pendant que nous y sommes.

2.Posté par kiki le 26/09/2014 00:30
biba arête ton cinéma même dans les pays occidentaux ya des fuites de pv d'audition je comprend que tu sois pour prince rimka mais c'est le rôle des médias de faire des investigations avec leurs sources bon vent si tu veux plus lire sur le ite



Dans la même rubrique :