L’homme qui a livré Ben Laden à la CIA emprisonné


Après avoir rendu service à la CIA, en 2011 en livrant des informations qui ont permis de localiser et de tuer Ben Laden, à l’issue d’un assaut des forces spéciales américaines, le Pakistanais Shakil Afridi, médecin de profession est depuis lors détenu en prison.

Malgré les multiples dénonciations des associations de défense des droits de l’homme, il continue toujours à croupir en prison. Et pourtant l’on se rappelle qu’il avait risqué sa vie en passant un marché avec la CIA, dont personne ne connait les conditions de chaque partie. C’est ainsi sous le prétexte d’une fausse campagne de vaccination contre l’hépatite C, il sonne à la résidence où est supposé résider Ben Laden, dans la ville d’Abbottabad. L’ADN du chef terroriste récupéré et identifié, les États-Unis lancent l’assaut qui a conduit à sa neutralisation.

Après avoir été utilisé comme bouc émissaire donc, les autorités pakistanaises l’ont arrêté et emprisonné, sous prétexte qu’il a des liens avec les extrémistes. Jugé pour “implication dans des activités hostiles à l’État”, il est condamné à 33 ans de prison. “Shakil est devenu un bouc émissaire”, estime un militant des droits de l’homme, Zar Ali Khan Afridi, sans lien de parenté avec le médecin, cité par RFI.

Selon France 24, la procédure judiciaire est à l’arrêt. En 2014, un procès en appel a bien débuté. Mais il a été ajourné à plusieurs reprises. Même si Shakil Afridi continue de recevoir la visite des membres de sa famille, selon son avocat, le médecin est placé à l’isolement dans une petite pièce. Pour autant, sa sécurité est menacée par les Talibans.

Publicité 

“Je n’ai aucun espoir de le voir, je n’attends plus rien de la justice”, estime Jamil Afridi, son frère aîné.
‘’Une issue ne pourra être trouvée qu’avec l’intervention de Washington’’, soutient Me Nadeen, l’avocate chargée de défendre Shakil. Par ailleurs, sa peine avait été revue à la baisse, passant de 33 ans à 23 ans, suite au vote de la réduction de 33 millions de dollars de l’aide américaine accordée au Pakistan, soit un million pour chaque année infligée à l’informateur. Mais visiblement, Shakil a été oublié en prison.

Donald Trump le libérerait en “deux minutes”.

Donald Trump, le candidat à la primaire républicaine a déclaré vendredi dernier, qu’il peut faire libérer Shakil Afridi “en deux minutes” s’il était élu président.
“Je leur dirais de (le) faire sortir et je suis sûr qu’ils le feraient. Car nous versons beaucoup d’aide au Pakistan”, a lancé le milliardaire.
Mais pour le ministre de l’Intérieur pakistanais, Chaudhry Nisar Ali Khan,”C’est le gouvernement pakistanais et non Donald Trump” qui décidera du sort du docteur Shakeel Afridi . Qualifiant au passage Trump d'”ignare
Mercredi 18 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :