L'étrange vidéo qui montre Kim Kardashian dans son hôtel après son agression


Plus d'une semaine après le cambriolage de Kim Kardashian à Paris, le site américain Radaronline s'est procuré une vidéo tournée avec un téléphone portable, après l'intrusion d'hommes armés et cagoulés dans l'appartement.

On y voit plusieurs hommes avec un brassard de policier évoluer dans l'appartement et discuter entre eux de la manière de procéder. "Prenez déjà ces empreintes-là", entend-on. Kim Kardashian est assise sur un des canapés de la pièce. Enveloppée  dans une étole noire, elle regarde l'écran de son téléphone. Elle semble ignorer l'agitation autour d'elle. Tout comme, en face, sur un autre canapé, son assistante, qui pianote sur son smartphone.

Plusieurs anomalies?

La vidéo montre enfin les issues de la pièce qui n'ont pas été forcées. Autant d'anomalies, qui mettent en doute, selon Radaronline, la véracité du vol. Sauf que, selon les premiers éléments de l'enquête, les malfaiteurs portant des gilets semblables à ceux de la police étaient très bien renseignés et n'ont pas eu à enfoncer les portes.


Les agresseurs ont menacé le concierge de l'hôtel, et lui ont ordonné de les mener là où résidait de la star. Introduits dans les appartements de la femme de Kanye West, ils l'ont alors menacé d'une arme avant de dérober des téléphones, de l'argent liquide et des bijoux, dont la bague de fiançailles offerte par le rappeur, pour une valeur estimée à 9 millions d'euros. Puis ils sont repartis, à bicyclette, laissant Kim Kardashian ligotée dans la salle de bain.

Plainte pour diffamation

Si la star est précipitamment rentrée aux Etats-Unis, dès le lendemain de l'événement, l'enquête se poursuit à Paris. Un pendentif, issu du braquage, que les voleurs ont sans doute laissé tomber dans leur fuite, a été retrouvé par un passant. La police scientifique y a déjà retrouvé plusieurs traces ADN.


Kim Kardashian a par ailleurs déposé une plainte mardi pour diffamation contre le site internet Mediatakeout, qui l'accusait d'avoir mis en scène son agression.

La plainte indique que les allégations selon lesquelles l'épouse du rappeur Kanye West aurait "fait semblant d'être victime d'un vol, menti sur la violente attaque dont elle a fait l'objet puis fait une réclamation mensongère auprès de son assurance" ne sont étayées par aucun fait et constituent "un acte de diffamation". Elle demande un procès ainsi que des dommages et intérêts. 
Mercredi 12 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :