L’affaire Wade aidant - les jeunes Mbacké-Mbacké se remettent à parler et brisent la fatwa du Khalife


L’affaire Wade aidant - les jeunes Mbacké-Mbacké se remettent à parler et brisent la fatwa du Khalife

Pour remettre tout en ordre, le Khalife Général des Mourides avait clairement interdit à ses parents, plus particulièrement, à ses petits-fils de parler politique à tout va et au nom de Touba. En son temps, chacun parlait comme lui semblait. Un véritable tintamarre!

Serigne Sidi Mokhtar Mbacké, loin d’aimer le brouhaha, avait alors intimé l’ordre à tout le monde de se taire, les renvoyant tous aux travaux champêtres, non sans rappeler que Cheikh Bass Abdou Khadre représentait ses mains, ses yeux et ses pieds. Une manière bien symbolique de réduire tout le monde au silence pour que Touba redevienne ce qu’elle était avant ; c'est-à-dire une cité où la hiérarchie est bien respectée et où tout le monde va dans le même sens et écoute la même voix, celle du Khalife. Sur le coup, tout le monde s’est tu.  Le Khalife redevenant le centre des décisions, des idées et des ndigëls.

Hélas, il a suffi que le Président Wade se soit attaqué maladroitement et regrettablement à son successeur et adversaire politique, pour que la cacophonie ait repris ses droits. Pendant que le porte-parole du premier des Mourides, nous dit-on, est en train de faire revenir la paix avec la carte de la médiation, des voix Mbacké-Mbacké partisanes s’entrechoquent comme si tout se passait à Touba. En moins d’une semaine une dizaine de chefs religieux a élevé le ton à travers les médias de Dakar alors qu’une bonne cinquantaine se dispute les antennes des radions locales. Pour certains, comme Serigne Mame Mor Mbacké, Serigne Moustapha Bousso, Serigne Cheikh Abdou Mbacké Bara Dolly… Wade a eu tort d’accuser le Président Sall de descendant d’esclave et d’anthropophage, pour d’autres comme Serigne Sidi Mbacké, petit-fils de Massamba Mbacké, Wade est dans le champ politique et que rien de ce qu’il a dit n’est condamnable.  Ce dernier de nous confier, même, que l’escalade verbale pourrait même être pire au vu de l’arrestation arbitraire de Karim Wade par le régime actuel. Le reste du groupe, pour ne pas dire de la troupe, s’est hasardé à dire que le Khalife a condamné après avoir visionné la fameuse vidéo. Condamner ? oui ! Mais visionner la vidéo…non ! selon Serigne Cheikh Mbacké Bara Dolly et Serigne Modou Bousso Dieng, d’autres chefs religieux mourides. Bref, tout le monde se remet à parler et brise ainsi la fatwa du silence lancée par Serigne Sidi Mokhtar Mbacké.
Le plus grave dans ce tourbillon c’est que certains osent parler pour Touba et au nom de Touba, alors que le seul titulaire du poste observe tranquillement sa retraite spirituelle entre Gouye-Mbind, Tawfekh et Keur Nganda. Pire, dans son combat, Wade a bien fait usage d’armes non-conventionnelles. Que dire de ce Bousso-Bousso qui n’a pas hésité à « exhumer » feu Khadim Bousso pour apporter la riposte au libéral en chef. Dans tous les cas, confie ce dignitaire religieux qui a requis l’anonymat « Serigne Sidi Mokhtar choisit librement les moments de son discours et la teneur de celui-ci. Il n’accepte de subir aucune pression et n’acceptera jamais de cautionner des insanités d’où qu’elles viennent. C’est un homme de Dieu, au vrai sens du terme. »

 
 
 

L’affaire Wade aidant - les jeunes Mbacké-Mbacké se remettent à parler et brisent la fatwa du Khalife


Samedi 28 Février 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016