L’affaire A D : Bravo la presse (Pr. Hamidou Dia)


L’affaire A D : Bravo la presse (Pr. Hamidou Dia)
L’affaire de cette jeune fille morte au service des urgences de Pikine a été très bien traitée par la presse qui a profité de cette triste affaire pour montrer du doigt les disfonctionnements de nos services d’urgence.
Il a fallu combien d’AD avant que la presse ne s’en mêle.
Qu’importent les thèses en présence, qu’importe la solidarité du corps médical.
Cette démarche de la presse est une démarche citoyenne, une démarche de salubrité publique : aucune explication au monde ne peut justifier la mort inacceptable de cette jeune fille, sauf à oublier le serment d’Hippocrate que tous les médecins ont prêté. Serment qu’il n’est pas inutile de répéter ici :
Au moment d’être admis(e) à exercer la médecine, je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité.
Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux.
Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité.
J’informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences.
Je ne tromperai jamais leur confiance et n’exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences.
Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire.
Admis(e) dans l’intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu(e) à l’intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les mœurs.
Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément.
Je préserverai l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de ma mission. Je n’entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services  qui me seront demandés.
J’apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu’à leurs familles dans l’adversité.
Que les hommes et mes confrères m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré(e) et méprisé(e) si j’y manque.

Aux autorités politiques et médicales d’en tirer tous les enseignements, au besoin de sanctionner pour que de tels scandales ne se reproduisent plus.
J’encourage toute la presse, unanime dans ce cas, de continuer d’exercer sa vigilance au moment où nous sommes envahis par des incivilités de toutes sortes, des comportements inadmissibles de la part de ceux qui n’ont que le mot morale à la bouche pour la transgresser allégrement.
Dans l’émergence d’une conscience citoyenne la presse a une très grande responsabilité qu’elle a montré dans ce cas précis.
Bravo la presse


Pr. Hamidou Dia Conseiller spécial du Président de la République
Lundi 23 Octobre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :