L’OM, leader aux deux visages


L’OM, leader aux deux visages

L’OM s’est imposé ce dimanche contre Saint-Etienne (2-1) dans le dernier match de la 8e journée de Ligue 1. Intenables en première période, les Marseillais ont souffert après la pause. Mais ils restent leaders avec deux points d’avance sur Bordeaux.

L’Olympique de Marseille  reste leader de la Ligue 1. Son fauteuil, abandonné quelques heures après la victoire de Bordeaux  contre Rennes  (2-1), l’OM l’a récupéré en dominant Saint-Etienne  (2-1) ce dimanche, en clôture de la 8e journée. Ce 6e succès d’affilée en championnat n’a pas mis longtemps à se dessiner puisque les Marseillais menaient déjà 2-0 après une demi-heure de jeu. Mais leurs difficultés affichées après la pause ont gâché en partie une soirée qui avait débuté sur les chapeaux de roue.

Pendant 45 minutes, Marseille a mis une pression de tous les instants avec un pressing haut, des transmissions simples et rapides et surtout de la percussion. Dans la lignée d’un mois de septembre quasi parfait, l’équipe de Marcelo  Bielsa semblait alors irrésistible. Giannelli Imbula, véritable "box to box player", incarnait bien cet OM plein d’énergie. Son ouverture du score, avec d’abord une percée de 40 mètres puis une magnifique frappe enroulée du gauche (1-0, 7e), lançait cette rencontre sur un rythme élevé. Déjà buteur à Reims  (0-5) mardi dernier, l’ancien Guingampais enchaîne les excellentes performances en ce moment.

Une dynamique intacte

Dimitri Payet aussi. Plaque tournante au milieu de terrain, il marquait son troisième but de la saison en profitant d’une récupération d’André Ayew dans les pieds deFrançois Clerc  avant de frapper à ras de terre (2-0, 28e). Stéphane Ruffier  était impuissant, comme toute la défense stéphanoise. Cette débauche d’énergie est peut-être la cause du manque de fraîcheur aperçu après la pause. Parce que tout ne tournait pas rond dans cette équipe marseillaise, à l’image de Florian Thauvin, volontaire mais maladroit, et d’André-Pierre Gignac, qui a moins pesé sur la défense adverse.

Thauvin était d’ailleurs fautif sur le but stéphanois en laissant filer Jonathan Brison dans son dos sur un centre au deuxième poteau. La reprise en demi-volée du latéral gauche des Verts ne laissait aucune chance à Steve Mandanda  (2-1, 53e). Remplacé quasiment dans la foulée par Romain Alessandrini, Thauvin traverse clairement une période difficile. Après ce but stéphanois, le gardien de l’OM n’a pas forcément été très inquiété, sauf peut-être sur une frappe de Gradel en fin de match. Les Marseillais, libérés par le coup de sifflet final, étaient surtout heureux de maintenir leur dynamique intacte.

Sport.fr

Dimanche 28 Septembre 2014




1.Posté par Abdoul Dia le 28/09/2014 22:53
j'aime voir les belles victoires de mon equipe avec un joli systeme de jeu

2.Posté par tabara le 29/09/2014 11:31
allez droit au but comme votre slogan restez sur cette dynamique de victoire allez les bouzeurs les phocéens



Dans la même rubrique :
JFK aurait eu 100 ans

JFK aurait eu 100 ans - 28/05/2017