L’INSULTE ET LA RUMEUR OU LA METHODE D’UNE OPPOSITION… « WOUYAYOYE » (​Papa Mahawa DIOUF)

L'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours : se dit d'une histoire dont la source n'est pas de première main, et qui généralement n'est pas vérifiable.


L’INSULTE ET LA RUMEUR OU LA METHODE D’UNE OPPOSITION… « WOUYAYOYE »  (​Papa Mahawa DIOUF)
C’est donc désormais une réalité intangible, notre opposition nationale semble incapable de trouver les ressources lui permettant de devenir une véritable force de proposition alternative.
Pour preuve, de l’aveu du porte-parole de Bokk Giss-Giss himself, dans entretien sur le plateau d’une télévision en ligne, les jeux de positionnement ombragent déjà toute perspective de proposition alternative sérieuse pour le pays.
En attendant, elle s’accorde au moins sur une stratégie désespérée de « protestation » dont les principales méthodes restent l’insinuation, l’affabulation, la bravade et surtout la stratégie de la rumeur. Or en démocratie, l’insinuation et la calomnie ne sauraient tenir lieu d’argumentaire dans l’espace public.
La communication de M. le Premier ministre Dionne fût très limpide de ce point de vue, puisqu’elle apporte des clarifications sur les points qui constituaient principalement la ligne d’attaque de M. Mbaye et de Monsieur SONKO :
  1. D’abord, il n’y a pas eu de transaction financière venant de cosmos vers Timis. Ce faisant, l’insinuation (en l’occurrence le leader de PASTEF). selon laquelle il y aurait une fraude fiscale ne tient pas. Il s’agissait d’un transfert  d’engagements et d’obligations de travaux.
 
  1. Ensuite, la répartition du 10% à PETROSEN à 30% à TIMIS et 60% à KOSMOS reflète la réalité complexe du monde de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures qui ne peut être supporté seul par l’État du Sénégal.
 
 
  1. Enfin toutes les dispositions nécessaires pour assurer une gestion transparente de nos ressources naturelles ont été prises. Mieux, le Sénégal assure un leadership sur le continent à travers l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) et tous les contrats sont mis à dispositions du grand public. Une disposition que M. Mbodji du Forum Civil, qualifie lui même de fondamentale pour la transparence.
Face à la clarté de la communication du PM Dionne, la réaction de l’opposition a manqué piteusement de rigueur et d’épaisseur, puisqu’elle persiste à ne pas vouloir porter d’accusation formelle mais se cantonne à entretenir la rumeur.
Sous d’autres cieux, les véritables scandales se règlent au tribunal et dans les juridictions de l’État, sur la base de plaintes et de dossiers d’accusations solides et non à travers de veines supputations dans l’espace public à travers les médias. On peut citer : l’affaire clearsteam ou encore l’affaire Betancourt en France.
En effet, en démocratie, et plus généralement dans un débat public respectable, la « force de la preuve » et la clarté du discours devrait être la norme. Or ici notre l’opposition ne formule aucune accusation spécifique mais crée et entretien un climat général de suspicion sans jamais fournir de preuve ni formuler des accusations claires et concrètes.
 
La rumeur contre la force de la preuve
 
Il s’agit donc de la stratégie de la rumeur, plus vieux média du monde, devenu l’arme des faibles en arguments.  Bruit qui se répand rapidement dans le public et dont la véracité est douteuse, elle possède un véritable attrait d’un point vu marketing, puisqu’elle se propose d’être diffusée à grande échelle et de manière rapide.
 
La rumeur offre donc la possibilité de donner un argumentaire  tronqué et rassurant, expliquant ainsi son succès auprès d’une opposition mal inspirée.
 
C’est exactement à quoi nous assistons ici, puisque M. Mbaye lui même n’a trouvé comme seul réaction à la suite de la déclaration du PM que de dire : je pose des questions et j’en ai le droit. Facile,… trop facile pour quelqu’un qui concoure à être une force de proposition alternative et qui plus est, fût premier ministre à l’époque des faits dont il laisse entendre qu’ils existent. M. Mbaye arrêtez de posez des questions et dites nous de quoi nous ce que vous savez!
 
C’est ainsi lorsque le banquier, ancien PM se demande pourquoi la répartition de l’actionnariat KOSMOS TIMIS PETROSEN est ainsi établie, il feint d’ignorer la réalité du marché de l’exploration et de l’exploitation pétrolière.
 
Entretenant ainsi, la ténacité de la rumeur, puisque ce qui est recherché est bien plus la vraisemblance que la véracité. Le Sénégal mérite un meilleur engagement de votre part, puisque ce pays vous a TOUT donné M. Mbaye.
Adama Gaye ou l’injure pour les désespérés
Mais les méthodes des détracteurs du Chef de l’État vont jusqu’à l’injure. C’est ainsi lorsque M. Adama Gaye l’insulte à la bouche, méprisant à l’endroit « des pauvres », le cœur rempli de colère s’en est pris  violement au Chef de l’État : « Si je parle, tu tombes, un point, un trait !».
Quel est ce type de citoyenneté guidé sans doute, par la pression du besoin et qui fait perdre raison, au point de s’accuser lui même d’être un homme de combine et un courtisan ?
Si son patriotisme et son engagement sont tels qu’il le prétend, pourquoi brandir la menace pour dire ce qu’il a à dire. Dîtes nous donc tout M. Gaye ! Mais surtout proposez un débat utile au pays !



Papa Mahawa DIOUF                                                            Alliance Pour la République  (APR)
 
 
 
 
 
Vendredi 23 Septembre 2016
Dakaractu 11




Dans la même rubrique :