L’Etat s’engage à assurer la liberté de presse, ’’un bon déroulement’’ de la campagne, une élection sous observation internationale (Madické Niang)


L’Etat s’engage à assurer la liberté de presse, ’’un bon déroulement’’ de la campagne, une élection sous observation internationale (Madické Niang)

Le gouvernement du Sénégal s’engage à garantir ‘’un bon déroulement’’ de la campagne électorale dans ‘’un climat de paix et de sérénité’’, afin que les Sénégalais puissent voter en toute liberté, indique le ministre des Affaires étrangères, Madické Niang.

Le gouvernement s’engage ‘’à garantir la liberté d’expression et de presse qui ne saurait souffrir d’aucune restriction en application des lois et règlements du pays’’, soutient Madické Niang, dans une déclaration transmise mercredi à l’APS.

Me Niang affirme également que le gouvernement ‘’nourrit l’ambition de tout mettre en œuvre afin que l’élection présidentielle du 26 février 2012 soit une date majeure dans l’évolution de la démocratie sénégalaise qui devrait en être la seule grande gagnante’’.

Il a rappelé que le président Wade ‘’a toujours été habité par la volonté de faire respecter le calendrier électoral alors que certains membres de l’opposition manifestaient publiquement leur désir de faire renvoyer les élections’’.

‘’C’est ce qui explique, selon lui, que le calendrier électoral, qui n’a connu aucun retard, sera poursuivi jusqu’à son terme’’. Il a souligné que dans ce cadre, le gouvernement souhaite que l’élection présidentielle du 26 février soit ‘’la mieux observée du monde’’.

A cet égard, assure le ministre des Affaires étrangères, l’Etat marque ‘’sa grande disponibilité à recevoir tout observateur international désireux de venir superviser le processus électoral jusqu’à son terme (avant, pendant et après les élections)’’.

Le Conseil constitutionnel a publié dimanche soir la liste définitive des candidats autorisés à concourir à la prochaine présidentielle.

En plus d’Abdoulaye Wade, les juges ont retenu les candidatures de Macky Sall, Idrissa Seck, Cheikh Tidiane Gadio, Moustapha Niasse, Cheikh Bamba Dièye, Doudou Ndoye, Ousmane Tanor Dieng, Diouma Diakhaté, Amsatou Sow Sidibé, Mor Dieng, Djibril Ngom, Ibrahima Fall et Oumar Khassimou Dia.

La juridiction a rejeté les candidatures de Youssou Ndour, Kéba Keindé et d’Abdourahmane Sarr.

A l’annonce de la décision des ’’5 sages’’, des manifestations ont été organisées dans la capitale comme à l’intérieur du pays, pour protester contre la validation de la candidature du président Abdoulaye Wade.

Selon un décompte établi par la presse, 5 personnes ont à ce jour perdu la vie dans le cadre de d’une série de manifestations organisées sur l’étendue du territoire national.

La volonté de Me Wade de se présenter à nouveau à la présidentielle est contestée depuis des mois par ses opposants et une partie de l’opinion dont des juristes et des responsables de la société civile réunis au sein du Mouvement du 23 juin (M 23).
APS

Mercredi 1 Février 2012
APS




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016