L'Ecosse anti-«Brexit» relance l'idée d'un référendum sur l'indépendance

En annonçant ce lundi 13 mars qu'elle allait lancer un nouveau référendum d'indépendance, la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a fait brutalement resurgir l'une des conséquences les plus redoutées du Brexit : l'éclatement du Royaume-Uni.


Alors que Londres se rapproche de la sortie de l'Union européenne (UE), l'Ecosse, elle, veut y rester, et rêve, à nouveau, d'indépendance. Car, si les Britanniques ont voté à 52% en faveur d'un divorce avec l'UE lors du référendum historique du 23 juin 2016, les Ecossais s'étaient eux parallèlement prononcés à 62% pour un maintien dans le giron européen.

L'Ecosse « doit décider de son futur »

Farouchement hostile au « Brexit », en particulier sur le sujet de la sortie du marché unique, la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a annoncé, ce lundi 13 mars, qu'elle demanderait la semaine prochaine l'autorisation d'organiser un référendum pour l'indépendance de la province fin 2018 ou début 2019. « J'estime qu'il est important que l'Ecosse soit en mesure de décider de son futur », a-t-elle déclaré.

La cheffe des indépendantistes SNP n'a cessé, depuis juin, de répéter qu'une sortie de l'Union européenne justifierait l'organisation d'une nouvelle consultation, après celle de septembre 2014, remportée par le « non » (55%) et vécue comme un rendez-vous manqué avec l'histoire par les nationalistes.

L'annonce de Nicola Sturgeon pris de court Londres

L'annonce de Nicola Sturgeon a pris de court le Royaume-Uni, intervenant au moment même où le Parlement s'apprête à donner son feu vert définitif au déclenchement du « Brexit ». Selon Mark Diffley, directeur Ecosse de l'institut Ipsos Mori, la très populaire Mme Sturgeon nourrit « l'espoir qu'en menant une campagne très différente de celle de 2014, alors qu'on se dirige vers un "Brexit" dur, elle réussira à convaincre suffisamment d'électeurs ».

LIRE LA SUITE SUR RFI
Lundi 13 Mars 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :