L'Agence nationale de sécurité ''fin prête" pour la création de 10.000 emplois (ministre)

L'Agence nationale de sécurité de proximité dont le projet est ''fin prêt'' ambitionne de créer dans l'immédiat quelque 10.000 emplois pour les jeunes à travers le pays, a réaffirmé le ministre de la Jeunesse, de l'Emploi et de la Promotion des valeurs civiques, Benoît Sambou, vendredi à Dakar, au sortir d’une réunion interministérielle consacrée à cette problématique.


L'Agence nationale de sécurité ''fin prête" pour la création de 10.000 emplois (ministre)
DAKARACTU.COM "Nous avons mesuré le degré d'évolution des différents programmes, notamment l'Agence de sécurité de proximité qui devrait permettre la création immédiate de 10.000 emplois et nous avons pu constater avec le ministre de l'Intérieur (le général Pathé Seck) l'état d'avancement de ce projet", a-t-il déclaré. 
 
Selon M. Sambou, "on peut dire (que le projet) est fin prêt et le ministre de l'Intérieur attend le Code final des autorités pour lancer ce projet extrêmement important". Il s'adressant à des journalistes, à la fin de cette réunion sur les programmes et projets de création d'emploi pour les jeunes, convoqué par le Premier ministre, Abdoul Mbaye.
 
L'Agence nationale de sécurité de proximité "devrait permettre à des jeunes dans toutes les localités du Sénégal de pouvoir participer à un acte volontaire de prise en charge de préoccupation de notre pays en matière de sécurité", a-t-il dit.
 
"Le ministre de l'Economie et des Finances (Amadou Kane) est revenu sur le dispositif (arrêté) pour identifier les différents lignes de financement qui existent dans les départements ministériels pour la mise en place immédiate d'une banque de projets (et) assurer aux jeunes des projets immédiatement réalisables avec des revenus substantiels et sécurisés", a indiqué Benoît Sambou.
 
"Pour le reste, (il s'agit de) voir comment aider certains projets comme les kiosques emplois à se mettre très vite en œuvre. Ce projet devrait permettre d'identifier les besoins en capacitation des jeunes et leur permettre d'avoir des modules en formation très court pour leur insertion immédiate", a encore déclaré le ministre de la Jeunesse, de l'Emploi et de la Promotion des valeurs civiques. 
 
Le Premier ministre "a fait une revue globale de tout le dispositif pour voir le niveau d'évolution des lignes de financement de la Banque africaine de développement(BAD), de la Banque islamique de développement (BID) sur lesquels nous sommes en train de travailler", a soutenu le ministre.
Il a précisé que le programme BID, destiné aux femmes, va bénéficier d'un financement de 20 milliards de francs CFA contre 18 pour celui de la BAD. 
 
"Pour le reste, c'est des projets qui sont en cours d'exécution dans différents département ministériels, mais déjà, autour de ces deux différentes lignes de crédits, il est possible de pouvoir atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés", a souligné Benoît Sambou. 
 
"Nous osons espérer que d'ici deux ou trois mois, ces différentes lignes de financement seront définitivement établies (...)'' pour que soit mis en branle "tous les projets et programmes qui ont été retenus", a-t-il indiqué.
 
"Notre préoccupation, au-delà des lignes de crédits pour les jeunes et les femmes, c'est de faire en sorte que chaque département ministériel puisse élaborer, dans le cadre de ses actions, certains nombres de projets et de programmes générateurs de revenus et donc d'emplois", a-t-il fait valoir.
 
Pour ce faire, a expliqué le ministre de la Jeunesse, de l'Emploi et de la Promotion des valeurs civiques, "il faut créer les conditions d'un environnement favorable à l'investissement et à la création d'emplois, parce qu'il y a ce que l'Etat doit faire, mais c'est surtout le secteur privé qui a vocation de créer des emplois".

APS




Vendredi 5 Juillet 2013
Notez


Dans la même rubrique :