Kidnapping au quartier Jung a Thiès: Une femme enceinte enlevée, ses ravisseurs réclament 200.000 FCFA

Au domicile de O. Mboup sis au quartier Jung à Thiès, c’est l’émoi et la consternation. Et pour cause, son épouse Kébé Samb a été enlevée et ses ravisseurs réclament une rançon de 200.000 Fcfa.


Kidnapping au quartier Jung a Thiès: Une femme enceinte enlevée, ses ravisseurs réclament  200.000 FCFA
Au domicile conjugal de la dame Kébé Samb au quartier Jung à Thiès non loin de la grande mosquée, il y avait hier une ambiance de deuil. Parents et amis ont afflué de partout pour s’enquérir de la situation particulièrement douloureuse. Selon Sadio Ndao, la dame Kébé Samb, enceinte de 5 mois, s’est réveillée tôt le matin, pour aller faire une échographie au cabinet de gynécologie de Dr Pape Amadou Ndiaye, situé près de la place Sousse. Mais, dit-il, elle n’est pas revenue et pendant que personne ne s’y attendait Kébé Samb a joint son mari au téléphone pour lui signifier qu’elle était entre les mains de ravisseurs. Ensuite, elle a expliqué en détail les circonstances de son enlèvement. D’après ses explications, elle a pris un taxi pour se rendre au cabinet médical, mais en cours de route, le chauffeur de taxi s’est garé à côté d’un véhicule 4X4 et elle a été contrainte à descendre du taxi, pour prendre place dans l’autre véhicule où se trouvaient un homme âgé, un garçon et une femme. Selon Sadio Ndao, Kébé Samb a été ensuite ligotée, les yeux bandés et le véhicule 4X4 est parti en trombe. C’est après, a-t-elle expliqué au téléphone, que ses ravisseurs lui ont demandé d’appeler son mari pour lui expliquer tout cela et lui demander de leur envoyer une rançon de 200.000 Fcfa, exigeant au passage que l’envoi soit libellé au nom de Kébé Samb avec l’indication de son propre numéro de téléphone.
Selon les parents de la femme, celle-ci a continué à répondre au téléphone, mais certainement sous la menace de ses ravisseurs, car elle ne cessait de verser de chaudes larmes, chaque fois qu’elle suppliait  ses parents d’envoyer rapidement l’argent. Soutenant qu’elle a été enlevée, elle informe que les malfaiteurs se sont d’abord emparés des 20.000 Fcfa qui se trouvaient dans sa pochette et de sa carte nationale d’identité. A un moment donné, elle a informé sa famille, certainement sous la dictée de ses ravisseurs, que le véhicule était en train de rouler à vive allure vers Kaolack. La police a été saisie et une enquête a été ouverte. En attendant, les langues se sont encore déliées pour dénoncer l’insécurité qui refait surface à Thiès.
  (L'AS)
Jeudi 10 Novembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :