Khady-Jatou Kane, Secrétaire générale de la Cofem : "Notre priorité, c’est reconquérir Dakar et réélire le Président Macky Sall"

Secrétaire générale de la Convergence des femmes ‘’mackystes’’ (Cofem), dont le lancement est prévu, dimanche prochain au Grand Théâtre, Khady-Jatou Kane n’y va pas par quatre chemins pour décliner leur ambition axée sur un diptyque : La reconquête de Dakar et la réélection en 2017 du Président Macky Sall, dès le premier tour.


Khady-Jatou Kane, Secrétaire générale de la Cofem : "Notre priorité, c’est reconquérir Dakar et réélire le Président Macky Sall"
"La Convergence des femmes ‘’mackystes’’ (Cofem) est née d’une volonté de quelques femmes, qui voulaient soutenir le Président sans aucun engagement partisan. En effet, nous avions constaté que chacune d’entre nous défendait le chef de l’Etat dans son coin. Alors, nous nous sommes dites pourquoi ne pas mettre sur pied une structure politique, loin de querelles de clochers qui ont cours dans le landerneau politique», a d’emblée indiqué la Secrétaire générale de la Cofem dans les colonnes de Libération.
Mieux, selon Khady-Jatou Kane, «l’autre particularité, c’est que la Cofem est composée de femmes actives, venant de différents secteurs d’activités, et qui ont un réel impact économique».
A la question de savoir si la Cofem est un mouvement affilié à l’Apr, notre interlocutrice répond : «Je tiens à préciser que nous ne sommes pas de l’Alliance pour la République (Apr). Et, le terme affilé me dérange même si nous avons le même objectif que les militants de l’Apr. En fait, notre structure est affiliée à tout mouvement ou organisation qui soutient l’action du Président de la République»
. Non sans indiquer que «(leur) principal objectif est la réélection du président de l’Apr, dès le premier tour, avec une majorité écrasante».
Auparavant, poursuit-elle, «la Cofem ambitionne de reconquérir Dakar et nous y travaillons ardemment en envahissant les quartiers pour expliquer aux populations les actions concrètes du Président de la Ré- publique, depuis son élection, le 25 mars 2012. 
Etayant son propos, Khady-Jatou Kane de rappeler : «Depuis trois ans, le chef de l’Etat ne cesse de poser des actes concrets, souvent inconnus, et visant à faire du Sénégal un pays émergent». Malheureusement, se désole-t-elle, «l’opinion publique est focalisée sur des futilités avec une pollution du débat politique». Alors que, pense-t-elle, «les politiques publiques ont beau être pertinentes mais, si elles ne sont pas appropriées par les populations, elles sont vouées à l’échec».
S’indignant de la bassesse du débat politique, Khady-Jatou Kane demeure convaincue que, «pour gouverner, le Président Macky Sall a besoin d’un environnement serein». «Et la Cofem invite ses membres à se focaliser sur l’essentiel», dit-elle. Non sans mettre en garde leurs futurs pourfendeurs : «Nous ne nous sommes pas réveillées, un beau jour, pour plonger dans le marigot politique. Mais, nous sommes conscientes que c’est à l’image de la vie, il faut s’attendre à recevoir des coups et en donner. En tout cas, la Cofem est née pour soutenir Macky Sall avec sa double casquette d’homme politique et d’institution». 
A la question de savoir où est-ce que la Cofem, qui organise son lancement officiel, dimanche prochain, au Grand Théâtre, tire ses moyens, Khady- Jatou Kane joue à la dérobade : «Je ne répondrais pas à cette question. Toutefois, je tiens à préciser que la conviction est le moteur de toutes actions. Quand on veut quelque chose, on se donne les moyens d’y parvenir». Par ailleurs, abordant le différend opposant la ville de Dakar au ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, elle pense que le Parti socialiste (Ps) fait preuve de déloyauté. «Il faut qu’Ousmane Tanor Dieng et ses camarades prennent leurs responsabilités en quittant la coalition Benno Bokk Yaakaar (Bby). Sur cette question, le Ps, représenté dans le Gouvernement et dans d’autres sphères étatiques, ne peut pas soutenir le maire de Dakar. Parce que, quand le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan prend une décision, c’est pour l’intérêt exclusif des Sénégalais. Car, gouverner, c’est aussi prendre de bonnes décisions, fussent-elles impopulaires». 
Vendredi 20 Mars 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016