Karine Le Marchand - Lilian Thuram violent : Elle dévoile les raisons de son silence !

Près de trois ans après sa séparation douloureuse d’avec Lilian Thuram, l’animatrice de L’amour est dans le pré est revenue sur cette relation. En effet, dans les colonnes de Libération, Karine Le Marchand a évoqué les raisons pour lesquelles elle s’est tue durant tant d’années.
Read more at http://www.non-stop-people.com/actu/tv/karine-le-marchand-lilian-thuram-violent-elle-devoile-les-raisons-de-son-silence-81275#Y1BSYposLAhXhkbS.99


Karine Le Marchand - Lilian Thuram violent : Elle dévoile les raisons de son silence !
Depuis leur séparation en 2013, le torchon brûle entre Karine Le Marchand et Lilian Thuram. Et pour cause, après huit ans d’amour, l’animatrice de L’amour est dans le pré et le footballeur avaient décidé de mettre fin à leur relation. Une rupture qui n’a pas été facile, la surmédiatisation de leur idylle jouant en ce sens. Alors qu’elle avait déposé une plainte contre son ex-compagnon, l’accusant de faits de violences conjugales, celle qui s’était insurgée de la disparition présumée de Guillaume Barbier, l’agriculteur gay, s’était vue trahie par le sportif.
En effet, sur le plateau du Grand Journal de Canal +Lilian Thuram avait confié que la plainte déposée puis retirée par Karine Le Marchand n’avait qu’un seul but : nuire à son image. Ainsi, face à Antoine de Caunes, l’ancien défenseur de l’équipe de France affirmait que celle qui animait les Maternelles avait réclamé une certaine somme d’argent "pour compensation", SMS à l'appui. Une information que Karine Le Marchand avait formellement démentie, se disant "profondément blessée" et "scandalisée" par ces propos.
"Ma seule réponse, c’est la justice"
De là, l’animatrice de M6 avait alors porté plainte pour diffamation. Aujourd’hui, bien que leur idylle semble loin derrière elle, Karine Le Marchand a confié que l’affaire était toujours entre les mains de la justice, son seul recours. Dans les colonnes de Libérationcelle qui évoquait sa relation difficile avec sa fille, Alya, 12 ans, en pleine crise d’adolescence, est revenue sur les raisons qui l’ont poussée à s’en remettre à la loi : "Peut-être parce que je n’ai pas eu de frère ni de père, que je ne peux pas casser la figure à un homme, ma seule réponse, c’est la justice", a-t-elle alors lâché, blâmant l’absence de figure paternelle dans sa vie.

Source: Non stop people
Mardi 9 Juin 2015




Dans la même rubrique :