Karim Wade vs Pape Albouy Ndao : Le procès renvoyé pour plaidoiries au 23 janvier prochain


Karim Wade vs Pape Albouy Ndao : Le procès renvoyé pour plaidoiries au 23 janvier prochain
 Lavé à grande eau par le juge d’instance dans cette affaire de faux usage de faux en écriture privé et tentative d’escroquerie qui l’oppose à Karim Wade, l’expert comptable Pape Alboury Ndao devra prendre son mal en patience avant d’en découdre dans cette seconde manche avec le plaignant et son pool d’avocats. En effet, à chaque fois que l’affaire est évoquée, ce sont les conseils de la partie civile qui sollicitent le renvoi. Hier, ils n’ont pas dérogé à la règle, en sollicitant une nouvelle fois le renvoi de cette affaire. En dépit de l’opposition de la défense, la Cour a finalement accédé à la demande des conseils du plaignant. Ainsi, le procès a été renvoyé au 23 janvier prochain pour plaidoiries. «Un renvoi ultime», précise le président de la Cour. Pour obtenir le renvoi, les avocats de la défense ont encore fait état de la comparution de leur client Karim Wade. Un argument très tôt battu en brèche par le juge qui rappelle les renvois lointains de cette affaire pour la   comparution du plaignant. Mieux, le président de la Cour estime que la comparution du fils de l’ancien président n’est pas nécessaire, étant donné qu’il est représenté par ses conseils. En plus de ce motif de renvoi, Me Amadou Sall est monté au créneau pour renchérir. «Si un seul avocat n’est pas disposé à plaider, cela suffit pour renvoyer le dossier», dit-il pour justifier l’absence de Me Ciré Clédor Ly qui devait plaider dans une autre chambre. De plus, ajoute-t-il, «ce sont les avocats de la défense dans leur ensemble qui sollicitent le renvoi», avant d’ajouter qu’il vient de se constituer dans cette procédure d’appel. Un chapelet de prétextes qui n’a pas prospéré devant Me El Hadj Diouf, conseil de l’expert comptable. A l’en croire, la partie civile n’a pas un bon dossier et craint pour le verdict de cette affaire. Dès lors, le renvoi acquis, les conseils du plaignant ont sollicité un délai de 30 à 45 jours pour, disent-ils, organiser leur défense avec leur client. Une demande qui fait sortir Me Ndéné Ndiaye de ses gongs. «Cette affaire a été enrôlée depuis le mois d’avril et on nous demande encore 45 jours ? Il faut qu’on retienne une date ultime pour plaider cette affaire», dit-il, avant de proposer la date du 2 janvier. Mais, c’est la date du 23 janvier qui sera retenue d’accord parti
 
Mardi 20 Décembre 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :