Karim Meïssa Wade, peu à peu, contraint à l’isolement (Par Sahnoun Ndiaye)


Karim Meïssa Wade, peu à peu, contraint à l’isolement (Par Sahnoun Ndiaye)
Pour justifier des mesures scélérates d’isolement progressif, Macky Sall et ses bourreaux ne trouvent rien de mieux que d’accuser le détenu politique Karim Wade qui, soit disant, tiendrait à sa solitude.
Au vu de l’aura national du fils de l’ancien président de la République qui a été rapporté en des termes élogieux et qui ont fort déplu au locataire du Palais de la République, des histoires à dormir debout ont été savamment distillées dans la presse pour soustraire Karim Wade de l’admiration dont il fait l’objet de la part de Sénégalaises et Sénégalais de tous les horizons. Le défi faisant place au regret, de plus en plus de gens se sont rués à la Prison centrale de Rebeuss pour, ne serait-ce que, serrer la main à ce jeune homme qui fait l’objet de tant d’acharnement injuste et injustifié de la part de l’actuel régime.
En effet, quand 500 visiteurs se bousculent devant la porte de la Maison d’arrêt tous les mercredis pour soutenir Wade fils, ce pouvoir frappé d’incapacité est vite dépassé.
Des motifs les plus saugrenus les uns que les autres sont avancés. Le plus risible est relatif à la sécurité du détenu Karim Wade. Une information sans source identifiée a affirmé que la vie de Karim Meïssa Wade était en danger du fait d’un nombre trop élevé de sympathisants qui vient le voir tous les mercredis. Ce défilé incessant de militants, adorateurs, sympathisants, admirateurs, parents proches et éloignés, de collaborateurs, voisins, personnes reconnaissantes de l’œuvre du père, de simples citoyens épris de liberté et de respect de la justice a de quoi faire flipper un pouvoir de plus en plus rejeté au bout seulement d’un an de règne.
Donc selon cette source inexistante, une personne peu recommandable pourrait se glisser dans la masse pour attenter à la vie de l’ancien ministre d’Etat « du ciel et de la terre » dit-on. Pour pousser le bouchon plus loin, on peut presque dire, pince sans rire, que Macky Sall et son régime, conscients de l’insécurité qui prévaut dans le pays, ont jugé utile de mettre au frais Wade le jeune pour le protéger. A mourir de rire, Macky Sall s’inquiète de la vie de Karim Wade !
Ce qui est dérangeant dans cette subite poussée sécuritaire, c’est qu’elle survienne après la publication de l’article de Wal Fadjri du 14 juin 2013 portant le titre « Reportage visite chez Karim Wade, Cheikh Diallo et les autres : une journée à Rebeuss avec Wade fils » relatant le climat aminé, pour ne pas dire festif, le jour de visite accordé à Karim Wade.
En effet, il a fallu la publication d’un article par un journal pour que le ministre de l’Intérieur soit renseigné sur le faible degré de sécurité au sein de la MAC de Rebeuss. C’est inquiétant non ! Donc après plus de deux mois de va-et-vient au sein de la plus grande prison du Sénégal, aucune information quant aux conditions desdites rencontres n’était parvenue aux oreilles des personnes chargées de la sécurité dans ce pays, jusqu’à ce qu’un journaliste n’écrive cet article. La sacro-sainte sécurité de notre pays est donc gérée par presse interposée.
Mais, il y a plus simple. C’est à partir de la publication de l’article de Wal Fadjri que les inquiétudes ont commencé à germer dans l’esprit de Macky Sall non pas pour la sécurité de Karim Wade mais à cause de sa popularité. Mis de façon explicite au parfum de ce fait contraire à ses attentes et pressé de toutes parts par les courtisans qui jugent cela scandaleux, il fallait sévir. D’où les mesures jugées rétrogrades par toute l’opinion et dignes d’un régime totalitaire visant à l’isolement physique d’un responsable pour le priver d’une base politique de plus en plus grandissante et déterminée.
Celles-ci ont commencé par les restrictions dans la délivrance des permis de visite. Des instructions ont été données pour ériger des obstacles de toutes natures afin de décourager les demandeurs. Au début, il suffisait de déposer une demande pour bénéficier du sésame. Ensuite, il fallait la présence physique. De six mois, la durée a été réduite à un mois puis à une visite. Les délais de délivrance se sont progressivement allongés. Parallèlement à ces limitations, le nombre de visiteurs a été arbitrairement réduit, passant de 100 à 50, puis depuis lundi 22 juillet 2013 à 25.
Toute cette mascarade venant de la haute hiérarchie est accompagnée d’une débauche de mensonges habilement répandus dans la presse. En effet, Karim Wade serait le seul coupable dans cette affaire. C’est lui qui a successivement réduit ses visites qui sont maintenant arrêtées à 25 personnes tous les lundis.
Ce qui est surprenant, c’est que les gens rencontrent Karim Wade depuis son arrestation arbitraire le 15 avril 2013 même s’ils ne sont plus que 25. A chaque fois, ils lui posent la même question : « Est-ce que c’est toi qui réduit le nombre de tes visites ». Invariablement, la réponse est la même : négative. Alors il serait bon que nous soyons fixés sur cette question une fois pour toutes. La solution, déléguer une personne hors de tout soupçon ou un groupe pour recueillir une réponse auprès de l’intéressé ainsi donc voir où se trouve la vérité et clore la suspicion définitivement. Ce groupe pourrait être composé d’un homme de loi, un parlementaire, un journaliste, un membre de la société civile, etc.
Il y a encore plus radical pour se convaincre de ce tissu de contrevérités. Il a été dit par la source imaginaire (une information donnée par une source inexistante est par définition non fiable, c’est la différence entre l’information et la rumeur) que les visiteurs était transportés par cars pour se rendre à la Prison centrale. Non seulement c’est de bonne guerre puisque nous sommes en politique mais la loi n’interdit pas de transporter des individus non nécessairement pourvus de moyens par les temps qui courent pour aller rendre visite à une célébrité. Même en cas de décès, des proches sont transportés jusqu’au cimetière pour accompagner un défunt jusqu’à sa dernière demeure. C’est aussi du racolage, dira t-on !
La volonté dictatoriale se manifeste graduellement. Après l’interdiction de la marche, liberté consignée dans notre Constitution, il reste maintenant à priver les citoyens de la liberté de mouvement. Les hommes ne se déplaçant plus, sans droit de critique accouplé à l’argent qui ne circule plus, où va le Sénégal ?
Pour apporter la preuve qu’il ne s’agit que de manipulations gauches, il faut se rendre devant la porte de la Prison centrale tous les lundis.
Actuellement, pour voir brièvement le détenu politique Karim Wade (la visite est volontairement limitée à une minute pour donner l’occasion à tous de jouir de cette occasion), les gens passent la nuit devant la prison. Les dames M. D. et F. N. en sont les preuves palpables. La première a été surprise par la pluie, la seconde a eu l’idée de dormir à côté pour attendre l’heure fatidique. Les autres qui sont arrivés entre 3 h et 5 h du matin ont eu plus de chance. A sept heures du matin, la liste était déjà à plus de cent inscrits.
La source fantôme qui accuse les membres du PDS de tromperie sur sa popularité à l’endroit de Karim Wade doit être dans ses petites babouches. Que va t-elle inventer cette fois ?
Et dire que les visiteurs de ce lundi 22 juillet 2013 ont failli en venir aux mains pour faire partie des 50 élus. Toutes les propositions ont été faites. Certains ont laissé leur place aux plus anciens ou à ceux qui n’ont pas encore vu Karim Wade, d’autres ont voulu lire la liste et rayer les absents. Ce qui a engendré des discussions houleuses.
Les plus perspicaces ont noté à juste titre que Karim Wade a fait mieux que son père : une nuit entière à veiller devant la prison sous la pluie pour le rencontrer.
D’autres ont souligné aussi que Macky Sall a fait reculer notre République, il a fait moins que Abdou Diouf qui n’avait pas privé Wade père de son droit de visite.
Il faut accepter l’évidence, c’est plus reposant. Car jusqu’à la fin des temps, le soleil se lèvera à l’Est et se couchera à l’Ouest.
Sahnoun Ndiaye




Lundi 22 Juillet 2013
Notez


1.Posté par dou le 23/07/2013 02:59
Voila pkoi tu es ignorant mon cher defenseur du diable... un jour viendra le soleil ne se levera pas a l'est mais a l'ouest. et ce jour on dira que la fin du monde est proche. si vs perdez la dignité au point de venerer un homme ki vous a tant meprisé et traité com des esclaves pdt des annees c que vs etes en realité un pauvre sujet qui refuse de s'affranchir. Continuer a defendre ce sale fils de pute ki se croit plus intelligent que les senegalais c vendre votre ame au diable sale miserable. vs etes lache et vs etes un ennemi du peuple qui s'est sacrifié pour retrouver sa dignité. vs etes aveuglé pauvre etre. le soleil se leve encore a l' est profitez en au lieu de defendre un voleur et sa famille de merde qui vs pietinent. salam !

2.Posté par momo le 23/07/2013 04:26
cet homme ne fait l admiration de personne. c est un voleur qui doit rester en prison. et vous sahnoun ndiaye vous en etes un autre. pourquoi mentez vous sur ces sites web...combien vous a t on paye? son pere lui meme a vole et spolie.....

3.Posté par Adou le 23/07/2013 08:42
N'oublier pas que les visiteurs de karim le prince déchu sont tous des CURIEUX (ils ne sont la que pour voir le singe dans sa cage)
Ahhh !!! les senegalais soyez intelligents les vrais sympathisants de karim ne sont pas nombreux sinon je peux dire qu' ils n'en a pas.
le PDS cherchent déja a le noyer dans sa cage.

4.Posté par water le 24/07/2013 12:19
REGARDEZ CES SÉNÉGALAIS MÉPRISANTS QUI CHACUN A SON NIVEAU FAIT PIRE QUE TOUS LES GRADES DE LA POLICE !!! VOUS ETES DES IGNORANTS ET AIMEZ LES FAITS DIVERS ET GROS TITRES AU DÉTRIMENT DE LA VÉRITÉ. SI KARIM A VOLE, IL FAUT PROUVER QUOI, COMBIEN ET A QUI. AU FAIT LES 694 MILLARDS SONT DEVENUS 394 MILLIARDS JUSQU'A NOUVEL ORDRE. RIRES EN PLUS DANSOKHO DISAIT A QUI VEUT L'ENTENDRE QUE C'ETAIT 4000 MILLIARDS ET DIAZ SAIT OU ILS SONT !!!
LES FILS DE PUTE!!! Mdr



Dans la même rubrique :