KHALIFA SALL : « Nous avons une dette de 3 milliards à Abass Ndao…Nous ne pouvons pas la résorber! »


Le maire de Dakar vient de mettre à la disposition de l’hôpital Abass Ndao et des 14 centres de sa collectivité un oxygénateur de 450 millions de francs. Un investissement qu’il inscrit dans sa politique  de revigoration de la structure sanitaire de l’avenue Cheikh Anta Diop qu’il identifie à la capitale Sénégalaise. « Cet hôpital, c’est Dakar! Il incarne Dakar. Nous travaillons en sorte qu’il puisse être de qualité, que les Dakaroises et les Dakarois qui y viennent puissent s’y retrouver. C’est la raison pour laquelle depuis 2009, nous ne cessons chaque jour, chaque année, de poser des actes pour que le plateau technique soit relevé, que le milieu soit assaini, que le cadre de travail soit amélioré, que les conditions de travail soient améliorées et que le personnel puisse se retrouver dans les meilleures dispositions pour être efficace ».  
L’oxygénateur doit viser, fait-il savoir,  à soulager Abass Ndao et les 14 centres de santé, compte tenu du fait que «  l’oxygène coûte cher et handicapait beaucoup leur fonctionnement». Le maire de Dakar d’assurer avoir payé  le  meilleur appareil de ce genre pour juguler toutes les difficultés. Toutefois, tout n’a pas été facile avec le prestataire. « Le dossier d’appel d’offres avait prévu que la centrale puisse approvisionner et Abass Ndao et les 14 centres. Le prestataire nous dit si cela est le cas , cela peut diminuer la durée d’amortissement . C'est-à-dire  que le matériel, au lieu de durer 10 ans ou 15 ans , durerait 7 ou 5 ans. Ce qui est pour nous inacceptable. Quand nous faisions l’appel et que nous mettions l’argent c’est pour être sûr que d’ici 10 ans, Abass Ndao et les 14 centres de Dakar n’achèteront plus d’oxygène », a-t-il notamment dit à ce propos.
Il assure, par ailleurs,  avoir consenti d’autres dépenses. « Nous avons mis aussi 150 millions d’équipement et nous avons rénové la clinique d’odontologie avec 6 chaises pour accroitre l’offre ». Khalifa Sall d’annoncer la création d’un réseau interne à Abass Ndao afin que toutes les cliniques puissent être raccordées à l’oxygène. Il remerciera  le ministre Eva Marie Coll Seck pour le soutien apporté.

ABASS NADO, UN HÔPITAL ENDETTÉ ?

Khalifa Sall a aussi abordé la situation financière de l’hôpital. Pour lui, la situation laissée sur place depuis 2009 n’est point encore dépassée à cause de l’ampleur des dettes. « Abass Ndao est un hôpital qui est tout le temps en grève. Nous devons beaucoup d’argent au personnel. Il y a eu beaucoup de dettes que nous avons trouvées ici en 2009. Nous avons arrêté de chercher à le résorber parce que nous ne pouvons pas le faire. C’est 3 milliards de dettes. Nous nous ne pouvons pas payer 3 milliards ». Il invite, toute de même, à une collaboration. «  Nous avons dit aux employés d’Abass Ndao que nous devons être lucides. Ils auraient dû produire de quoi payer et eux ils ne produisent pas. Ou ils renoncent à la dette ou ils renoncent à une partie de la dette ».  Khalifa Sall de confier que cette mauvaise santé financière bloque beaucoup son fonctionnement. « Aujourd’hui, nous ne pouvons pas recruter. Nous avons des problèmes pour acheter du matériel. Puisque c’est leur outil et puisque c’est leur argent, on ne peut que dialoguer. Abass Ndao n’a même pas de capacité d’investissement ». Il présidait une cérémonie de remise de don... 
Jeudi 27 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :