KASPERCZAK, GIRESSE, LE ROY, DUSSUYER ET NEVEU, CES ‘’SORCIERS BLANCS’’ ENVOÛTÉS PAR LE CONTINENT


KASPERCZAK, GIRESSE, LE ROY, DUSSUYER ET NEVEU, CES ‘’SORCIERS BLANCS’’ ENVOÛTÉS PAR LE CONTINENT
A l’image du technicien franco-polonais Henri Kasperczak qui vient de retrouver le banc de la Tunisie qu’il avait déjà conduite en finale de la CAN 1996, nombreux sont les techniciens français, voire européens, dont les terrains d’expression se sont réduits à l’Afrique depuis quelques années.
A la place du Belge Georges Leekens remercié, malgré une place de quart de finaliste de la CAN 2015, la Fédération tunisienne de football a préféré rappeler une vieille connaissance qui était pourtant sur la short-list de la Fédération ivoirienne de football (FIF).

Agé de 68 ans, l’ancien milieu de terrain de la Pologne, va revenir pour trois ans sur le banc de la Tunisie qu’il a conduite en finale de la CAN 1996, en Afriqaue du Sud.

Le technicien franco-polonais a entraîné en France au début de sa carrière de 1979 à 1993. Mais il a connu ses hauts faits d’armes en Afrique sur le
banc des Eléphants de la Côte d’Ivoire, des Aigles du Mali et de Carthage.

Mais aussi, il a marqué négativement le banc des Lions du Sénégal qu’il avait abandonné en pleine CAN 2008, au Ghana.
Mais plus que Kasperczak, qui a gagné la Coupe de France et trois fois le titre de champion de Pologne en tant qu’entraîneur, c’est Claude Le Roy qui a le plus marqué le continent africain.

Et d’ailleurs, c’est en tant qu’entraîneur du Cameroun qu’il a été affublé du titre de ‘’Sorcier blanc’’, terme qui est définitivement entré dans le vocabulaire du football africain.

D’un an le cadet de Kasperczak, Le Roy a connu la gloire en Afrique en gagnant le titre de champion d’Afrique 1988 avec les Lions Indomptables.

Plus de 30 ans après, il exerce encore sur le continent. A la CAN 2015, il a réussi un parcours respectable avec les Diables Rouges du Congo qu’il a
hissés en quart de finale.

De son parcours d’entraîneur en France, on ne connaît pas beaucoup de choses concernant Le Roy a roulé sa bosse un peu partout sur le continent.

Après le Cameroun, il a dirigé sans grande réussite les sélections du Sénégal, du Ghana, de la RD Congo (deux fois).

Le Roy est désormais lié à l’Afrique par des liens de sang. Sa fille est mariée à un des dirigeants du mouvement ‘’Y en a marre’’, Fadel Barro. On voit bien le Sorcier Blanc prendre sa retraite définitivement sur le continent noir.

Ancien membre du carré magique de la France, Alain Giresse a coaché les sélections du Gabon, du Sénégal et du Mali à deux reprises. Il est depuis plus d’une dizaine d’années un habitué des stades africains.

S’il a eu à diriger Toulouse et le PSG (Paris-Saint-Germain) en France, le technicien Giresse tarde à atteindre le niveau de l’ancien milieu de terrain de Bordeaux et de l’OM, demi finaliste des Coupes du monde 1982 et en 1986 avec les Bleus.

Moins connus que les trois autres, Michel Dussuyer et Patrick Neveu ont la particularité d’avoir postulé tous les deux pour devenir sélectionneur de la Côte d’Ivoire en remplacement d’Hervé Renard, nouvel entraîneur de Lille. Renard a en effet été sacré champion d’Afrique en février 2015, avec les Elépants.

Pour sa part, Dussuyer a conduit le Syli national de Guinée en quart de finale de la dernière CAN. Il est encore dans le viseur des dirigeants ivoiriens, au contraire de l’ancien sélectionneur de la Mauritanie.

Dussuyer n’a entraîné que le Bénin (2008-2010) et la Guinée (2002-2004 puis 2010-2015). Agé de 56 ans,il a la particularité d’être le sélectionneur qui a le plus duré sur un banc en Afrique.

En dirigeant le Syli de 2010 à 2015, il a eu le temps de marquer toute une génération de footballeurs guinéens, même s’il n’a pas réussi à inscrire un trophée ou une participation à une coupe du monde à son palmarès.


En course avec Frédéric Antonetti sur le banc des Eléphants laissé vacant par Hervé Renard parti à Lille, dans son pays d’origine où il tarde à avoir une place pode son côté, Parice Neuveu a connu un parcours moins clinquant. Sa dernière apparition sur un banc de touche remonte à 2014 avec la Mauritanie. Il fait partie de ces techniciens français qui n’ont que le continent comme terrain d’expression.

Il est vrai qu’il a entraîné des clubs en Chine. Mais il a connu ses heures de gloire sur le continent sur les bancs des sélections du Niger (1999), de la RD Congo (2008-2010), de la Guinée (2004-2006) et de la Mauritanie (2010-2014).


Neveu, qui a entraîné en club en Egypte, restera à jamais dans les annales du football mauritanien pour avoir été le technicien qui a qualifié la Mauritanie à cette phase finale du CHAN en éliminant le voisin le Sénégal (0-1 et 2-0).
Source: APS

 
Mardi 14 Juillet 2015




Dans la même rubrique :