Jean Félix Paganon, Ambassadeur de la France au Sénégal : "La France s'efforce à trouver des investisseurs privés pour le Sénégal (...) Je condamne les propos de Wade (...) Un non-lieu pour Karim Wade serait étonnant "


Jean Félix Paganon, Ambassadeur de la France au Sénégal : "La France s'efforce à trouver des investisseurs privés pour le Sénégal (...) Je condamne les propos de Wade (...) Un non-lieu pour Karim Wade serait étonnant "
Invité dans l'émission "Grand Jury" sur la RFM, l'Ambassadeur de la France au Sénégal, Jean Félix Paganon est revenu sur plusieurs sujets de l'actualité mondiale. Il a commencé par parler des relations entre les présidents Macky Sall et François Hollande qu'il qualifie de relations amicales, respectueuses et profondes. Dans la mesure où elles sont fondées par les sentiments et l'ancienneté de la France au Sénégal.
Ensuite, il est revenu sur l'actualité dernièrement marquée par le journal satirique "Charlie Hebdo" avec des manifestations conduisant à brûler le drapeau français.
Selon Jean Félix Paganon : les manifestations sont un phénomène circonstanciel. D'abord ces manifestations n'ont pas eu lieu qu'au Sénégal, il y en a eu presque dans tous les pays musulmans. Certaines des caricatures de "Charlie Hebdo" ont choqué la sensibilité des musulmans, donc ce n'est pas quelque chose qui est propre au Sénégal. Je ne vois pas développer un sentiment de haine envers les français. Nous nous connaissons depuis longtemps, alors on cohabite ensemble".
Parlant de la part de la France à la conférence des bailleurs promis par le chef de l'Etat Macky Sall et qui aura lieu le mois de mai prochain en Casamance, l'Ambassadeur déclare : la France est présente en Casamance. Je dirai même que c'est un des axes de notre coopération avec le Sénégal. Cette coopération s'inscrit dans un document conjoint signé en octobre 2013. La Casamance fait partie des zones prioritaires dans la coopération avec le Sénégal et il est prévu des investissements dans pas longtemps. Pour les messages de prudence, c'est le gouvernement français qui décide mais pour le Sénégal, il n y a aucune restriction pour un voyage d'affaires ou touristique. Nous ne sommes pas engagés dans la médiation en Casamance, car nous ne sommes pas sollicités pour apporter notre aide. La France n'a reçu aucune demande de participation à la médiation, donc nous n'allons pas nous immiscer dans cette affaire. Nous encourageons cette démarche de médiation, mais nous n'allons pas interférer tant que nous serons pas sollicités".
Sur le Plan Sénégal Emergent, Paganon déclare : "Je crois que c'est une action très importante initiée par le président Macky Sall. Le PSE est une vision globale de toutes les couches. La France s'efforce à mobiliser des investisseurs privés en faveur du PSE. Nous donnons des tuyaux qui touchent des domaines importants tels que l'agriculture avec des investisseurs français dans la vallée du Sénégal. Mais aussi le tourisme avec l'appel des opérateurs touristiques français au Sénégal. Nous allons tout faire pour que le Sénégal soit dans le radar des opérateurs touristiques français".
Sur les réformes au plan énergétique, Paganon souligne que concernant l'électricité au Sénégal, il y a le coût de son utilisation qui pose problème. L'utilisation de l'électricité au Sénégal est relativement à l'échelle mondiale, très élevée. Cela a un impact doublement négatif. Elle est cher pour les utilisateurs, mais aussi pour les producteurs. 
Sur l'affaire DP world et la situation des entreprises françaises, l'ambassadeur croit que les entreprises françaises au Sénégal se portent bien elles sont connues et font tout pour la bonne marche des affaires. Bolloré est revenu et Nécotrans est là aussi. Les terminaux à conteneur sont en bonne marche et il y a des opportunités dans le domaine portuaire que nous avons saisis. 
Pour parler des critiques de la signature des APE, Paganon pense que "l'Union Européenne n'est pas une prédatrice. C'est une institution qui cherche a développer des coopérations équilibrées avec ses partenaires. Les APE sont équilibrés même s'ils concernent les barrières tarifaires. Ce sont des accords bénéfiques de part et d'autre tant pour l'Europe que l'Afrique. Le fait principal des APE c'est ouvrir le marché européen au produits africains. Il faut arrêter de dire que ça va tuerl'industrie africaine, au contraire c'est une opportunité". 
Les reproches sur l'absence de gros investissements de la part des pays européens, comme le fait la Chine, Paganon pense que c'est un prêt que la Chine a fait au Sénégal pour l'autoroute Ila Touba. Pour le diplomate, le type de coopération de la Chine est différent de celui de la France. 
Sur la concurrence des entreprises françaises au Sénégal, l'Ambassadeur pense que la concurrence existe partout. Les entreprises travaillent avec des entreprises avec qui elles ont plus de complicité. 
Sur le plan politique avec la dernière sortie d'Abdoulaye Wade, Paganon dit sa tristesse car  "ces propos ne correspondent pas à l'image qu'on se fait de la vie politique au Sénégal, mais aussi de la démocratie sénégalaise. Je condamne cela parce qu'on ne peut pas porter de telles accusations sur même un simple citoyen, à plus forte raison que cela soit un chef de l'Etat. Cela ramène le débat politique au niveau zéro. La réaction du président Macky Sall de ne pas le poursuivre est une réaction de sagesse. Pire ce qui est plus grave est l'appel à l'insurrection qu'il a fait ou l'appel aux forces armées mais aussi l'appel à la désobéissance de la police. On juge que c'est très grave, mais le gouvernement français ne peut pas s'impliquer dans ce genre de déclaration. C'est une affaire qui concerne avant tout les sénégalais alors une déclaration de la République française n'a pas lieu d'être, car ne pouvant rien régler". 
Sur l'appel de Youssou Ndour à la communauté internationale pour raisonner Wade, Paganon se veut clair  : "Je pense que sur ces affaires intérieures, il n'est pas raisonnable de souhaiter des interventions extérieures. C'est une affaire qui concerne les sénégalais ou le débat politique sénégalais, je ne pense pas qu'il soit indispensable qu'il y ait des commentaires venant des pays de l'extérieur. Pourquoi non plus demander aux pays de la CEDEAO ou à l'Union Africaine, au lieu de demander à la France ou aux USA. C'est un débat entre sénégalais tant que ça ne touche pas la légalité, il doit se régler entre sénégalais".
Pour le courrier de Me Wade, Paganon révèle l'avoir lu dans la presse avant de le recevoir une semaine après et pour lui, c'est une drôle de façon de saisir les autorités d'un pays et c'est pourquoi ils n'ont pas répondu. 
Sur le cas Karim Wade avec toutes les déclarations virulentes, l'Ambassadeur croit qu'ils ne mettront pas le pays à feu et à sang, quel que soit le verdict.
Pour la nationalité française de Karim Wade, Paganon déclare : " la politique du Sénégal sur les binationaux est claire. Quand on a la double nationalité, on ne bénéficie pas de protection consulaire. Alors, il est considéré comme un sénégalais et rien d'autre. La coopération judiciaire s'est bien passée. La France n'a pas classé le dossier, contrairement à ce qu'on dit. Il y avait une entente judiciaire qui a cessé le moment où l'instruction est arrêtée au Sénégal et le dossier transmis au parquet. On ne peut pas continuer à enquêter en France alors que l'instruction est close au Sénégal. La coopération judiciaire a été respectée selon la loi. Un non-lieu pour Karim Wade serait étonnant, mais ce n'est pas un souhait. 



 
Dimanche 8 Mars 2015
Dakaractu




1.Posté par lu le 08/03/2015 21:10
mêle l’ambassadeur de France ? Le procès Karim Wade est une affaire Sénégalo Sénégalaise
Xibaaru

Un ambassadeur, ça se tait ou ça retourne dans son pays. Et cela l’ambassadeur de France au Sénégal, Jean-Félix Paganon le sait mieux quiconque, lui qui est un diplomate chevronné et aguerri.
Selon nos confrères de « Picc-mi », l’ambassadeur de France au Sénégal, Son Excellence Jean-Félix Paganon s’est prononcé sur l’affaire Karim Wade. Interrogé sur une éventuelle condamnation de Karim Wade le 23 mars prochain, l’ambassadeur de France au Sénégal affirme que «c’est un non-lieu qui serait une surprise». Celui-ci de préciser qu’«il ne s’agit point d’un souhait, mais…».
Quelle ingérence dans les affaires intérieures d’un pays souverain ! De quoi se mêle-t-il ? Comme si nous étions en pleine colonisation…Pourquoi le non-lieu serait une surprise ? Parce qu’il a déjà, lui aussi, comme la CREI, condamné Karim Wade.
L’Ambassadeur devrait plutôt se prononcer sur l’inversion de la charge des preuves et l’impossibilité de faire appel au verdict de la CREI. Ces pratiques n’existent pas dans le code pénal français. Et une juridiction spéciale comme la CREI n’existe pas en France.
Et si l’ambassadeur était accusé d’être le propriétaire de la Tour Eiffel et que c’était à lui d’apporter les preuves de son innocence ?
L’Ambassadeur gère les affaires françaises au Sénégal et non les affaires sénégalaises. Il doit gérer les intérêts des groupes français comme Bolloré, Orange et la SDE…Et sa position sur l’affaire Karim Wade ne surprend guère car plusieurs sociétés françaises ont été dégagées par Karim Wade lorsqu’il était aux affaires…
Et si l’ambassadeur du Sénégal en France avait pris position dans l’affaire du « financement » de la campagne de Nicolas Sarkozy par Kadhafi ? Jamais un diplomate sénégalais ne s’ingérerait dans les affaires internes de la France. Alors pourquoi le fait-il au Sénégal ?
Penda Sow pour xibaaru.com

2.Posté par Xolal le 09/03/2015 02:30
Ma Chére Penda tu semble oublier que Maitre Wade lui même a écrit une missive à Obama et à Hollande pour leur demander d'intervenir sur ce dossier. Cette lettre a été publiée dans la presse et on y lit Me Wade faisant référence à des arguments mystiques pour justifier l'incarcération de son fils. Que l'Ambassadeur de France réponde à cette demande par voie de presse et donne son opinion sur le procés il faudrait peut être aussi accepter cette ingérence. C'est Wade qui a sollicité cette ingérence

3.Posté par Niit le 09/03/2015 03:08
VOUS ÉCRIVEZ AUX FRANÇAIS et voici votre réponse. Bande de pauvres types. Voleurs.

4.Posté par Peacedjolof le 09/03/2015 06:57
Il se permet de lë faire parce que Karim est français
Il est dans son droit de suivre les ressortissants français

5.Posté par pro le 09/03/2015 09:23
Va crever en enfer paganon, et cesse de te meler de ce qui ne te regarde point, quand on dit francais on fait allusion a un surplus d'interet, des suceur de sang, espece de satan.

6.Posté par pro le 09/03/2015 09:39
La france s'est engagé a nous coloniser autrement, maintenant la question qui se pose est quand est ce que l'afrique gagnera sa souveraineté totale, et a vrai dire nos chefs d'état (marionnettes)sont des chefs fantoches qui travaillent pour le compte de la france au détriment de leur peuple. La justice senegalaise ne regarde point paganon qui aussi régle le compte de la france car son pere (wade) les avait tous faire déguerpir de l'atmosphère senegalaise. Une chose est sûre et certaine jamais vous n'entendrez un dirigeant africain lançait son grain de sel dans gestion européenne en somme, il n'ose même pas, donc que cet ambassadeur se tait et les intérêts de sa france natale

7.Posté par LATE DIOR le 09/03/2015 09:48
L’ambassadeur de France n’oserait jamais tenir ce genre de propos dans de grands pays comme l’Algérie, le royaume du Maroc ou le Rwanda du grand et fier Paul Kagamé. Concernant le Rwanda Paul Kagamé n’a pas eu peur de couper le cordon ombilical avec l’ancien colonisateur. Et de prendre le risque d’être libre. Des pays comme la France et la Belgique prennent beaucoup de précautions avec Kagamé. Si Habré avait choisi le Rwanda comme pays d’accueil, il serait libre et la Belgique n’oserait même pas dire un mot contrairement au Sénégal qui s’est empressé d’obéir aux ordres de juger Habré. Le Rwanda et l’Ethiopie sont en train d’avancer à grands pas dans les domaines économiques et techniques. Ce sont des pays foncièrement souverains. Comme quoi si on préfère par manque de courage soumettre son sort à un pays tiers on te le fera payer au prix fort. C’est à dire le prix de ta dignité. C’est le choix fait par le Sénégal. En diplomatie il n’y a pas d’ami généreux il n’y a que des intérêts bien compris. Ne pas le savoir c’est fragiliser son peuple

8.Posté par Leralrek le 09/03/2015 09:51
Vous avez demandé que la France et les Etats Unis interviennent pour la libération de Karim Wade. Vous avez écrit une lettre que vous avez vous même rendu public. Il ne faut donc pas vous offusquer que le représentant le plus autorisé de la France au Sénégal vous réponde et directement par voie de presse pour que nul n'en ignore. On ne peut pas vouloir le beurre, l'agent du beurre et même la femme du fermier. Si Mr l'Ambassadeur avait développé une position contraire (demander la libération de Karim) quel aurait été votre position?

9.Posté par dede le 09/03/2015 10:33
soit le lecteur au dessus ne sait pas lire soit il prend ses pensees pour des réalités
rien de ce qu il dit ne correspond à ce qui est écrit.....é

10.Posté par biabahp le 09/03/2015 11:23
C'est wade l'esclave qui sollicide son maitre et relance la colonisation alors que le Senegal est un pays de droit. Jai failli avoir honte être sénegalais de voir wade demander la solicitation de la France comme quoi wade est ébola

11.Posté par biabahp le 09/03/2015 13:10
Abdoulaye wade ne peut trouver en ce monde de plus redoudable ennemi que lui même pour wade la politique c'est la volonté d'accéder au pouvoir et de s'y maintenir par la contrainte ou l'illusion exercée sur les esprits.

12.Posté par Mamadou le 09/03/2015 18:13
Ne confondez les choses,l'ambassadeur de la France ne s'est prononcé sur l'affaire de Karim Wade c'est Abdoulaye qui l'avait envoyé une lettre pour dire du mal sur le fonctionnement de la CREI.



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016