JOURNÉES CULTURELLES CHEIKH MOUHAMADOU LAMINE BARA MBACKE : Un membre du comité de pilotage s’insurge contre des malotrus


JOURNÉES CULTURELLES CHEIKH MOUHAMADOU LAMINE BARA MBACKE : Un membre du comité de pilotage s’insurge contre des malotrus
Par Serigne Moustapha MBACKE Khadim Awa BA
Etrange. Le mot n’est pas de trop. Car, après la cérémonie religieuse dédiée à Cheikh Mouhamadou Lamine Bara Mbacké, qui s’est tenue au Cices, le samedi 30 avril, des réactions continuent d’affluer. Nous vous proposons de citer deux jeunes Mbacké Mbacké : Serigne Assane et Khassim. D’ailleurs, comme le reconnait le langage populaire : ils veulent faire le buzz. Et rien d’autre.
Au lieu de s’approprier de la leçon majestueuse du coordonnateur national des journées culturelles Serigne Bassirou Mbacké Khadim Awa Ba, qui, il faut le reconnaitre, a tenu un discours dépouillé de toute maladresse, Assane & Khassim ont préféré faire dans l’invective à la bouche pour le « charger». Leur entreprise sera toujours vaine. Croyez-moi !   
En réalité, au Sénégal, les moins informés savent que les fondamentaux qui régissent le Mouridisme, fondé par Cheikh Ahmadou Bamba sont entre autres le respect strict de son prochain, à plus forte raison, l’aîné. Mieux, le disciple doit déférence et obéissance à l’autorité suprême.
Toutefois, on se souvient, lorsque le guide religieux, l’auguste Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké avait prononcé une fatwa aux descendants de Cheikh Bamba d’arrêter de faire de la politique et d’aller cultiver la terre, Serigne Assane, soutenu par des forces occultes décida de créer une entité informelle pour soutenir Karim Meïssa Wade. Donc, si ce dernier revient à la charge pour discréditer les propos de Cheikh Bass Khadim Awa Ba, cela ne devrait guère être un phénomène ; car, il n’y a pas de fumée sans feu.
Reconnaissons ! Le discours qu’a tenu Serigne Bass, le jour de la cérémonie de clôture n’a rien de compromettant. Le guide religieux n’a fait que rappeler, en commençant par sa propre personne, les missions qui incombent à un guide religieux, tel que préconisé par Serigne Touba. Maintenant, si des personnes se sentent visées par les propos de Cheikh Bass, c’est que ces individus doivent revoir leurs copies et surtout méditer sur leurs sorts.
Le coordonateur national des journées culturelles n’indexait personne, le 30 avril, lorsqu’il faisait son discours ; il a juste voulu sensibiliser les jeunes Mbacké-Mbacké et rappeler aux fidèles talibés, tout entier, le pourquoi de ces journées. Les moyens financiers investis dans ces rencontres annuelles proviennent de nos propres ressources et nous les mettons au service de Serigne Touba et à l’ensemble de ses talibés.
Pour leur part, l’on se demande : qu’est ce que ces deux individus ont fait ou réalisé à leur actif pour préserver le legs de Mame Bamba ou celui de ses descendants. C’est dans ce registre qu’il faut placer la démarche de Cheikh Bass Khadim Awa Ba, qui, à tour de rôle, dédie les journées culturelles à un fils et descendant de Khadimou Rassoul. Cela, comme le veut notre tradition, incite au retour des valeurs islamiques. Un vrai viatique. Donc, nous les invitons à suivre les pas de son grand-frère, qui se bat nuit et jour pour préserver l’héritage Mouride. Toujours, pour ces deux malotrus, hormis invectiver ou tirer même sur les institutions qui garantissent notre stabilité, ils ne s’illustrent que dans des moments sinistres. Ces excités doivent arrêter de ternir l’image de Serigne Touba.
Pour rappel, Assane Mbacké est coutumier des faits, puisqu’il a critiqué ouvertement Serigne Bassirou Abdou Khadre Mbacké, porte-parole du Khalife Général des Mourides lors du dernier Magal de Touba. Serigne Assane, ce qu’il veut, museler certaines voies qui ne lui facilitent pas son entreprise machiavélique de destruction dont lui seul a le secret. Il est temps qu’il se ressaisisse ! Basta !!!
Samedi 14 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :