JE NE CHANGERAI PAS MON POINT DE VUE. LE 08/12/1944 AU CAMP DE THIAROYE, PERSISTE A DEMEURER DANS NOTRE MEMOIRE COLLECTIVE.


Le THIAROYE 44 est un drame causé aux peuples africains noirs par la puissance française qui agissait de façon déshonorable en massacrant  des soldats africains mandatés pour défendre l’intégrité du peuple français qui leur devait leurs pécules. Par contre, nos pères soldats étaient des plus dignes,  des plus aptes physiquement, moralement pour libérer la France, Cette chose faite, ils ont vécus des moments horribles et sombres  pure que l’extermination du peuple  juif par les nazis.
Dans l’armée le caractère loyal, à tenir ses engagements, à respecter les lois, les règlements et les conventions qu’on a librement acceptées, à obéir aux règles de l’honneur, de la Droiture, de l’honnêteté et de la probité. La franchise fait partie aussi de l’honneur militaire à la loyauté, le dévouement et le sacrifice.
L’Armée est l’ensemble des moyens de défense d’une Nation. Elle comporte des moyens physiques (personnel militaires) et des moyens logistiques (matériels, armement). La centralité de l’Armée à l’échelle de l’histoire n’est pas un concept organisationnel récent. Ainsi, la société royale ancienne s’était dotée de structures centralisées depuis fort longtemps.
Ces structures royales ont été conservées et perpétuées jusqu’en 1960 ; sa vitalité reposait sur un pouvoir temporel légitimé par le culte de l’obéissance et de la soumission totale. L’Armée dans ses valeurs demande jusqu’au sacrifice suprême de ses membres au nom des principes du patriotisme pour défendre les intérêts vitaux de la nation et pour défendre  l’intégrité territoriale.
Son organisation obéit à une articulation pyramidale croissante de la base au sommet (petites unités  de combat, grandes unités de combat, des services et un organe central de commandement). La République du Sénégal qui a très-tôt pris conscience des enjeux extrêmes  de paix et de guerre, dès son accession à l’indépendance pour se doter de moyens de défendre son intégrité territoriale, et de maintien de l’ordre.
La notion d’intérêts vitaux peut s’apprécier différemment, les circonstances et l’intérêt mis en cause ; quant à la notion de crise, elle se définit selon la gravité des circonstances qui dictent les situations auxquelles le peuple est confronté.  Ces deux notions sont laissées à l’appréciation du chef suprême des Armées. Dans  tous les cas la mission de l’Armée est définie selon la nature de la menace. L’Armée une fois  engagée dans le théâtre d’opérations  exige de ses membres le sacrifice suprême : vaincre ou périr même si le but était de faire peur aux  présumés détracteurs, les décourager ou de neutraliser l’agresseur et au pire le tuer. 
 Sous un autre registre L’Armée outre sa mission principale de défense, est une institution qui prépare et forme ses membres afin qu’ils soient aptes à servir partout dans les différents secteurs de l’économie nationale une fois qu’ils sont admis à faire valoir leurs droits à la pension de retraite. L’étude sociologique militaire dans le cadre de  l’emploi de ses membres fait noter  une polyvalence  en plus de la formation de combattant ; elle est la manifestation de l’expression de tous les talents ; on y trouve  de différents corps professionnels (Administratifs, des Techniciens supérieurs de haut niveau,  de la santé, de la marine, de l’aviation, des travaux publics, de la communication).
Cette  sociologie s’appuie sur une méthodologie et une pédagogie propre à l’Armée aucune institution ne peut se substituer en elle. En garnison, le personnel d’un même corps quelque soit sa spécialité collabore et chacun joue  le rôle qui sied dans la mission impartie au corps.  
Ce personnel de l’Armée constitue une classe avec ses origines diverses, ses orientations et façonnements différent liés par les problèmes transversaux d’avoir appartenu à plus qu’une corporation mais à une institution qui est une grande famille : L’ARMEE.
Cet avantage favorise sa cohésion dans l’effort et confirme son savoir faire et sa capacité opérationnelle en tout temps et en tout lieu. Chez le militaire la mort est perçue comme un accident de travail qui ne peut affaiblir  son moral ni sa hargne de vaincre. En plus de la devise de l’Armée, Chaque corps garde jalousement la sienne  et veille sur son ange gardien pour vaincre la peur, la soif et la faim et la fatigue. Il faut noter cependant que le militaire excellent exécutant a reçu plus d’ordres et en a rendu compte qu’il n’a participé aux prises de décisions.
Il a sa forme particulière d’expression et de communication et il n’est à l’aise  qu’au milieu de ses semblables. Néanmoins il s’est beaucoup bonifié dans sa carrière militaire sur le plan intellectuel pour légitimer son ambition à la promotion hiérarchique. En conclusion L’Alliance Patriotique Diambar pour la République (APDR) se fait le devoir  de vous rappeler l’historique de l’Armée où le militaire dans sa mission de protection des populations et de défense de l’intégrité du territoire reste un gage sûr et sérieux au service  de la Nation.
                                                                <<LA REPUBLIQUE D’ABORD>>
Abdoulaye FALL Mao
PDT de l’APDR- les Patriotes
 
Jeudi 10 Décembre 2015
Dakaractu




1.Posté par Abdoun le 10/12/2015 12:39
Je ne suis ni Charlie ni solidaire des victimes du 13 novembre

2.Posté par Froufrou le 10/12/2015 21:26
Il ne faut pas changer d'opinion, mon cher ! Ce crime fait partie de la longue liste des atrocités dont ont été victimes les peuples tout au long de l'histoire... Des atrocités partagées d'un certain point de vue des lors que dans les rangs des bourreaux, on retrouve des éléments de tous les bords... S'en remémorer doit avoir pour finalité de consolider notre mémoire collective que l'on se souvienne que l'homme peut être ange et bête ou les deux à la fois....



Dans la même rubrique :