Irrégularité financière sur la réparation des véhicules des députés : Ce qui se passe réellement selon le Chef de garage de l’Assemblée Nationale, Mor Ndiaye


Irrégularité financière sur la réparation des véhicules des députés : Ce qui se passe réellement selon le Chef de garage de l’Assemblée Nationale, Mor Ndiaye
Le chef de garage de l’Assemblée Nationale n’a pas attendu longtemps pour apporter ses précisions sur les informations parues récemment dans la presse faisant état d’un supposé traquenard financier.  
 
En effet, Mor Ndiaye puisque c’est bien de lui qu’il s’agit, précise d’emblée que l’Assemblée Nationale travaille avec trois (3) garages que sont Seyni Mbow, Bellel Internationale et Expert Auto. Cette précision faite, le chef de garage de l’Assemblée nous renseigne que «les députés sont libres d’amener leurs véhicules au niveau de ces 3 garages voire ailleurs ». Et d’ajouter dans la foulée  qu’au cas où le député envoie son véhicule ailleurs, il sera remboursé lorsqu’il aura fini de payer par lui-même les frais de la panne.
Expliquant que le Questeur n’intervient qu’en tout dernier ressort pour des questions de visas, Mor Ndiaye explique qu’avant d’amener le véhicule au garage pour réparation, le chef de garage de l’Assemblée qu’il est, constate d’abord la panne, fait signer le devis présenté si tout est conforme. «C’est seulement en ce moment que j’amène les  documents chez le questeur qui vise en dernier lieu », jure-t-il la main sur le cœur.
«Tout se passe le plus normalement du monde », précise-t-il, avant de signifier que la station Total se trouvant en face de l’Assemblée Nationale n’a jamais pris en charge tous les véhicules et ne pouvait pas toujours garantir la qualité de service. C’est pourquoi, nous apprend-il, le gérant de la dite station avait exprimé sa volonté de ne plus continuer à s’occuper de la réparation des véhicules des députés excepté la vidange qui est son cœur de métier. 
Vendredi 17 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :