Invité de “En Aparté”, Mame Moctar Guèye, leader du Rds, vice-Président de l’Ong Jamra : “si malgré toutes ces preuves, le Procureur nous dit qu’ils (les homosexuels) n’ont rien fait, c’est dangereux !’’


Invité de “En Aparté”, Mame Moctar Guèye, leader du Rds, vice-Président de l’Ong Jamra : “si malgré toutes ces preuves, le Procureur nous dit qu’ils (les homosexuels) n’ont rien fait, c’est dangereux !’’
La libération des homosexuels accusés d’avoir célébré un mariage dans une école à Kaolack reste en travers de la gorge du vice-Président de l’Ong Jama. Invité de l’émission ‘’EN APARTE’’ sur Actusen.com, Mame Moctar Guèye trouve ‘’dangereux’’ que ces gens soient disculpés, alors que, dit-il, des preuves suffisantes ont été réunies contre eux.

“Si malgré tout ça, le Procureur nous dit qu’ils n’ont rien fait, c’est dangereux !’’, s’époumone l’ancien PCA du CICES. Tirant les leçons du passé, Mame Moctar Guèye redoute que cette affaire puisse pousser les populations à se faire justice elles-mêmes.

Le leader du Rassemblement démocratique sénégalais (Rds) est d’autant plus remonté que les autorités sénégalaises veulent interdire, au même moment, le port de la Burqa qui, pourtant, “est une recommandation divine”.

Très préoccupé par les dégâts collatéraux  créés par la ‘’cacophonie communicationnelle” du Gouvernement, Mame Moctar Guèye invite le Président de la République, Macky Sall, à se concerter avec les imams sur la question afin d’éviter les dérives.

Autre sujet abordé par l’invité de “En Aparté”, c’est l’affaire Lamine Diack, ancien Président de l’IAAF, mis en examen pour corruption passive.  Très ‘’affecté’’ par ce ‘’scandale’’, le vice-Président de l’Ong Jamra pense que c’est ‘’un terrible coup du destin qui s’est abattu sur le Sénégal’’. Car, dit-il, ‘’au-delà de Lamine Diack, c’est l’image du Sénégal qui est ternie’’.

Appréciant l’adresse du Président de la République à la Nation, Mame Moctar Guèye salue les 15 propositions de réformes institutionnelles dont la réduction du mandat présidentiel. Toutefois, il demande au Chef de l’Etat de fixer la date du referendum, afin de mettre un terme à la polémique.

Entretien à bâton rompu avec Daouda Gbaya !
Lundi 4 Janvier 2016
Dakaractu




1.Posté par abdou le 04/01/2016 13:03

C'EST TRES GRAVE VOS DECLARATIONS QUI INCITENT A LA VOIE DE FAIRE JUSTICE A LA PLACE DES INSTANCES JUDICIAIRES . D'AILLEURS LE FINANCEMENT DE VOTRE ONG ET PARTI MERITENT BIEN D'ETRE SURVEILLES DE PRES



Dans la même rubrique :