Internet, nouveau marché de l'emploi (Première partie)


Internet est devenu une véritable industrie qui se développe au fil du temps, exprime des besoin en acquisition de personnel et recrute.  Si internet a fait émerger de nouveaux corps de métiers, il faut dire également que certains métiers du web existaient déjà sur d'autres supports de l’économie classique de l’ère de Taylor ou de Ford. A regarder le Centre d'incubation des tics de dakar(CTIC) ou encore l'espace de cpworking Jokkolab, on se rend compte de cette proliferation de start-up technologiques qui poussent dans des corps de metiers emergents et moblisent plusieurs dizaine de jeunes diplomés. Et généralement des nouvelles orientations métiers permettant d'allier passion pour les nouvelles technologies et informatique, créativité, écriture, innovation, communication ou encore marketing. Pour réussir dans ce secteur mouvant et en pleine xplosion au senegal et en Afrique il faut miser sur des compétences de plus en plus spécialisées.

 

La démocratisation de l'outil Internet au sein des entreprises  et de la société a conduit au développement d’une toute nouvelle génération de technophiles orientés web ou digitale et qui accompagne une nouvelle économie de plus en plus immatérielle avec la prolifération des sites de E-commerce, des agences de community management et les entreprises sans mur.

 

Certains de ces métiers nés avec le digital ou le social media, n'exigent pas forcément de diplôme spécifique car nécessitant une présomption de compétences ou un savoir faire demandé par un marché et que les établissements supérieurs et universités n’ont pas encore pris en compte. Pour ces métiers il faut des stages en entreprise et de la formation permanente.  On dira que le marché de l’emploi est en avance sur le monde de l’éducation. Une adaptation emploi/formation s’avère nécessaire en l’espèce.

 

Y’a du boulot sur internet

 

Internet est désormais un marché de l’emploi au senegal et dans le monde plus globallement.  Avec ses star'up, ses sites de E-commerce, sa presse en ligne, ses entreprises de conseil, ses plateformes offshore, ses developpeurs web freelance ainsi que ses vitrines de relation client en ligne, internet est désormais régi par les mêmes règles que l'économie traditionnelle en ce qui concerne les offres et demandes d’emploi.

 

Il existe sur internet  une quarantaine de métiers phares, répartis en 4 grandes familles de fonctions dont  les fonctions techniques, les fonctions graphiques, les fonctions éditoriales et les fonctions marketing et commerciales

 

Les métiers du web

 

Pour la plupart de ces métiers, ils sont nouveaux et il n’existait pas il y a dix ans.

 

                                   Le référenceur SEO

 

Le référenceur SEO (pour Search Optimized Engine) se charge du référencement naturel du site. Il a donc pour mission de faire figurer au mieux les pages du site dans les résultats des moteurs de recherches sur un mot ou une expression clés et d'optimiser l'apport de trafic généré par ces moteurs.

 

Ceux sont pour la plupart des profils sont issus de filières techniques tels que des développeurs, programmeurs ou webmaster. Ce bagage technique leur est indispensable afin de décrypter au mieux le fonctionnement des algorithmes des moteurs de recherche. A part les rares diplômés dans ce domaine, la majorité des référenceurs SEO reste composée d'experts autodidactes et d'anciens webmasters opérant en freelance ou en agence.

 

                                    Le community manager

 

Le community manager est chargé d'intervenir de manière proactive ou réactive sur les medias sociaux pour promouvoir et défendre la réputation d'une marque. Il a pour mission de fédérer et fidéliser les internautes à travers des communautés dédiées au centre d'intérêt qu'ils partagent

 

Les community managers se caractérisent donc par une excellente maitrise des medias sociaux, du web 2.0 et  ce ne sont pas des marketeurs mais des personnes très douées en communication online, où l'écoute et l'interaction avec le client est fondamentale

 

Ils sont issus des écoles de commerce, communications ou sciences humaines avec une spécialisation en communication online. Ce sont de gros surfeurs et  connaisseurs de la blogosphère. La maitrise de l'environnement des marques est un réel atout et ouvre des portes aux autodidactes.

 

  Le chef de projet web

 

Véritable chef d'orchestre, il doit fédérer son équipe autour d'un projet qu'il gère depuis sa conception jusqu'à sa réalisation. Opérant en agence ou entreprise, il joue le rôle d'interface entre les équipes techniques et marketing tout en s'assurant que les plannings et budgets sont respectés

 

Savoir manager, anticiper et gérer les risques sont des atouts indispensables mais avoir un réel bagage technique (programmation et infographie) est un véritable atout au moment d'échanger avec ses équipes techniques.

Un ingénieur aura intérêt à compléter son cursus par une formation en management. Néanmoins, pour un marketer, un apprentissage autodidacte d'un langage de programmation ou d'un logiciel d'infographie reste susceptible d'ouvrir des portes.

 

   Le m-marketer  

   

Le M-marketer va gérer les actions marketing liées au téléphone portable. On distingue les actions de type "push" telles que l'envoi de SMS ou MMS des actions de type "pull" comme l'envoi de SMS avec un lien Internet pour accéder à une offre spécifique.

 

Expert du marketing direct, il doit aussi bien intégrer les spécificités du marché du mobile, le fonctionnement des Smartphones et le comportement de leurs utilisateurs. Une connaissance en programmation est requise afin d'optimiser l'apport des applications mobiles et de l'ensemble des activités de m-marketing.

 

Il n'y a pas encore de formation diplômante dédiée à ce métier amené à se développer avec la démocratisation du m-commerce. La connaissance du mobile s'acquiert pour l'instant en autodidacte ou par le biais de formations et séminaires.

 

   Le journaliste Web

 

Il travaille pour des médias numériques, les pures-Player et les sites web d’informations ou Agence de presse. Il alimente les sites Internet en contenus éditoriaux : textes, photos, vidéos, sons…

 

Dans son métier le journaliste web a une forte capacité de se connecter en réseau, d’agir à temps réel avec une interactivité permanente : le Web est le seul média où la relation avec le lecteur est aussi étroite. Il doit être capable d’écrire, d’analyser, de veiller, d’informer et de recueillir les feed-back de ses publications.

 

La plupart des écoles de journalisme intègrent le multimédia dans leur cursus et le journaliste web doit avoir une maitrise parfaite du web 2.0 et des réseaux sociaux.

A suivre

 


Internet, nouveau marché de l'emploi (Première partie)
Lundi 5 Août 2013
A.S.N S.N




1.Posté par Centre d'appel le 08/08/2013 11:02
il est vrai que le web est aujourd'hui un important pourvoyeur d'emploi, un terrain à exploiter



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016