Inscription aux élections des chambres consulaires : L’Unacois/Jappo dénonce le retard inquiétant d’un mois sur l’ouverture des listes

Les camarades d’Ameth Fall Braya de l’Ucacois/Jappo sont fous de rage contre l’Etat qui retarde l’installation des commissions pour la révision des listes d’inscription aux élections de présidents de Chambres de commerce. L’Unacois qui ne veut plus d’une prolongation des mandats de présidents desdites chambres, exige le respect du calendrier électoral. Ce, dans l’intérêt du secteur privé et de l’Etat.


Inscription aux élections des chambres consulaires : L’Unacois/Jappo dénonce le retard inquiétant d’un mois sur l’ouverture des listes
Ça «rumine» une ire noire contre l’Etat, du côté des commerçants et industriels. Ce, suite au retard inquiétant d’un mois constaté dans l’ouverture des listes d’inscription aux élections des présidents de Chambres de commerce du Sénégal. Des présidents qui bénéficient toujours de la prolongation de leur mandat. Le gouvernement avait pris un décret couvrant trois mois (du 29 Janvier au 29 Avril 2016), pour la révision des listes électorales. «Mais, jusqu’ici, rien n’a bougé. Les choses traînent. Jusqu’au moment où je parle, aucune gouvernance, à ma connaissance, n’a installé une commission pour la révision des listes électorales dans les Chambres de commerce. Nous sommes inquiets», apprend, pour le déplorer, Cheikh Cissé, premier Vice-président de l’Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal (Unacois)/Jappo, chargé de l’orientation et des stratégies. Le camarade d’Ameth Fall Braya, président de l’Unacois/Jappo, attire l’attention du gouvernement, particulièrement, du ministre du Commerce, Alioune Sarr, sur l’urgence de respecter le calendrier électoral au sein des Chambres de commerce. «Les autorités étatiques doivent impérativement respecter les élections des Chambres de commerce, comme elles le font pour le calendrier républicain, quand il s’agit des élections présidentielles, législatives, départementales ou communales. Elles ne doivent pas jouer à perturber le processus électoral des Chambres de commerce», indique Cheikh Cissé.
Le chargé de l’orientation et des stratégies de l’Unacois/Jappo appelle donc à plus de considération des Chambres de commerce et surtout, à éviter d’éventuelles prolongations des mandats de leurs représentants. «Nous demandons au gouvernement de prendre au sérieux les élections des Chambres de commerce et de vider cette question le plus vite possible», suggère-t-il, précisant que les Chambres de commerce contribuent énormément à l’économie nationale et doivent ainsi bénéficier d’une attention particulière de la part de l’Etat. L’Unacois/Jappo refuse que l’Etat procède, comme par le passé, au renvoi de la date arrêtée (fin d’année 2016) pour les élections de Chambres de commerce. Désormais, avise Cheikh Cissé, «nous voulons avoir des présidents de Chambres de commerce avec des mandats légaux. On doit tenir compte des règles du jeu pour l’intérêt du secteur privé et de l’Etat».

Les assurances de l’Etat

Un haut cadre étatique, proche du ministre du Commerce, réagissant dans l’anonymat, reconnaît ce retard dans l’ouverture des inscriptions sur les listes électorales des présidents des Chambres consulaires. Mais, rassure-t-il, «il n’y a pas péril en la demeure. Ce retard peut être rattrapé». Il signale que dans certaines régions, les gouverneurs ont commencé la mise en place des commissions pour la révision des listes électorales et que dans d’autres, le processus est en cours. «Cette semaine, le ministère du Commerce a commencé à recevoir des arrêtés portant création des commissions. Ces retards sont d’usage, du fait des formalités, notamment informer les membres des régions par courrier, prendre l’arrêté et convoquer la commission», confie le cadre du ministère du Commerce.

SOURCE : L'Observateur 
Vendredi 4 Mars 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :