Inquiétudes des Maliens de Dakar après l’embargo de la CEDEAO


Inquiétudes des Maliens de Dakar après l’embargo de la CEDEAO

 Des Maliens vivant au Sénégal, interrogés jeudi par l’APS, s’inquiètent des ‘’jours difficiles’’ que devraient vivre leurs compatriotes à cause de l’embargo diplomatique et économique exercé sur leur pays par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

 
Lundi dernier, la CEDEAO a décidé d’un embargo diplomatique et économique contre le Mali où les militaires ont renversé le gouvernement, pour exiger le retour de l’ordre constitutionnel.

Depuis lundi, les comptes du pays à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), de même que les avoirs des membres de la junte et de leurs associés, devraient être gelés, selon Ouestaf, un journal en ligne qui suit de près l’actualité politique et économique de la sous-région.

La CEDEAO a aussi décidé d’interdire aux membres de la junte de voyager dans les pays de la CEDEAO, dont le Mali est membres, selon le site d’information basé à Dakar.

‘’Les sanctions politiques, économiques et diplomatiques n’arrangent pas les populations maliennes. Elles pourraient être privées de biens de consommation vitaux et de produits comme les hydrocarbures qui viennent des pays voisins. Cela va être difficile pour eux dans les jours à venir’’, affirme Lassina Fofana, un voyagiste malien rencontré à la ‘’Petite gare malienne’’ de Dakar.

La junte ‘’devait, dès le premier avertissement de la CEDEAO, remettre les institutions du pays à leur place et entamer des négociations avec les touaregs’’, commente le voyagiste. ‘’C’est par cette voie, dit-il, que tous les pays en guerre s’en sont sortis.’’

Les militaires, qui ont renversé le président élu Amadou Toumani Touré, ont invoqué ‘’une hiérarchie incompétente’’, pour s’emparer du pouvoir le 22 mars.

Pour Ibrahima Diarra, un commerçant malien travaillant à la gare routière Petersen de Dakar, ce putsch ‘’est mal venu’’. M. Diarra, qui donne raison à la CEDEAO dans le différend l’opposant aux militaires, a du mal à cacher ses soucis pour les conséquences de cet embargo.

Selon lui, ’’la décision de cette organisation sous-régionale peut entraîner des répercussions graves sur la population malienne.’’ ‘’ Si les frontières sont fermées, nous n’aurons plus les produits qui nous venaient des pays limitrophes. Et ce sera dur pour les gens’’, jure-t-il.

’’Je condamne fermement le coup d’Etat. Les sanctions de la CEDEAO auront comme conséquence une crise très difficile pour le Mali’’, assure Salia Coulibaly, l’un des responsables du Conseil des Maliens de l’extérieur. ‘’On nous a dit que les banques sont fermées au Mali, nous craignons beaucoup pour nos compatriotes’’,annonce-t-il.

Les chefs d’Etat de la CEDEAO ont décidé de cet embargo diplomatique lundi, lors d’une réunion à Dakar. La décision sera maintenue jusqu’au rétablissement de l’ordre constitutionnel par la junte.

Le Mali était considéré ces dernières comme l’un des pays d’Afrique les plus démocratiques en raison de la régularité de ses élections, de sa stabilité et de l’alternance au pouvoir en 1992 et en 2002.

Les Maliens devaient élire un nouveau président de la République le 29 avril prochain, une élection présidentielle que le président Amadou Toumani Touré n’avait l’intention de disputer.
APS
Jeudi 5 Avril 2012




1.Posté par Seikh Kane le 06/04/2012 11:12
Il faut toujours chercher la paix " aye dou yéme si bopou borome" L'EMBARGO EST BIEN NORMAL . On ne peut pas faire un bon plat d'omelette sans casser d’œuf.

2.Posté par @samba le 06/04/2012 11:24
il ont cherché la paix il ont caressé ceux qui n'en voulaient ces gens la leur ont planté un couteau dans le dos



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016